Alain Soral

De Wiki Dissidence
(Redirigé depuis Soral)
Alain Soral
{{{image}}}
Nom Alain Gérard Robert Guy Bonnet
Date de naissance 2 octobre 1958
Activité Militant politique

Vidéaste

Cinéaste

Éditeur

Écrivain

Origine Français

Suisse

Alain Gérard Robert Guy Bonnet[1], dit Alain Soral ou Alain Bonnet de Soral, est un écrivain, essayiste, éditeur, cinéaste et militant politique franco-suisse, né le 2 octobre 1958 à Aix-les-Bains. Il est le frère de l'actrice Agnès Soral dont il emprunte le nom d'usage Soral.

Alain Soral est un des personnages les plus importants de la dissidence avec son compère Dieudonné. En effet, aux origines, ce microcosme s'articule autour de lui et l'humoriste, et a même été nommé d'après l'étiquette d'"intellectuel dissident" que s'est attribué Soral.

Il est également généralement considéré comme l'un des principaux représentants de l'antisémitisme (et précédemment de l'antiféminisme) en France, et est l'une des figures majeures de l'extrême-droite française.

Biographie[modifier]

Débuts[modifier]

En décembre 1976, Alain Soral, âgé de 18 ans, gifle son père. Il quitte alors le domicile familial et s'installe à Paris. Très vite, il se passionne pour le mouvement punk et vit de petits boulots (ouvrier de chantiers, convoyeur, vendeur aux puces, physionomiste…).

Puis la new wave remplace le punk et Soral se met à fréquenter les milieux artistiques. En 1978, il entre aux Beaux-Arts afin d'être couvert par la Sécurité sociale. Il expose une performance artistique signée des initiales ABS (pour Alain Bonnet de Soral). En 1980, il se rend aux obsèques de Jean-Paul Sartre arborant une pancarte sur laquelle est écrit « Place aux jeunes ». C'est à cette période qu'il commence à pratiquer la drague et la boxe.

Fichier:1508060706-tumblr-nlepgxwmff1t1t9tlo1-1280.jpg
Affiche faisant la promotion de la performance artistique d'Alain Bonnet de Soral.

Cette même année, il rencontre Hector Obalk qui l'encourage à lire et à écrire, et qui le recueille dans sa famille d'universitaires. Il est admis dans la classe de Cornelius Castoriadis à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales et s'intéresse à la mode. Il fait sa première apparition télévisée en tant que mannequin pour Jean-Paul Gaultier et Farida Khelfa.

Peu à peu Soral devient un personnage mondain. Il fréquente assidument les boîtes de nuits où il se lie à de nombreuses personnalités telles que Thierry Ardisson, Marc-Édouard Nabe, Jean-Edern Hallier ou encore Jean Baudrillard. Sa sœur Agnès Soral, devenue une actrice célèbre, l'invite également aux avant-premières, ce qui lui permet notamment de rencontrer Coluche. Il commence alors à travailler dans le milieu de la publicité.

En 1984, il se fait connaître du grand public grâce au livre Les Mouvements de mode expliqués aux parents coécrit avec Hector Obalk et Alexandre Pasche, avec lesquels il se brouille peu de temps après. S'en suit une période difficile. Il correspond avec son père incarcéré en Suisse, et tombe en dépression nerveuse. C'est alors qu'il rencontre Laurent le kabyle qui l'initie à la drague de rue qui lui permettra plus tard de revendiquer plus de mille conquêtes.

En 1987, il réalise une publicité pour la Citroën BX Évasion dans laquelle apparaît son futur ennemi Pierre Fatus et donne par ailleurs des cours à l'Esmod (école de mode). De 1988 à 1989, il devient chroniqueur dans l'émission de Patrice Drevet, Drevet vend la mèche, sur France 3 ; il y incarne le professeur Science-Infuse dans des pastilles humoristiques et officie également comme chroniqueur.

Puis, en délicatesse avec le fisc et d’humeur suicidaire, il s'exile chez un ami en Normandie, puis dans un ermitage en Bourgogne où il rédige son premier roman autobiographique sur le thème de la drague, ''Le Jour et la Nuit, ou la Vie d'un vaurien'', qu’il situe "entre Kant et San Antonio".

