Rémi Gration

De Wiki Dissidence
Rémi Gration
{{{image}}}
Nom {{{nom}}}
Date de naissance {{{date_de_naissance}}}
Activité Militant politique
Origine Français

Rémi Gration est un militant néonazi[1] français.

Son pseudonyme est un jeu de mot sur le mot remigration. Il pourrait aussi être une référence à Renaud Camus qui avait appelé à glisser un bulletin "Rémi Gration" dans les urnes aux élections législatives de 2017.[2]

Il se définit "ethnosadique", antonyme d'"ethnomasochiste".

Il est condamné à plusieurs années de prison fin 2020, pour apologie du terrorisme sur la plateforme Minds, dénoncé par Yann Merkado.

Au sein de Suavelos[modifier]

Un temps membre de Suavelos dont il était le responsable de la section "Hérault-Gard et alentours", il annonce s'en désinvestir en janvier 2020, ce qui mène à l'éclatement de cette section.

Il dénonce alors un "fan club" de Daniel Conversano dont l'objet serait "de faire dans le nombre pour récolter la plus grosse fan-base possible pour convertir un maximum de donateurs Tipee [sic], d'acheteurs de livres, et de clients pour relations tarifées pour incels français en désespoir affectif".

Il exprime son rejet de la section parisienne, la définissant comme "un repère de flics, de gitans, de demi-chinois, de convertis à l'Islam, de partouzeurs et de rappeurs, le tout couleur féminisme 2.0".

Gration évoque également en s'en prenant à Conversano "des PayPal de plusieurs centaines d'euros tous les mois que certains lui versent", des "virements réguliers d'autres personnalités à nez crochus de la "Dissidence"" ainsi que "certaines magouilles hallucinantes qui tombent sous le coup de la loi" et "divers avantages en nature".

L'expérience de Rémi Gration à Suavelos finit par lui faire perdre espoir en le communautarisme blanc.[3]

Réponse de Daniel Conversano[modifier]

En février 2020, Daniel Conversano répond aux plusieurs attaques que lui fait Rémi Gration sur son compte Minds. Il lui reproche des "méthodes de petite salope" (notamment d'avoir révélé l'organisation hiérarchique des Braves à Lyon) et dit penser finir par dévoiler sa photo.[4]

Références[modifier]

  1. http://archive.is/tOnE4
  2. http://archive.is/WSqaR
  3. http://archive.is/Y6dZS
  4. "Danny Live : Débriefing entretien avec Le Pen, Combattre les addictions et des CLASHS A GOGO !" : https://youtu.be/39tsy3SUXkk?t=15012