Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Olivier Besancenot

De Wiki Dissidence
Olivier Besancenot
{{{image}}}
Nom Olivier Christophe Besancenot
Date de naissance 18 avril 1974
Activité homme politique

facteur

Origine français

Olivier Christophe Besancenot, né le 18 avril 1974 à Levallois-Perret, est un homme politique d'extrême-gauche et facteur français.

Il se fait principalement connaître lors de l'élection présidentielle de 2002 où il représente la Ligue communiste révolutionnaire, succédant ainsi à Alain Krivine. Il a alors 28 ans, ce qui fait de lui le plus jeune candidat à une élection présidentielle en France.

Bien qu'issu d'un parti trotskiste, il cite plutôt comme références politiques Louise Michel, Rosa Luxemburg ou le Che Guevara que Léon Troski. En 2018, il soutient le mouvement des Gilets jaunes.

Olivier Besancenot est régulièrement l'objet de critiques parmi la dissidence, qui le voit généralement comme un faux rebelle, notamment pour son internationalisme. Besancenot est réciproquement critique de la dissidence étant donné son opposition au nationalisme.

Relations avec Alain Soral[modifier]

En mars 2007, dans l'émission Ripostes, Olivier Besancenot dit que le Front national abriterait "volontairement ou involontairement" une "extrême-droite nauséabonde" dont Alain Soral ferait selon lui partie. Il le qualifie de "clown" qui ne fait ni "rire" ni "peur" mais "qui donne la nausée". Il ajoute que "c'est pas des mots qui sortent de sa bouche, c'est un torrent de boue avec des insultes contre les Juifs, contre les francs-maçons, contre les communistes". S'adressant à Louis Aliot, il dit qu'il ne sait pas si Soral vient bien de la gauche, mais qu'il le "laisse" en tout cas au FN.[1] Dans une vidéo publiée le même mois sur son site AlainSoral.com, Alain Soral dit que sa présence aurait initialement été prévue face à Olivier Besancenot à la place de Louis Aliot dans l'émission Ripostes, mais qu'il aurait été déprogrammé deux jours avant l'émission. Il prétend qu'Olivier Besancenot aurait d'abord accepté le débat puis aurait menacé de s'en prendre à son intégrité physique s'il n'était pas déprogrammé. Besancenot aurait affirmé avoir visité le site Internet d'Alain Soral et conclu qu'il serait un "nazi", ce qui l'aurait donc mené à annuler ce débat. Alain Soral dit qu'il pense plutôt que Besancenot aurait pris peur de passer pour un "faux révolutionnaire bobo" après ce débat, ou alors qu'un attaché de presse de la Ligue communiste révolutionnaire lui aurait déconseillé de débattre avec lui. Il ajoute que le soutien à régularisation des sans-papiers serait un point d'entente entre Olivier Besancenot et Alain Madelin, ce qui participerait à mettre en place un dumping social et ferait baisser les acquis sociaux des salariés français. Il conclue sa vidéo en défiant Olivier Besancenot dans un duel de boxe.[2]

Dans son entretien du mois de novembre 2010, Alain Soral dit qu'Olivier Besancenot aurait été "mandaté par les élites trotskistes traditionnelles". Il pense que Besancenot serait ainsi dans le milieu politique pour prendre le relai de Julien Dray et SOS Racisme. Il menace Besancenot de "l'attraper" un jour et de filmer la séquence, et le qualifie d'"anticapitaliste de mascarade". Alain Soral lui reproche aussi d'avoir été dans une émission de Michel Drucker.[3]

Lors d'une conférence, Alain Soral reproche à Olivier Besancenot d'avoir été classé parmi les hommes politiques les plus sexy dans le magazine Gala, et pense qu'il serait ainsi aidé par "le système". Il commente aussi son physique et dit que Besancenot est "le mec le plus laid qu['il n'a] jamais vu", qu'"on dirait une vieille pomme de terre", qu'il a "une tête de pauvre vieille", des joues "qui pendent", "un regard de crétin" et "une pomme de terre à la place du nez".[4]

Le 1er avril 2011, Égalité & Réconciliation publient sur leur site un canular annonçant l'adhésion d'Olivier Besancenot à l'association et son départ du Nouveau parti anticapitaliste.[5]

Relations avec Dieudonné[modifier]

Dans son spectacle Mahmoud, Dieudonné évoque dans un sketch un passage d'Olivier Besancenot face à Roger Cukierman dans l'émission Tout le monde en parle dans lequel l'homme politique se fait accuser d'antisémitisme par Cukierman et finit par pleurer. Dieudonné dit que Besancenot se serait fait "choper" par Cukierman suite à ses propos pro-palestiniens.[6]

En janvier 2014, Olivier Besancenot juge "lamentable" l'interdiction du spectacle Le Mur de Dieudonné, qu'il dit "fausse sur le fond" et qui comporterait selon lui "des problèmes de droit". Pour lui, cette interdiction s'inscrirait contre la liberté d'expression et ferait de manière consciente ou non la publicité de Dieudonné. Il estime que le gouvernement ferait mieux de s'en prendre aux entreprises qui licencient leurs salariés.[7] Dieudonné partage cette information sur sa page Facebook.[8]