Premières activités politiques (Années 1990 - 2002)[modifier]

Au cours des années 1990, il aurait milité au Parti communiste français. La réalité de cet engagement est toutefois questionnée, les archives du PCF ne comprenant aucune trace de son passage. Ses écrits se font de plus en plus polémiques. Avec Sociologie du dragueur, puis Vers la féminisation, il devient la cible de mouvements féministes et est à ce titre l'invité de nombreuses émissions de talkshow à la télévision. Il réalise, en 2002, le long métrage Confession d'un dragueur, d'inspiration semblable. Il commence également à développer une certaine obsession pour le judaïsme

Rapprochement avec le Front national et amitié avec Dieudonné (2002-2009)[modifier]

Fichier:Soraldieudobus.jpg
Alain Soral dans le Dieudo'Bus.

Au tournant du nouveau millénaire, Alain Soral s'éloigne du PCF. Marquant d'abord une sympathie pour le candidat Jean-Pierre Chevènement, il avouera plus tard avoir voté pour Jean-Marie Le Pen aux deux tours de l'élection présidentielle de 2002Suite à des critiques qu'il avait adressées à Dieudonné dans Jusqu'où va-t-on décendre ? Abécédaire de la bétise ambiante, l'humoriste souhaite le rencontrer. En naissent un dialogue et une entente durables. Aux élections européennes de 2004, Soral et Dieudonné s'intéressent à la liste EuroPalestine dont ils s'éloignent tous les deux très vite. Quelques semaines après le conflit israélo-libanais de 2006, ils effectuent ensemble, ainsi qu'avec Thierry Meyssan et Frédéric Chatillon, un voyage au Liban et en Syrie où ils rencontrent le général Aoun, plusieurs dignitaires des deux pays et Hugo Chávez.

C'est à l'automne 2005 qu'il intègre l'équipe de campagne de Jean-Marie Le Pen pour l'élection présidentielle de 2007 dont il prétendra être l'auteur du discours de Valmy, initiateur d'une veine nationale et socialiste au Front National. En 2007, il crée l'association politique Égalité et Réconciliation, dont il est le président et Marc George le secrétaire général. L'association est proche du FN et se rassemble sous le slogan « Droite des valeurs, gauche du travail ».

Le 11 juin 2008, il est pour la première fois condamné définitivement par la cour d'appel de Paris à 3000€ d'amende pour incitation à la haine raciale suite à des propos jugés antisémites dans l'émission Compléments d'enquête diffusée le 20 septembre 2004 sur France 2. Il affirmait en effet qu'il était impossible de dire à un Juif sioniste que les persécution subies par son peuple au cours de l'histoire étaient dues aux Juifs eux-mêmes sans qu'il ne se mette "à devenir dingue" et qu'il y avait en outre une pathologie du judéo-sionisme qui confinait à la maladie mentale. Il regrette que ses propos aient été tronqués et diffusés à son insu.

Il quitte le FN en 2009 après son échec à être investi sur la liste du parti pour les élections européennes de 2009. Il se présente alors sur la liste du Parti Antisioniste menée par Dieudonné, aux côtés de plusieurs autres personnalités en passe de devenir des figures éminentes de ce qui sera bientôt la dissidence, telles que Yahia Gouasmi, Noémie Montagne et Ahmed Moualek.

L'âge d'or ou la "période canapé rouge" (2010-2013)[modifier]

En février 2010, Marc George est démis de ses fonctions de secrétaire général d'Égalité et Réconciliation. L'association devient le principal relais politique d'Alain Soral, il affirmera que ses membres proviennent pour un tiers de l'extrême-gauche, un tiers de l'extrême-droite et un tiers de la banlieueDepuis septembre 2009, il publie les Entretiens du mois sur le site d'ER, où, assis sur son éternel canapé rouge, il commente l'actualité du monde en vidéo. Il y prend pour cible de nombreuses personnalités médiatiques et politiques, notamment Stéphane Guillon, Frédéric Haziza ou encore Louis Aliot, les propos qu'il y tient lui valent plusieurs condamnations judiciaires pour diffamation et incitation à la haine raciale. En février 2011, il publie l'essai Comprendre l'empire où il expose sa pensée géopolitique.

