Ze Peke YoM

De Wiki Dissidence
Ze Peke YoM
{{{image}}}
Nom {{{nom}}}
Date de naissance 1989
Activité Rappeur nationaliste

Joueur d'e-sport

Origine Français

Ze Peke YoM (Parfois abrégé YoM ou Yom), de son vrai nom Guillaume Capron[1], est un rappeur fascisant, catholique traditionaliste et joueur d'e-sport[2] français né en 1989.

Il a commencé à se faire connaître dans le milieu dissident en 2018.

Ses textes sont antisémites, néo-nazis, révisionnistes, racistes, islamophobes, antisionistes, misogynes, homophobes, transphobes, pro-catholiques, antiféministes, antimaçonniques, parfois même antiprotestants et antipaïens, etc. Ce qui fait qu'il est souvent censuré et banni des réseaux sociaux et de plateformes monopolisées en règle générale.

Il est affilié aux rappeurs nationalistes Laryen, Leinad, AgB13, Jo le Rital et Amalek, avec qui il a déjà collaboré.

En mai 2019, il est arrêté, soupçonné d'avoir préparé un attentat au dîner du CRIF selon Christophe Castaner.[3]

Carrière dans l'e-sport[modifier]

En octobre 2009, il joue dans l'équipe ieS Virtual Gaming lors de la saison XVI de la WarCraft Champions League.[2]

En avril 2010, il joue en équipe de France à l'European Nations Championship sur Warcraft III.[2]

En septembre 2010, il se qualifie à la qualification sur StarCraft 2 pour les Intel Extreme Masters, compétition internationale d'e-sport où il surprend par ses performances[2], mais perd aux qualifications finales. Néanmoins, il gagne la finale du loser bracket et se qualifie ainsi pour les ESL Pro Series, compétition française, où il enchaîne cette fois-ci les défaites. Finalement, après le 30 septembre, YoM ne se connecte plus sur son compte et est disqualifié de la compétition pour ne pas s'être présenté à ses matchs. L'équipe d'e-sport Against All Authority le soupçonne alors d'avoir utilisé des techniques de triche et d'avoir été banni par Blizzard, l'éditeur de StarCraft 2. En effet, le soir de sa dernière présence sur le jeu, Blizzard avait lancé une grande vague de bannissements à l'encontre de tricheurs.[4]

En juin 2015, il rejoint l'équipe de Warcraft III Clan France.[5] En août 2015, il participe à la saison 2 de la New WarCraft 3 League.[6]

En avril 2016, il participe à la saison 4 de la New WarCraft 3 League. Son équipe remporte le tournoi.[7] Le même mois, il participe dans l'équipe de France au Warcraft Nations Championship 2016.[8]

Musique[modifier]

Son style musical est très diversifié, il peut adopter un ton lent, rapide, fort ou doux. Ses textes sont eux aussi très variés selon l'idée qu'il essaie de véhiculer : L'immigration de masse et le génocide des blancs (RaHoWa, sur l'album Blitzkrieg), la remigration (Réémigration, sur l'album Aryanité avec Jo le Rital, AgB13 et Laryen), la colonisation sous le roi Léopold II (Léopold, sur l'album Aryanité), la reconquête et les croisades (Deus Vult, sur l'album Blitzkrieg), etc.

Il se démarque aussi des autres rappeurs nationalistes par son attachement au nazisme, il se revendique d'ailleurs national-socialiste dans la chanson Métatron (sur l'album Aryanité) en rappant : "J'suis national-socialiste mais pas d'amalgame surtout j'veux tous vous foutre au goulag, pas en camp d'concentration". Il fait régulièrement référence à Adolf Hitler et au IIIe Reich.

