Philippe de Villiers

De Wiki Dissidence
Philippe de Villiers
{{{image}}}
Nom Philippe Marie Jean Joseph Le Jolis de Villiers de Saintignon
Date de naissance 25 mars 1949
Activité Homme politique

Haut fonctionnaire

Écrivain

Origine Français

Philippe de Villiers, né le 25 mars 1949 à Boulogne (Vendée), est un haut fonctionnaire, homme politique et écrivain français.

Il est membre de la famille Le Jolis de Villiers et est le fondateur du Puy du Fou. Villiers est l'un des représentants du souverainisme en France. Il a été candidat à l'élection présidentielle de 2007.

Relations avec Henry de Lesquen[modifier]

Henry de Lesquen est régulièrement décrit comme étant proche de Philippe de Villiers[1][2][3] et dit lui-même bien le connaître depuis 1986-1987.[4]

En décembre 2004, Lesquen participe à une réunion pour le "non" au référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe organisée par Villiers.[5] Lesquen devient à ce moment conseiller de Villiers.[4]

En juin 2006, Henry de Lesquen invite Philippe de Villiers dans son émission sur Radio Courtoisie.[6]

D'après Philippe Lamy, la campagne de Philippe de Villiers centrée autour de l'islamisation lors de l'élection présidentielle de 2007 a pu potentiellement lui être suggérée par Henry de Lesquen.[4]

Lors des élections municipales de 2008, le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers apporte son soutien à la liste d'Henry de Lesquen à Versailles.[7]

En novembre 2013, Henry de Lesquen reçoit Philippe de Villiers dans son Libre journal.[8]

Relations avec Paul-Marie Coûteaux[modifier]

En 1999, Paul-Marie Coûteaux est élu député européen sur la liste MPF de Philippe de Villiers et Charles Pasqua.[9]

En 2004, Coûteaux est chargé par Villiers de constituer un nouveau groupe parlementaire au sein du Parlement européen.[10]

En janvier 2007, Paul-Marie Coûteaux est nommé conseiller politique de Philippe de Villiers pour sa campagne présidentielle.[11]

En août 2009, Coûteaux dit, dans Marianne, désapprouver le ralliement de Villiers à l'UMP, qu'il estime comme étant le résultat d'un abandon "de la politique dans sa version noble".[12]

En 2012, interrogé par Nouvelles de France, Paul-Marie Coûteaux assure entretenir encore des contacts avec Philippe de Villiers, mais "pas politiques".[13]

En mars 2019, Coûteaux dit aimer "beaucoup" Villiers, mais estime que son temps est "passé".[14]

Relations avec E&R[modifier]

En avril 2009, Marc George accuse Philippe de Villiers de mener un combat souverainiste à des fins purement carriéristes.[15]

En novembre 2015, l'équipe de reporters d'ERTV fait une captation d'une conférence de Philippe de Villiers. Vincent Lapierre fait un microtrottoir à la fin de la conférence dans lequel il demande aux spectateurs s'ils ne trouvent pas qu'il manque au discours de Villiers "la dénonciation de l'influence des institutions juives de France et de la communauté juive organisée sur le gouvernement". Il vient ensuite tenter d'interviewer Philippe de Villiers, qui dit ne pas connaître E&R mais avoir cependant entendu parler d'Alain Soral, et ne pas avoir le temps pour une interview.[16]

En octobre 2018, la rédaction d'E&R publie un article qui qualifie Philippe de Villiers de "national-sioniste" suite à des propos dans lesquels il apporte son soutien à Éric Zemmour.[17]

Philippe de Villiers et Dieudonné[modifier]

Lors de sa campagne pour l'élection présidentielle de 2007, Philippe de Villiers reproche à plusieurs fois à son concurrent Jean-Marie Le Pen ses rapports avec Dieudonné, que Villiers estime comme étant "l'homme du Hamas, des islamistes, des sans-papiers etc."[18] Il qualifie les rencontres entre Dieudonné et Le Pen de "douteuses".[19]

Salim Laïbi et Philippe de Villiers[modifier]

Sur son site LeLibrePenseur.org, Salim Laïbi s'est régulièrement attaqué à Philippe de Villiers, à qui il reproche d'être islamophobe. Il a plusieurs fois évoqué les accusations de viol de Laurent de Villiers (que Laïbi appelle "Sylvain"), fils de Philippe de Villiers, à l'encontre de son frère Guillaume, dans le but d'attaquer Philippe de Villiers.[20][21] Cependant, en novembre 2016, il relaie des propos complotistes de Villiers dans lesquels l'homme politique prétend que François Fillon lui aurait dit que le groupe Bilderberg "nous gouvernent".[22]

Joffrey Marrot et Philippe de Villiers[modifier]

En avril 2017, Joffrey Marrot fait un article élogieux envers Philippe de Villiers sur le site Suavelos.eu. Il estime que Villiers serait "sorti du tribalisme bourgeois" en votant pour Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2017. Pour Marrot, Villiers s'est ainsi "bonifié avec l'âge".[23]

Jean Robin et Philippe de Villiers[modifier]

Dans son cinquante-septième JT intelligent, Jean Robin accuse Philippe de Villiers d'être un "traître" pour avoir appelé à voter Jacques Chirac lors des élections présidentielles de 1988 à 2002, puis Nicolas Sarkozy en 2007.[24]

Références[modifier]