En mars 2011, il fonde la maison d'édition Kontre Kulture où il publie les livres d'auteurs dissidents dont il diffuse les vidéos et les actualités sur le site d'E&R comme Piero San Giorgio, Marion Sigaut, Mathias Cardet et Gilad Atzmon, mais également la Bible, des classiques de l'antisémitisme et même des disques de chansons paillardes. Elle fait partie de la structure Culture pour tous qui comprend également Sanguis Terræ (vente de vin), Prenons le maquis (vente de matériel et de stages survivalistes) et Au bon sens (vente de produits biologiques). Ces différentes activités seraient une source de revenus importante pour Soral.

Peu à peu son audience grandit sur Internet, ses vidéos dépassant souvent plusieurs centaines de milliers de vues. En 2013, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le met en cause, avec Dieudonné, dans la montée de l'antisémitisme en France, il les désigne par la suite comme les "principaux adversaires à combattre". Les procès et condamnations à son encontre se multiplient. Le 7 novembre 2013, paraît Dialogues désaccordés, échanges épistolaires avec Éric Naulleau, qui est interdit à la vente par une décision de justice du 12 mai 2015 suite à une plainte de Pierre Bergé.

Chute de popularité au sein de la dissidence et conflits avec la nouvelle génération dissidente (De 2014 à aujourd'hui)[modifier]

Sa popularité sur Internet est rapidement contestée. Pour diverses raisons, ses relations avec certains dissidents tels qu'Ahmed Moualek, Marc-Édouard Nabe, Aymeric Chauprade, Jo Dalton, Laurent Louis ou Mathias Cardet deviennent difficiles. Fin 2014, le chirurgien-dentiste Salim Laïbi, dit le Libre Penseur, publie une série de vidéos nommée Soraloscopie où il prétend révéler les coulisses des activités d'Alain Soral et à critiquer ses théories.

Affaire Binti Bangoura[modifier]

15px Article détaillé : Affaire Binti

Au même moment où plusieurs dissidents le lâchent, Soral est frappé de plein fouet par l'affaire Binti. Ces événements entachent durement son e-réputation. Début mars 2014, la mannequin Binti Bangoura, qu'Alain Soral avait tenté de séduire, révèle plusieurs textos à caractère raciste et sexiste dont il serait l'auteur. Le paparazzi Jean-Claude Elfassi publie ensuite un selfie d'Alain Soral initialement adressé à Binti Bangoura, dans lequel Soral apparaît entièrement nu dans le miroir de sa salle de bain.

Altercation avec Daniel Conversano[modifier]

Fichier:YLFQRYe.gif
Dieudonné impuissant face à la violence du débat.

Le 6 décembre 2016 a lieu une altercation entre Daniel Conversano et Alain Soral. Soral est invité par Dieudonné à débattre avec Daniel Conversano dans son émission web Niveau Zéro. Ce dernier tient alors des propos arabophobes et accuse Alain Soral d'être un bourgeois, poussant celui-ci à en venir aux mains avec lui à deux reprises. Dieudonné met un terme au débat en raison des blessures de Conversano et réalise des entretiens séparés avec chacun des protagonistes. Cette altercation vaut à la dissidence un regain d'intérêt du public, mais la division entre pro et anti-Soral en son sein s'amplifie.

Rapprochement avec la Corée du Nord[modifier]

En juillet 2017, sur invitation de l'agence de tourisme franco-nord-coréenne Noko Red Star, il se rend en République Démocratique Populaire de Corée. Le voyage l'enchante, le pays lui remémore la Suisse de son enfance et il envisage d'y demander l'asile politique. Il y retourne deux mois plus tard, en pleine crise militaire entre les États-Unis et la Corée du Nord, accompagné de Dieudonné et de sympathisants pour assister aux célébrations de la fête nationale. Il y passe également le nouvel an 2018.