Censure[modifier]

YoM est souvent l'objet de blocages pour ses positions idéologiques, parfois aussi prises comme une provocation. Sa musique, elle aussi, est très souvent marginalisée par YouTube, il est de fait très complexe de trouver ses titres sur la plateforme en question, en tant qu'ils ne parviennent jamais à perdurer dès leur mise-en-ligne. Ses comptes YouTube et PewTube ont été liquidés, de la même manière que l'ont été ses pages Facebook, bien qu'il eut, durant une certaine époque, coutume de recréer de nouveaux comptes pour outrepasser cette censure.

En novembre 2018, son compte Bandcamp où il postait des extraits de ses chansons et où il vendait ses albums via PayPal, est supprimé par le site.

Affaires judiciaires[modifier]

Le 29 mai 2019, Ze Peke YoM est interpellé par la police suite à un post à caractère sarcastique sur Facebook. Dans ce message, partant d'un débat sur le transhumanisme, il stipule ironiquement : "Je suis hostile par principe à tout ce qui est anti-naturel. De manière plus générale, je suis hostile à la science quand elle dépasse ce que je considère être ses limites (clonage, manipulation génétique...), aussi bien pour des raisons morales/éthiques que religieuses. Après si devenir des aryano-cyborgs nous permet de triompher politiquement, ça me paraît un sacrifice acceptable. Je veux bien me faire greffer un rayon Delta au bras gauche si ça me permet de faire un carnage au dîner du CRIJF". Ce message est pris très au sérieux par les autorités, qui le suspectent alors d'avoir projeté un soi-disant "attentat antisémite". Suite à cela, il est mis en examen et placé en détention provisoire.

Son habitat est perquisitionné, et les autorités relèvent chez Yom des armes de poing factices, sept armes blanches et des munitions mais aussi un équipement commando, deux drapeaux nazis, un drapeau israélien, des livres suprématistes et d'extrême-droite ainsi qu'un exemplaire de Mein Kampf, le livre d'Adolf Hitler.

Christophe Castaner, présent au dîner du CRIF, y révèle l'affaire et félicite la police pour l'arrestation de Yom.[3]

Son compte Facebook est ensuite clôturé. Le rappeur Amalek, dont YoM est proche, publie une vidéo sur sa chaîne Youtube titrée "Soutien à Yom, victime de la cabbale du CRIF et de la Raie-Publique (Aix-en-Provence, néo-nazi)" où il exprime son coup de gueule. Il estime les propos de YoM comme relevant simplement d'une pirouette humoristique, et assure qu'il est exempt de tout projet d'attentat, le considérant comme étant une cible volontairement réprimée par le régime en place.[9]

Une cagnotte Leetchi a été créée par l'ODDR pour lui prêter main forte, et la Communauté de liaison et d’aide aux nationalistes, association d'Yvan Benedetti, a tout autant veillé à diffuser l'information. Le 12 juillet, Électre (dont Yom a pourtant qualifié "d'actrice porno ratée" dans Chiassidence sur l'album Aryanité) adopte en une de sa page Facebook la bannière de soutien créée par un proche de l'ODDR.

Il a été incarcéré à la prison de Luynes, dans la banlieue d'Aix-en-Provence. Au départ, il lui a été annoncé qu'il avait vocation à sortir vers fin septembre ou début octobre 2019, à condition d'avoir été interrogé par des psychologues pour examiner s'il serait capable d'actes terroristes, mais son mandat de dépôt a été ultérieurement prolongé de 4 mois. Le renouvellement de cette peine fut la conséquence de deux choses : 1) La personne s'occupant de l'expertise psychologique de YoM ne s'est pas présentée car elle n'aurait prétendument pas trouvé l'adresse de la prison. 2) Des pamphlets édités chez Kontre Kulture, qu'on lui a offert, ont été découverts dans sa cellule ; ce qui a entrainé d'une part son retrait d'une zone plus libre de la prison (dans laquelle il avait été placé pour "bonne conduite"), d'autre part cela a contribué à sa prolongation de peine. In fine, il effectuera plus d'un an, sans la moindre condamnation, et ne verra sa libération qu'à partir de juillet 2020.

