Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Yassine Belattar

De Wiki Dissidence
Yassine Belattar
{{{image}}}
Nom Yassine Belattar
Date de naissance 27 juin 1982
Activité Humoriste

Animateur de radio

Animateur de télévision

Origine Français

Yassine Belattar, né le 27 juin 1982 à Conflans-Sainte-Honorine, est un humoriste, animateur de radio et de télévision français.

Il est connu pour son engagement politique en faveur des banlieues et contre l'islamophobie, et est régulièrement invité dans les médias pour s'exprimer sur ces sujets. Personnalité polémique, il est régulièrement accusé d'islamisme ou de communautarisme par les milieux conservateurs, d'extrême-droite et par certains éléments de la gauche républicaine.

Lors de l'élection présidentielle de 2017, il soutient Emmanuel Macron, qui le nomme par la suite en mars 2018 membre de l'instance du Conseil présidentiel des villes. Yassine Belattar entretient des relations proches avec Emmanuel Macron, qu'il dit considérer comme un « frère ». Il est régulièrement qualifié de « Monsieur Banlieue » d'Emmanuel Macron.

Yassine Belattar a été accusé de harcèlement et de menaces de mort par diverses personnalités comme Bruno Gaccio et Kévin Razy.

Relations avec Alain Soral[modifier]

D'après un article de la revue Faits & Documents repris sur le site d'Égalité & Réconciliation, Yassine Belattar aurait à un moment été inspiré par Alain Soral, et aurait même organisé une rencontre entre ce dernier et Christiane Taubira.[1]

En décembre 2017, lors d'une dispute avec Muriel Cousin sur Twitter, Yassine Belattar fait référence aux allégations d'Alain Soral sur sa supposée relation sexuelle avec Muriel Cousin en lui disant :

dans ma famille on ne sort pas avec les nazis, on les combat[2]

Muriel Cousin lui demande alors d'expliquer ce passage de son tweet, mais Yassine Belattar ne lui répond pas.[3] Elle dit alors :

Tiens il paraît que Soral a "baisé la femme de" @BelattarYassine.. alors ça fait quoi?[4]

En mars 2019, Alain Soral commente sur son mur VKontakte la plainte de Bruno Gaccio contre Yassine Belattar pour menaces de mort en disant que Belattar aurait tenté « le même genre d'intimidation » sur lui en le menaçant de « cramer » sa femme et ses enfants. Il dit qu'il aurait cependant eu droit à des excuses en proposant à Belattar de « le recroiser ».[5]

Dans l'épisode 12 de Soral répond... sur ERFM !, Alain Soral dit avoir connu Yassine Belattar au salon du livre, et qu'il serait venu lui dire qu'il était un de ses fans. Il dit que Belattar était « un gamin maigrelet et habillé très à la mode », qui serait bourgeois et ne viendrait pas « des quartiers », et qui « se la jouait dissident de choc ». Pour Soral, Belattar se serait progressivement fait racheter, d'abord pas Pascale Clark. Il dit lui avoir trouvé à ce moment-là très peu de talent et l'avoir trouvé de plus en plus malhonnête, et que « sa malhonnêteté a culminé avec son obésité » et qu'il serait devenu « le beur de service de Macron », un « nouveau Jamel Debbouze ». Soral dit avoir fait remarquer à Belattar par téléphone qu'il « était en train de trahir » à l'époque où il était chez Clark, et que l'humoriste aurait alors répliqué en lui envoyant des menaces de mort et de brûler sa famille. Soral dit avoir alors dû l'appeler avec un certain « Ferhat » suite à ces menaces, et que Belattar se serait excusé « platement ». Il le qualifie d'« obèse cocaïnomane qui a une grande gueule mais qui est physiquement une petite merde », et dit pouvoir lui « botter le cul » s'il le croisait.[6]

Articles d'E&R sur Yassine Belattar[modifier]

Un nombre considérable d'articles ont été écrits par la rédaction d'E&R sur Yassine Belattar.

En mai 2018, la rédaction d'E&R fait un article qui parle d'un passage télévisé dans lequel Yassine Belattar s'attaque à Manuel Valls.[7] En juin 2018, la rédaction d'E&R publie un article dans lequel elle analyse la pastille DJ Chelou de l'émission Les 30 glorieuses de Yassine Belattar sur Radio Nova.[8] En octobre 2018, ils font un article dans lequel ils parlent d'un passage télévisé dans lequel Yassine Belattar s'attaque à Gilles-William Goldnadel, Manuel Valls et Franz-Olivier Giesbert.[9] En novembre 2018, ils font un article dans lequel ils expliquent le mouvement des Gilets jaunes entre autres par la figure de Yassine Belattar, qui représenterait le « socialo-sionisme » avec lequel les Français auraient de plus en plus de mal. Ils le qualifient également de « quasi ministre des Banlieues de Macron ».[10]

En février 2019, E&R publient un article relatant un incident survenu sur les réseaux sociaux, dans lequel Alain Bizeul, directeur marketing de Nocibé, avait insulté Yassine Belattar de « pourriture d'islamiste », puis s'est fait suspendre de son poste.[11] En mars 2019, la rédaction d'E&R publie un article relatant la dispute entre Bruno Gaccio et Yassine Belattar. E&R semblent plutôt prendre le parti de Bruno Gaccio.[12]

Relations avec Dieudonné[modifier]

Yassine Belattar a plusieurs fois été comparé à Dieudonné, par exemple par Valeurs actuelles en mars 2018[13], ou par Muriel Cousin en décembre 2017.[14] Le journal Libération estime quant à lui que cette comparaison serait raciste et ne viserait qu'à entretenir le cliché de l'arabe antisémite.[15]

En avril 2010, Yassine Belattar est la dernière personne à inviter Dieudonné à la télévision, dans son émission On achève bien l'info. Il est invité en compagnie de Bruno Gaccio, pour la promotion de leur livre commun Peut-on tout dire ?. Lors de l'émission, Belattar qualifie Dieudonné de « drôle », mais finit l'émission en lui disant qu'il espère qu'il dira un jour qu'il regrette certains de ses sketchs.[16]

Dans une interview pour Respectmag datant de février 2016, Yassine Belattar estime que Dieudonné ne fait plus d'humour, mais « des points de vue » et « des meetings politiques ».[17]

En décembre 2017, il qualifie la comparaison que Muriel Cousin a fait entre lui et Dieudonné d'« insulte [...] très très grave ».[18]

En janvier 2019, dans une interview pour Le Point, Yassine Belattar dit ne pas avoir de liens avec Dieudonné, et que Dieudonné serait « malheureusement [...] marrant ». Le journaliste du Point lui rétorque alors que Dieudonné « ÉTAIT marrant, avant sa dérive antisémite... », ce à quoi Belattar répond qu'il n'aurait tout de même « pas perdu sa technique ».[19]

Panamza et Yassine Belattar[modifier]

En septembre 2016, Panamza reproche à Yassine Belattar sur sa page Facebook de soutenir François Hollande et Julien Dray.[20]

En novembre 2017, Panamza fait un article dans lequel il prétend qu'un débat entre Yassine Belattar et David Pujadas aurait été mis en scène. Il dénonce aussi le soutien de Yassine Belattar envers Emmanuel Macron, et le qualifie de « faux rebelle ».[21]

En janvier 2018, Panamza rappelle un article d'août 2017 dans lequel Yassine Belattar prétendait qu'il serait dans l'opposition si Emmanuel Macron était élu. Il qualifie Belattar de « rebelle-bidon ». Il prétend aussi que Belattar serait soutenu par Salim Laïbi.[22]

Références[modifier]