Discorde avec Le Raptor Dissident puis combat avorté[modifier]

De mars à mai 2018, Alain Soral envoie de nombreuses piques au Raptor Dissident, que ce soit lors de conférences, d'émissions ou tout simplement sur ses réseaux sociaux. Le Raptor y réagit lors de l'épisode 13 du Rendez-vous dissident dans lequel il conclue en appelant Soral à débattre. Suite à d'énièmes provocations, Le Raptor Dissident fait une vidéo de 39 minutes dédiée à descendre Soral. En juin 2018, Alain Soral dévoile publiquement le nom de la compagne du Raptor Dissident. Le Raptor lui répond alors le 10 juin en le défiant dans un combat d'arts martiaux mixtes. Alain Soral accepte le 18 juin. Le 20 juin, Dieudonné se propose comme médiateur du combat, puis annonce une conférence de presse quelques jours plus tard. La conférence de presse a finalement lieu le 28 juillet, sans Le Raptor, qui annonce sur Instagram ne pas pouvoir être présent car il se trouve aux Maldives et qu'il ne veut pas enrichir Dieudonné. Le lendemain, il fait une vidéo face caméra (ce qui est une première) dans laquelle il accuse Dieudonné et Alain Soral de tenter de saboter l'organisation du combat. Finalement, le 1er août, Le Raptor fait une vidéo dans laquelle il annonce qu'il compte désormais ignorer Soral. La réputation des deux opposants finit entachée.

Départs d'E&R de Jacob Cohen et de Vincent Lapierre : nouveaux conflits[modifier]

L'été 2018 signe également les départs de membres importants d'E&R : Jacob Cohen le 23 juin, et Vincent Lapierre le 1er juillet.

Bien que Cohen dise être toujours prêt à collaborer avec E&R et ne pas être en conflit avec Soral, Soral prend très mal son départ, et finit par l'accuser d'avoir quitté l'association pour séduire des "beurettes" pro-palestiniennes de gauche qui trouveraient E&R trop extrémistes. Cohen se sent alors insulté et parle également de mails antisémites qu'il aurait reçu de sa part. Le 31 juillet, Alain Soral porte plainte contre Jacob Cohen pour "injures" et "diffamation".

Après le départ de Vincent Lapierre, Alain Soral dément tous conflits entre eux deux. Cependant, dès août 2018, il commence à s'en prendre au journaliste en l'accusant de faire des reportages "moins courageux" qu'auparavant, puis devient de plus en plus virulent à son encontre sur les réseaux sociaux. Après un reportage de Lapierre à La Nouvelle Librairie, Alain Soral fait une vidéo d'"analyse critique" du reportage dans lequel il l'accuse de complaisance avec le "national-sionisme". Lapierre reste cependant stoïque et ne répond pas aux provocations de Soral. En novembre 2018, Égalité & Réconciliation revendique la titularité des droits d'auteur de 13 vidéos de Vincent Lapierre et fait ainsi fermer son compte. Cela oblige Lapierre à répondre dans une vidéo, dans laquelle il annonce qu'il ne va pas contester la revendication d'E&R et qu'il préfère se concentrer sur une nouvelle chaîne YouTube dédiée au Média pour tous. Après cette vidéo, Alain Soral continue d'attaquer Lapierre, qui lui arrête à nouveau de lui répondre.

Constitution d'une nouvelle avant-garde au sein d'E&R[modifier]

Fichier:Pierre de Brague et Alain Soral.jpg
Pierre de Brague et Alain Soral

Suite à la vague de départs au sein d'E&R, Alain Soral met en avant d'autres militants qui n'ont jusqu'alors pas été très médiatisés : Pierre de Brague, qui est nommé rédacteur en chef d'E&R, Marco Faisans, responsable de la section perpignannaise d'E&R et porte-parole d'E&R, ainsi qu'Éric Sancery. Alain Soral exprime d'ailleurs le souhait de pouvoir bientôt se retirer de la dissidence et dit former des plus jeunes afin d'avoir une pérennité.[2]

Beaucoup d'observateurs voient également un nouveau tournant idéologique chez Soral et son association. En effet, E&R se rapproche de plus en plus des milieux catholiques intégristes et notamment du parti politique Civitas. Elle s'éloigne même pour certains, dont Félix Niesche, militant à E&R, de ses affinités marxistes et communistes, bien que Soral continue de citer Karl Marx et de revendiquer son passé militant au sein du PCF.