Révisionnisme[modifier]

Ze Peke YoM est révisionniste comme il l'a souvent fait remarquer dans ses chansons :

J'ai arrêté d'croire au Père Noël à quatre ans, à la Shoah à 20 [...]

(Hymne à l'amour et à la tolérance, sur l'album Aryanité)

[…] Révisionnisme, années d'prisons, viol en réunion, rappel à l'ordre […]

(Métatron, sur l'album Aryanité)

Au pays des droits d'l'Homme on peut nier Dieu mais pas la Shoah ; à croire qu'le laïcisme n'est pas, la seule religion d'État [...]

(Fosse aux lions, sur l'album Blitzkrieg)

Ils ont érigé la dystopie démocratique sur le mythe holocaustique, en plus ça rapporte un tas d'fric [...]

(RaHoWa, sur l'album Blitzkrieg)

Ze Peke YoM et Alain Soral[modifier]

YoM fait allusion à Alain Soral dans trois morceaux. Il méprise Soral à cause de son attachement à l'islam et aux personnes arabes, et le caricature comme un dhimmi. Il lui reproche également les faits de zoophilie avec le chien Poupeto décrits dans Misères du désir.

[…] Nique les bougnoules, les youpins, et les dhimmis comme Soral […]

(Ve Reich, sur l'album Aryanité)

[…] J'suis un aryen conscient, pas un disciple de l'amant de Poupeto […]

(Juden Raus, sur l'album Aryanité)

[…] Ni keffieh, ni kippa, ni Conversano, ni Soral, ni fascisme d'opérette, ni amateur de beurettes ou d'se faire lécher l'trou d'balle par des yorkshires en rut […]

(Chiassidence, sur l'album Blitzkrieg)

Ze Peke YoM et Daniel Conversano[modifier]

YoM n'a fait référence qu'une seule fois à Daniel Conversano dans ses chansons, dont il considère les membres de son entourage comme des shabbat-goyim :

[…] Ni keffieh, ni kippa, ni Conversano, ni Soral, ni fascisme d'opérette, ni amateur de beurettes ou d'se faire lécher l'trou d'balle […]

(Chiassidence, sur l'album Blitzkrieg)

Il entend ainsi ridiculiser Conversano en assimilant sa posture à un "fascisme d'opérette".

Ze Peke YoM et Papacito[modifier]

Yom ne fait référence qu'une seule fois à Papacito au sein de ses œuvres, à savoir dans la chanson Chiassidence de l'album Blitzkrieg.

Il reproche à Papacito plusieurs choses : Son affinité culturelle avec l'Afrique, son mariage avec une femme noire, son sponsor émanant de Ring, maison d'édition juive par excellence, et le fait qu'il soit pro-israélien :

Et quand c'est pas des pédales, c'est des amoureux des nègres, qui tapinent pour les éditions Ring et font de la lèche à Israël ; aucune alliance avec ceux qui l'ont rompue avec Dieu ; dans la judéo-servilité, on peut pas faire mieux [...]

(Chiassidence, sur l'album Blitzkrieg)

Même s'il n'est pas explicitement cité, il paraît très clair d'après toutes les informations que YoM fait référence à Papacito. Son soutien à l'entité sioniste et sa "judéo-servilité", son affiliation à Ring et son mariage avec une congolaise ainsi que sa négrophilie. Au regard de son philosémitisme, Yom, catholique, pense que Papacito, lui aussi catholique (du moins, de manière purement apparente ; en réalité, il est issu des milieux d'extrême-gauche réputés pour leur athéisme militant et leur haine viscérale du christianisme), "rompt avec Dieu".

