Saddam Hussein

De Wiki Dissidence

Saddam Hussein Abd al-Majid al-Tikriti, communément appelé Saddam Hussein, est un homme d'État irakien, présumément né le 28 avril 1937 à Al-Awja, près de Tikrit, et exécuté par pendaison le 30 décembre 2006 à Bagdad, président de la République de 1979 à 2003.

Dieudonné et Saddam Hussein[modifier]

En 2014, alors que James Foley, un journaliste américain pris en otage par Daesh, s'est fait décapiter par un membre de Daesh, Dieudonné déplore dans une vidéo YouTube que l'on s'émeuve plus pour sa mort que pour celle de Kadhafi, "lynché, moins qu'un chien"[1], ou que pour celle de Saddam Hussein. Il ajoute "Là ça va, ça passe, parce qu'on s'habitue. Mais James Foley ça n'est pas passé auprès de la mafia des Rothschild".[2]

Marc-Édouard Nabe et Saddam Hussein[modifier]

La mort de Saddam Hussein est un passage qui revient souvent dans l'œuvre de Marc-Édouard Nabe. Ainsi, lorsque la guerre d'Irak éclate en 2003, Nabe se précipite en Irak afin d'y étudier la réalité de ce qu'il s'y passe, et en revient avec le roman "Printemps de feu".[3] Bien qu'il prenne dans cette guerre un parti anti-américain sans concentrer sa critique sur l'Irak, il se défend d'admirer le régime de Saddam Hussein, puisqu'il est anarchiste.[4]

Dans "J'enfonce le clou", il écrit :

En France, les Arabes, de plus en plus passifs, font semblant de ne pas voir qu'il s'agit d'un des leurs, mais ils savent bien au fond que ce n'est pas Saddam Hussein qu'on a humilié, c'est eux.

Il qualifie également Hussein de "plus grand chef panarabe du XXe siècle".[5]






En 2007, dans son texte "La Bombe de Damoclès", Nabe s'en prend à Bernard Kouchner, Romain Goupil, André Glucksmann et Pascal Bruckner pour avoir soutenu la guerre en Irak, et les accuse d'être rougis du sang des 650 000 irakiens morts lors de cette guerre.[6]

Dans "Patience 2", Marc-Édouard Nabe en veut à Charlie Hebdo de s'être réjouit de la pendaison de Saddam Hussein. Ainsi, il raconte :

Cette bonne blague ! La pendaison de Saddam Hussein, ça les fit presque autant rire que sa capture, à Charlie ! "Marié ou pendu dans l’année", disait un Saddam vu par Charb […] Toujours le premier à se foutre de la gueule d’un exécuté...[7]

Dans "Les Porcs", Nabe estime que les images de la pendaison de Saddam Hussein ont été un des événements les plus modernes du siècle car c'est la première fois qu'un événement historique était diffusé instantanément à travers internet.[8]






Références[modifier]

  1. http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/enquete-sur-un-nouveau-derapage-de-dieudonne-06-09-2014-4113607.php
  2. http://www.sudouest.fr/2014/09/05/dieudonne-vise-par-une-enquete-pour-apologie-d-actes-de-terrorisme-1661970-6011.php
  3. Marc-Edouard Nabe, "Printemps de feu", 2003
  4. https://www.youtube.com/watch?v=33XFb82wqh8
  5. Marc-Edouard Nabe, "J'enfonce le clou", 2004
  6. Marc-Edouard Nabe, "La Bombe de Damoclès", 2007
  7. Marc-Edouard Nabe, "Patience 2", 2015
  8. Marc-Edouard Nabe, "Les Porcs 1", 2017