Installation en Suisse et activité sur Internet[modifier]

En octobre 2019, alors cible de nombreuses poursuites judiciaires et en appel de plusieurs condamnations à de la prison ferme, Alain Soral s'installe à Lausanne, en Suisse.[1] Le 30 avril 2020, la CICAD, association suisse de lutte contre l'antisémitisme, fait un communiqué pour dénoncer la multiplication des propos d'Alain Soral sur internet, après sa fuite vers la Suisse pour échapper à la justice française.[3] Le 7 mai, il insulte et menace sur VK, le journaliste Patrick Cohen.[4]

Alain Soral d'après lui-même[modifier]

Dans l'épisode 15 de Soral répond... sur ERFM !, un auditeur demande à Alain Soral de faire son autocritique. Alain Soral dit que son plus gros défaut serait "d'avoir une forme de paresse qui [...] me pousse à être gentil souvent, parce que je ne veux pas aller au conflit". Ce défaut l'a selon lui mené à accepter des personnes comme Mathias Cardet, Jean-Marie Corda et Vincent Lapierre, ce qu'il finit par regretter. Il se reconnaît aussi "une forme de lâcheté". Il dit être "très autocritique", passer son temps à "[s]'insulter et à [s]'engueuler tout seul", et "admire[r] beaucoup" ceux qui font mieux que lui. Il dit aussi aimer trop les femmes et la séduction, mais ne pas avoir de problème avec l'argent ou les honneurs.[5]

Dans l'épisode 17, il dit avoir "des coups de colère".[6]

Œuvres[modifier]

Bibliographie[modifier]

1984 – Les Mouvements de mode expliqués aux parents (en collaboration avec Hector Obalk et Alexandre Pasche)

1987 – La Création de mode : comment comprendre, maîtriser et créer la mode

1991 – Le Jour et la Nuit, ou la Vie d'un vaurien

1996 – Sociologie du dragueur

1999 – Vers la féminisation ? Démontage d'un complot antidémocratique ; réédité en 2008 sous le titre Abécédaires de la bêtise ambiante avec le livre suivant

2003 – Socrate à Saint-Tropez ; réédité en 2008 sous le titre Abécédaires de la bêtise ambiante avec le livre précédent

2004 – Misères du désir

2006 – Chute ! Éloge de la disgrâce

2011 – Comprendre l'Empire : Demain la gouvernance globale ou la révolte des Nations

2012 – Chroniques d'avant-guerre

2013 – Dialogues désaccordés : Combat de Blancs dans un tunnel (en collaboration avec Éric Naulleau) retiré de la vente

2014 – Anthologie

2014 – Yacht People, tome I : Quenelle en haute mer ; tome II : Au-dessus c'est le soleil (scénario d'Alain Soral, dialogues de Dieudonné, dessins de Zéon)

Filmographie[modifier]

  • 1979 – Pierrot mon ami (figurant)
  • 1987 – Publicité pour la Citroën BX Évasion[7] (réalisateur)
  • 1990 – Chouabadaballet : Une dispute amoureuse entre deux essuie-glaces[8] (réalisateur)
  • 1993 – Les Rameurs : Misère affective et culture physique à Carrières-sur-Seine[9] (réalisateur)
  • 1996 – Parfait amour ! de Catherine Breillat (acteur)
  • 2001 – Confession d'un dragueur (réalisateur)
  • 2012 – L'Antisémite de Dieudonné (acteur)

Surnoms[modifier]

Certains de ses ennemis islamophobes lui ont donné le sobriquet d'"Ali Sourate" en raison de l'islamocompatibilité de sa vision nationaliste.[10][11]

Son nom d'emprunt "Soral" lui a été inspiré de sa sœur Agnès qui porte le même nom d'emprunt. Il vient de la ville de Soral, en Suisse, dont Alain et Agnès Soral sont originaires.[12]

Voir aussi[modifier]

Liens externes

Références[modifier]