En avril 2017, Besancenot est interviewé par Philippe Bilger qui lui demande sa position sur l'affaire Dieudonné. Pour Besancenot, que ce soit Dieudonné ou le Front national, "l'interdiction, ça règle pas le problème, ça l'alimente".[9]

Interpellation par Vincent Lapierre[modifier]

En mai 2015, Vincent Lapierre approche Olivier Besancenot en lui reprochant que le NPA ne couvre pas assez l'actualité venezuelienne et critique beaucoup Hugo Chávez, et lui demande également son avis sur le socialisme en Amérique du Sud. Olivier Besancenot répond que le NPA soutient Chávez, mais de manière critique. Lapierre lui demande ensuite ce qu'il pense de la vision nationaliste des dirigeants socialistes sud-américains, ce à quoi Besancenot répond que la question du nationalisme en Amérique du Sud n'aurait "rien à voir" avec le nationalisme en France, car la France serait un "pays dominant" contrairement aux pays d'Amérique du Sud. Lapierre répond que la France serait selon lui dominée par les États-Unis, ce qui justifierait donc selon cette logique de dominants et dominés un nationalisme français. L'ancien porte-parole du NPA lui répond alors que la France reste un pays dominant malgré la domination américaine, et que le "joug français" est peut-être même pire que le "joug nord-américain". Olivier Besancenot s'éloigne ensuite de Lapierre. Plusieurs personnes se mettent ensuite à exfiltrer Lapierre de l'endroit où il se trouve après l'avoir identifié comme un militant d’Égalité & Réconciliation. Une des personnes ayant participé à l'exfiltration demande à Lapierre pourquoi est-ce qu'il les filmait puis le menace. E&R avancent même qu'il aurait mis un coup de casque à Lapierre, et accusent Olivier Besancenot d'avoir assisté à la scène de manière complice.[10]

Interpellation par We Are Change Paris[modifier]

En novembre 2010, Olivier Besancenot est interpellé au cours d'une manifestation contre la réforme de l'âge de départ à la retraite au sujet du groupe Bilderberg par des membres de la branche parisienne du média We Are Change. Besancenot est cependant occupé à faire du tractage lors de la manifestation et ne répond pas aux questions de We Are Change. Ils se font ensuite éloigner de Besancenot par des personnes qui l'entourent.[11]

Jacob Cohen et Olivier Besancenot[modifier]

Lors d'une interview pour la branche internationale de Meta TV, Jacob Cohen qualifie Besancenot de "bon gars", de "nul", de "formidable" et de "gars du système". Ces qualificatifs contradictoires peuvent venir du fait que l'interview se déroule en anglais, langue que Cohen ne maîtrise pas parfaitement. Jacob Cohen pense qu'Olivier Besancenot serait accepté par le "système" car il lui donnerait de la crédibilité et permettrait aux personnes souhaitant se révolter de se canaliser dans le vote, ce qui les ferait participer au "système".[12]

Fichier:Détail de la fresque Le Réveil.jpg
Détail de la fresque Le Réveil dans lequel on voit Olivier Besancenot.

Serge Ayoub et Olivier Besancenot[modifier]

Une fresque peinte par Baptiste Folliot représentant entre autres Olivier Besancenot décapité a été affichée dans le bar Le Local tenu par Serge Ayoub.[13]

Salim Laïbi et Olivier Besancenot[modifier]

En 2014, Salim Laïbi publie un article sur son site LeLibrePenseur.org dans lequel il qualifie Olivier Besancenot de "pitre" et de "clown de la dissidence officielle". Il avance une théorie du complot voulant que Besancenot applique une stratégie de gain de temps afin de "laisser les politiques véreux déstructurer l’état et l’affaiblir au maximum pour le plus grand bien des banksters".[14]

Références[modifier]

  1. Ripostes, 11 mars 2007 : https://youtu.be/khj9gapKIYI?t=2550
  2. "Alain Soral Vs Olivier Besancenot" : https://www.youtube.com/watch?v=Hg_PGUjJWTg
  3. Alain Soral, Entretien du mois de novembre 2010 : https://www.youtube.com/watch?v=ZlrHQlXD_mc
  4. "Alain Soral - l'escroquerie Besancenot NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste)" : https://youtu.be/ZlrHQlXD_mc?t=624
  5. http://archive.is/DhM9R
  6. Dieudonné, Mahmoud, 2010
  7. http://archive.is/zmlff
  8. http://archive.is/5aljt
  9. "Olivier Besancenot" https://youtu.be/GcLp__UaucI?t=1464
  10. "Un reporter d’ERTV agressé par la garde rapprochée de Besancenot" : https://www.dailymotion.com/video/x2qf63a
  11. "Besancenot muet sur le groupe Bilderberg" : https://www.dailymotion.com/video/xfn5f8
  12. "Jacob Cohen compares Olivier Besancenot to Dieudonné" : https://www.youtube.com/watch?v=alca1NWh1QA
  13. http://archive.is/cYq12
  14. http://archive.is/H6nDY