Ze Peke YoM et Kroc Blanc[modifier]

Les relations entre YoM et Kroc Blanc sont complexes. À l'époque où Amalek effectuait sa peine, les deux rappeurs ont eu l'occasion de coopérer durant un temps éphémère à l'édification d'un son (dont une fréquence a été extraite dans Medley Totaler Krieg de l'album Blitzkrieg) destiné à paraitre dans Festin, le fameux projet de Kroc Blanc. Or, entre-temps, YoM s'est rapidement vu déprogrammer de l'œuvre en tant que KB, campant alors plus ou moins dans un registre commercial, l'aurait jugé "ultra-hardcore", et ainsi, ses envolées lyriques demeuraient, à ses yeux, malvenues. Par conséquent, leur approche s'est donc progressivement dissipée à mesure qu'ils durent parachever leur partenariat musical.

À ce titre, YoM fera profession d'une animosité particulière à l'égard d'une telle expérience, ne serait-ce que pour l'attitude de son ex-collaborateur ; chose élucidée par le clash visant implicitement KB, dont il a formulé dans la chanson Chiassidence de l'album Blitzkrieg :

Tu peux bien montrer les crocs, ils sont immaculés, manquer d'radicalité c'est s'faire l'allié du camp d'en face ; hystérique comme une tasspé, quand t'as failli t'faire soul'ver, n'espère pas m'impressionner, en branlant ta culasse [...]

(Chiassidence, sur l'album Blitzkrieg)

Le lien est aisé à établir, à savoir que YoM emploie une métaphore pour désigner Kroc Blanc, tout en lui reprochant, comme il le laisse entendre, sa pusillanimité, son manque de conviction, son inconsistance, et sa couardise, puisqu'il s'était engagé à faire preuve d'intelligence tactique, sous couvert de "subtilité", en vue d'échapper aux condamnations judiciaires au rebours de ses partenaires ; ce qui constituerait en somme l'aveu d'une volonté de dédiabolisation. Toujours dans le morceau susmentionné, YoM s'est sardoniquement reporté à la réaction dont KB a témoigné face à une embuscade qui fût planifiée contre sa personne ainsi que celle de Daniel Conversano, par Tarczylo (alias Dario Chevchenko) et Willem Nassau (lequel a en réalité permis de dévoiler les vues de son interlocuteur, alors qu'il filmait la conversation, dans le seul but de le piéger, en raison d'une rancœur personnelle), en 2018.[10] Dessus, on y entend, comme YoM l'indique, KB qui déverrouille une arme de poing dans l'espoir d'intimider ses adversaires.

Le 15 mars 2019, un internaute poste sur le forum Avenoel un topic trollant KB auquel plusieurs membres du forum et notamment l'intéressé lui-même réagissent. La discussion entre les membres et le rappeur progresse, avant de déboucher sur une mention à Yom, ainsi qu'un consensus penchant en sa faveur, estimant qu'il est amplement au-dessus de KB. Les tensions se sont brièvement accumulées à partir du moment où le manager de YoM a fait son apparition, pour lui tenir compte des invectives qu'il avait énoncées contre ce dernier par courriel.[11] KB a expliqué, pour sa défense, qu'il avait lui-même reçu une flopée d'injures découlant selon lui d'un faux profil tendant spécialement à le harceler, dans la section commentaire des vidéos qu'il postait sur YouTube, durant une période qui aurait supposément coïncidé avec celle où sa rupture avec YoM eut lieu, et aurait donc supputé que ce dernier se serait caché derrière ces agissements, motivés par la frustration du fait qu'il ait été antérieurement éjecté de son album. C'est suite à quoi KB a transmis une missive à YoM, en adoptant un ton condescendant. YoM l'aurait très mal digéré, et aurait lui-même envoyé un mail à Kroc Blanc pour l'assaisonner verbalement ; mail dont KB aurait partagé à nombre de personnes sans pour autant le rendre accessible au public, avant que ce soit Amalek qui ne le fasse.[12]

Après l'affaire judiciaire qui enverra YoM en prison, le 5 juillet 2019, Amalek publie une vidéo intitulée "Kroc Blanc a t'il dénoncé Ze Peke YoM à la LDJ?" où il insinue que KB aurait pu, volontairement ou non, permettre de livrer Yom aux forces de l'ordre ou à un organisme judéo-antiraciste, ou à minima leur avoir fait parvenir une photo de YoM, en partant sur la base du fait qu'il avait tenté de recueillir des confidentialités de celui-ci auprès de Leinad.[13] Amalek ne manifeste alors plus de soutien à KB, qui lui-même l'insulte dans deux vidéos de contre-attaque. La discorde a été si profonde qu'elle aboutira à une provocation en duel.

