Différences entre les versions de « Parti communiste français »

De Wiki Dissidence
imported>Maroille
(Page créée avec « thumb|334px Le '''Parti communiste français '''est un parti politique français fondé le 30 décembre 1920. Son président actuel est Pierr... »)
 
 
(14 versions intermédiaires par 3 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:Pcf.jpg|thumb|334px]]
{{Infobox_Parti/Groupe|title1 = Parti communiste français|image1 = Pcf.jpg|fondation = 30 décembre 1920|personnage_clés = Fernand Loriot


Le '''Parti communiste français '''est un [[parti politique]] [[français]] fondé le 30 décembre 1920. Son président actuel est Pierre Laurent.
Boris Souvarine
 
Ludovic-Oscar Frossard
 
Fabien Roussel
 
Maurice Thorez
 
Georges Marchais
 
Robert Hue
 
Pierre Laurent|siège = Paris|positionnement = Gauche
 
Extrême-gauche|idéologie = Communisme
 
Marxisme-léninisme
 
Européisme
 
Social-démocratie|mouvement_de_jeunesse = Mouvement Jeunes Communiste de France (MJCF)}}Le '''Parti communiste français '''est un [[parti politique]] [[français]] fondé le 30 décembre 1920. Son secrétaire national actuel est Fabien Roussel, qui a succédé à Pierre Laurent en 2018 au [https://fr.wikipedia.org/wiki/XXXVIIIe_congr%C3%A8s_du_Parti_communiste_fran%C3%A7ais XXXVIIIe congrès] à Ivry-sur-Seine<ref>https://www.francetvinfo.fr/politique/parti-communiste-francais/le-depute-du-nord-fabien-roussel-est-elu-secretaire-national-du-parti-communiste-francais_3051109.html</ref>.  
==Le PCF à propos de la dissidence==
==Le PCF à propos de la dissidence==
Le PCF est défavorable à la dissidence. Lors de l'[[affaire Dieudonné]], Pierre Laurent qualifie dans [[Libération]] la parole de [[Dieudonné]] de "voix de la haine", il craint toutefois que l'interdiction de son spectacle se révèle "politiquement contreproductive dans un pays attaché comme le nôtre à la liberté d'expression".
Le PCF est défavorable à la [[dissidence]]. Lors de l'[[affaire Dieudonné]], Pierre Laurent qualifie dans [[Libération]] la parole de [[Dieudonné]] de "voix de la haine". Il n'est toutefois pas favorable à l'interdiction de son spectacle, décision qui serait selon lui "politiquement contreproductive dans un pays attaché comme le nôtre à la liberté d'expression".


==La dissidence à propos du PCF==
[[Alain Soral]] aurait milité plusieurs années au Parti communiste au cours des années 90 mais il est difficile de dater précisément cet engagement et même de déterminer s'il a effectivement adhéré au parti, les archives du PCF ne contenant aucun trace de son éventuel passage. Lui-même évoque sept années de militantisme au parti, pour d'autres il en aurait été exclu en 1993.


==La dissidence à propos du PCF==
Selon Soral, le [[Front national]] est aujourd'hui le successeur du PCF, s'appuyant sur les discours de [[Georges Marchais]] sur l'immigration. Il est en revanche très critique des directions de Robert Hue (1994-2001) et de Marie-George Buffet (2001-2010). D'après lui, le PCF aurait abandonné la [[lutte des classes]] et le "social" au profit du "sociétal" et du soutien des jeunes et des [[femmes]]. Il pense que c'est ce qui aurait coulé le parti.<ref>https://www.egaliteetreconciliation.fr/Soral-repond-sur-ERFM-Dixieme-fournee-53000.html
[[Alain Soral]] a milité plusieurs années au Parti communiste au cours des années 90 mais il est difficile de dater précisément cet engagement et même de déterminer s'il a effectivement adhéré au parti. Lui-même évoque sept années de militantisme au parti, pour d'autres il en aurait été exclu en 1993.
</ref> 


Selon Soral, le [[Front national]] est aujourd'hui le successeur du PCF, s'appuyant sur les discours de [[Georges Marchais]] sur l'immigration. Il est en revanche très critique des directions de Robert Hue (1994-2001) et de Marie-George Buffet (2001-2010). 
En 2012, [[Dieudonné]] assiste aux obsèques de [[Roger Garaudy]], plusieurs fois élus député et sénateur communiste entre 1945 et 1962, devenu par la suite écrivain négationniste.


En 2012, [[Dieudonné]] assiste aux obsèques de [[Roger Garaudy]], plusieurs fois élus député et sénateur communiste entre 1945 et 1962 et également condamné pour incitation à la haine raciale.
== Références ==
<references />[[Catégorie:Communisme]]
[[Catégorie:Parti politique]]
[[Catégorie:France]]
[[Catégorie:Ennemis d'Alain Soral]]
[[Catégorie:Anciens amis et alliés d'Alain Soral]]

Version actuelle datée du 11 mai 2020 à 21:20

Parti communiste français
{{{image}}}
Fondation 30 décembre 1920
Personnage clés Fernand Loriot

Boris Souvarine

Ludovic-Oscar Frossard

Fabien Roussel

Maurice Thorez

Georges Marchais

Robert Hue

Pierre Laurent

Positionnement Gauche

Extrême-gauche

Idéologie Communisme

Marxisme-léninisme

Européisme

Social-démocratie

Le Parti communiste français est un parti politique français fondé le 30 décembre 1920. Son secrétaire national actuel est Fabien Roussel, qui a succédé à Pierre Laurent en 2018 au XXXVIIIe congrès à Ivry-sur-Seine[1].

Le PCF à propos de la dissidence[modifier]

Le PCF est défavorable à la dissidence. Lors de l'affaire Dieudonné, Pierre Laurent qualifie dans Libération la parole de Dieudonné de "voix de la haine". Il n'est toutefois pas favorable à l'interdiction de son spectacle, décision qui serait selon lui "politiquement contreproductive dans un pays attaché comme le nôtre à la liberté d'expression".

La dissidence à propos du PCF[modifier]

Alain Soral aurait milité plusieurs années au Parti communiste au cours des années 90 mais il est difficile de dater précisément cet engagement et même de déterminer s'il a effectivement adhéré au parti, les archives du PCF ne contenant aucun trace de son éventuel passage. Lui-même évoque sept années de militantisme au parti, pour d'autres il en aurait été exclu en 1993.

Selon Soral, le Front national est aujourd'hui le successeur du PCF, s'appuyant sur les discours de Georges Marchais sur l'immigration. Il est en revanche très critique des directions de Robert Hue (1994-2001) et de Marie-George Buffet (2001-2010). D'après lui, le PCF aurait abandonné la lutte des classes et le "social" au profit du "sociétal" et du soutien des jeunes et des femmes. Il pense que c'est ce qui aurait coulé le parti.[2] 

En 2012, Dieudonné assiste aux obsèques de Roger Garaudy, plusieurs fois élus député et sénateur communiste entre 1945 et 1962, devenu par la suite écrivain négationniste.

Références[modifier]