Théâtre de la Main d'or

De Wiki Dissidence

Le théâtre de la Main d'or est une salle de spectacle et de théâtre d'environ 250 places assise située à Paris, dans le 11e arrondissement, au 15, passage de la Main-d'Or (la « Cité Dupuy »). Il est connu pour être géré par Dieudonné de 1999 à novembre 2017. Il l'utilise pour faire ses représentations parisiennes, mais aussi pour faire la promotion .

C'est un des endroits phares de la dissidence, où se sont passés énormément d'événements, des plus importants comme la confrontation entre Olivier Mukuna et Alain Soral, jusqu'aux plus moindres, comme diverses conférences.

C'est pendant un temps un point de ralliement pour plusieurs organisations d'extrême-droite, comme E&R, le GUD ou la Droite socialiste. En 2007, Dieudonné loue même le théâtre au FN qui l'utilise pour la formation de militants.[1] On y voit aussi d'autres personnalités, comme par exemple Salim Laïbi[2], Kemi Seba, Médine[3], Jo Dalton, Mathias Cardet[4], Gilad Atzmon[5] ou Ahmed Moualek.[6] Certains comme Daniel Conversano ou Hassen Occident y font leurs premières armes en milieu dissident.

Sur le plateau d'On n'est pas couché, Bernard-Henri Lévy s'attaque à Dieudonné en évoquant son "business de la haine au théâtre des couilles en or"[7].

Expulsion de Dieudonné[modifier]

En janvier 2014, après plusieurs polémiques autour du spectacle "Le Mur", les propriétaires du théâtre annoncent leur intention de déloger Dieudonné. L'information est d'abord dévoilée par Jean-Claude Elfassi, puis un des propriétaires confirme l'information au journal Libération et au Huffington Post et s'entretient aussi avec Jonathan Simon-Sellem. Cependant, ils n'ont alors pas encore de base légale pour l'expulsion de Dieudonné du théâtre de la Main d'or et étudient la possibilité avec leurs avocats.[8][9] Cette possibilité d'expulsion inquiète le propriétaire du restaurant corse voisin "La Main d'or", qui recevait pour clientèle principale les spectateurs de Dieudonné.[10]

Finalement, l'avocate des propriétaires, Me Dominique Cohen-Trumer, prétexte une sous-location irrégulière, étant donné que le titulaire du bail était Bonnie Production, et que l'exploitation de la salle relevait pourtant de la société Les Productions de la plume, détenue à parts égales par Noémie Montagne et la mère de Dieudonné. Les propriétaires obtiennent l'expulsion de Dieudonné en septembre 2015, mais il fait appel.[11]

Finalement, la cour d'appel confirme l'expulsion de Dieudonné en novembre 2017.[12]

Gilad Atzmon et le théâtre de la Main d'or[modifier]

Le 27 mai 2014, Gilad Atzmon fait un concert de jazz au théâtre de la Main d'or. Il y joue L'Internationale, Les Feuilles mortes et une réinterprétation d'In a Sentimental Mood de Duke Ellington, renommée In a Sentimental Talmud à l'occasion. Dieudonné le joint lors du concert pour interpréter un poème en hommage à la Palestine derrière une musique free jazz.

Interrogé par Alimuddin Usmani en juin 2014, Gilad Atzmon décrit ainsi le théâtre de la Main d'or :

Le théâtre de la Main d’Or de Dieudonné est, dans la pratique, un sanctuaire de l’humanité. En y pénétrant, on peut immédiatement détecter la nature rebelle qui se dégage du lieu. Que ce soit au niveau des murs, du bar, des photos, des dessins, de la décoration, de la simplicité, l’appel de la libération est partout. Tout cela livré sous forme de gentillesse et d’humour. Le théâtre est le reflet de l’homme, tel qu’il est.[13]

Références[modifier]