Le 6 septembre, Kroc Blanc publie une vidéo sur la chaîne "Le Sale Blanc" dans laquelle il explique qu'Amalek lui fait de la peine mais qu'il combattra quand même. Cependant, il indique avoir de la rancœur envers Yom à cause de la diatribe qu'il lui avait envoyé. Ainsi, il prétend surtout désirer se battre contre YoM, dont il indique qu'il ressemblerait physiquement à un assemblage de pakistanais et de rom, et moins contre Amalek, dont il indique que ce dernier tenterait selon lui de faire venir YoM combattre à ses côtés.[14] Kroc Blanc spécifie aussi qu'il préfère un combat de boxe anglaise, en "deux contre deux", c'est-à-dire lui-même et un membre de Suavelos (Viriliteam en l'occurrence) contre YoM et Amalek, ou alors en "un contre deux", à savoir lui-seul face à ses deux rivaux. Aussi, il s'est, par la même occasion, justifié pour affirmer qu'en terme de corpulence, il serait plus adéquat pour lui d'affronter YoM dont il estime qu'il serait plus proche de son IMC, qu'Amalek ; lequel ne tardera pas à déclarer dans sa réponse que Kroc Blanc aurait-lui même avoué dans des conversations privées qu'il ne serait guère de taille pour lui faire face.[15]

Le 31 octobre, Amalek publie une vidéo pour tenir informer ses abonnés à propos de l'incarcération de YoM. À ce propos, il stipule qu'il ne voyait plus la moindre nécessité de se battre contre Kroc Blanc, suite à l'humiliation que lui aurait publiquement infligée un activiste amiénois de l'ANR (Action Nationale Radicale) le 12 octobre à Synthèse Nationale, et ce, en s'étant révélé incapable de broncher.[16] Il affirme ensuite que le clash avec Kroc Blanc, lui permit non seulement de régler ses comptes, mais qui plus est de bénéficier de sa notoriété, bien qu'il dit avoir été tout à fait sincère lorsqu'il fit état de son hypothèse pour conclure qu'il était à l'origine de la délation dirigée contre YoM. Kroc Blanc ayant une audience considérable dans la fachosphère, Amalek aurait lancé l'offensive, pour mieux attirer son attention, et susciter un "bad buzz" en vue de permettre la diffusion du sort de YoM, et l'aider à récolter des soutiens, car dépité par l'absence d'entraide qui règne au travers du camp national.

Ze Peke YoM et Amalek[modifier]

YoM est un ami d'Amalek. Tous deux semblent proches politiquement, mais surtout théologiquement car si YoM se proclame fasciste, ce n'est en revanche pas le cas d'Amalek avec qui il diverge sur ce seul point doctrinal. Ce serait après avoir été enivré par l'album Nobless Bastard qu'Amalek a réalisé en compagnie de Laryen, que la motivation de YoM à se lancer dans le rap, aurait fait surface.

Ayant en effet été inspiré par Amalek, YoM s'y réfère au cours d'une saillie dans la chanson Augusto de l'album Aryanité :

Épargne-moi tes salamalecs ainsi qu'tes salam aleykum ; j'suis plus dupe, dans mes écouteurs c'est du Amalek [...]

(Augusto, sur l'album Aryanité)

Au surplus, ils ont collaboré deux fois, sur les morceaux Dies Irae et ODDRstyle. Amalek le décrit personnellement comme un artiste fort talentueux, et estime de surcroît avoir été quasiment dépassé par celui-ci.

Par la suite, YoM lui a apporté son soutien, lorsqu'il a été placé sous les verrous en mai 2018, dans la chanson Stalingrad de l'album Hyperborée :

Dédicace à Amalek, le coup faut l'tenir ; commencer à purger juste avant l'été, c'est l'pire mais avec un peu d'chatte tu seras dehors avant fin août, pour passer devant les gros fils de putes de la XVIIème en espérant qu'cette fois ces sales bâtards n'auront pas la main lourde.

(Stalingrad, sur l'album Hyperborée)

Sur sa page Facebook, le 21 novembre 2018, il restituait les faits de la condamnation d'Amalek.

Le 20 avril 2019, soit un mois après la libération du concerné, YoM et Amalek se sont rencontrés pour la première fois dans le cadre d'un concert animé, à l'occasion de l'anniversaire d'Adolf Hitler, par la DNR (Division Nationaliste Révolutionnaire), à Plélan-le-Grand en Bretagne.

Un mois plus tard, à l'instant même où YoM sera incarcéré, Amalek affichera, à son tour, sa solidarité la plus totale à l'égard de son camarade embastillé.

Ze Peke YoM et Hervé Ryssen[modifier]

YoM a cité Hervé Ryssen sur un seul morceau :

[...] J'dis la vérité sur les feujs comme Soljenitsyne, ou Hervé Ryssen [...]

(Hyperborée, sur l'album Hyperborée)

Il s'agit ici d'une caution envers les travaux scientifiques élaborés par l'intellectuel sur la question juive.

Ryssen a lui-même eu l'occasion de prononcer son soutien à l'égard du rappeur, lorsque ce dernier se situait derrière les barreaux, sur sa page VK (désormais censurée).

Ze Peke YoM et Vincent Reynouard[modifier]

YoM a déjà fait référence à Vincent Reynouard :

Liberté d'expression à la sauce Amin Dada, celui qui dit la vérité doit être exécuté, Vincent Reynouard, c'est dur à croire comme la version officielle de l'Histoire […]

(Medley Total Krieg, sur l'album Blitzkrieg)

Il apporte là son soutien aux thèses révisionnistes de Reynouard.

Ze Peke YoM et Robert Faurisson[modifier]

YoM a fait deux fois référence à Robert Faurisson dans ses chansons :

[…] Le geste de reconnaissance c'est pas une quenelle inversée mais un salut fasciste ; quand Faurisson nous quittera, j'dirais "Ciao l'artiste" […]

(Ve Reich, sur l'album Aryanité)

[…] Si t'as b'soin de conseil en la matière demande au professeur Faurisson […]

(Medley Total Krieg, sur l'album Blitzkrieg)

Ze Peke YoM et Mc Barjo[modifier]

Le rappeur nationaliste McBarjo publie un freestyle le 18 août 2019 dans lequel il soutient Yom en disant : "J'envoie tout mon soutien à Yom, en vrai on a le même combat ; pour un putain de simple statut voilà qu'il se retrouve dans un trou".

Il y explique, que selon lui, l'incarcération de Yom est illégitime et qu'ils entretiennent le même combat.[17]

Ze Peke YoM et Démocratie Participative[modifier]

Ze Peke YoM a fait une chanson nommée démocratieparticipative.biz dans laquelle il défend le site Démocratie Participative, face à Rost, un rappeur afro-victimaire qui avait appelé, devant les plateaux de télévision, à sa fermeture définitive. Cette musique apparaît comme un remix ainsi qu'un bonus de l'album Aryanité.

Discographie[modifier]

  • Aryanité (11 pistes dont une piste bonus)
  • Blitzkrieg (11 pistes dont un medley et un remix bonus)
  • Hyperborée (4 pistes)

Liens externes[modifier]

Références[modifier]