Maxime Brunerie

De Wiki Dissidence
Maxime Brunerie
{{{image}}}
Nom Maxime Brunerie
Date de naissance 21 mai 1977
Activité Ex-terroriste
Origine Français

Maxime Brunerie, né le 21 mai 1977 à Courcouronnes, est un ancien terroriste d'extrême-droite français, reconverti ensuite en écrivain.

Biographie[modifier]

Maxime Brunerie est connu pour avoir tenté d'assassiner le président de la République française Jacques Chirac le 14 juillet 2002. Il lui a tiré dessus à l'aide d'une carabine 22 long rifle, mais a échoué à le tuer. Il est condamné à 10 ans de prison le 10 décembre 2004, et est libéré le 3 août 2009 après plus de 6 ans d'emprisonnement.

Avant la tentative d'assassinat, il étudie en BTS de comptabilité-gestion et est un habitué du groupe de supporters ultras du PSG Kop of Boulogne. Il est membre du Mouvement national-républicain, et est septième sur la liste du MNR aux élections municipales de 2001. Il est aussi proche de l'organisation politique Unité radicale, dissoute après la tentative d'attentat, et fréquente le forum Internet du groupe néonazi Combat 18, sur lequel il poste un message annonçant sa tentative d'attentat.

Depuis sa libération, il a pu exprimer ses regrets à propos de sa tentative d'attentat dans les médias, et a publié plusieurs ouvrages autobiographiques co-écrits avec Christian Rol.

Sur une idée de Christian Rol, il tente infructueusement de rejoindre le Modem en 2011 afin de faire un canular à François Bayrou[1], puis apporte publiquement son soutien Ségolène Royal à la primaire présidentielle socialiste de 2011. Il garde cependant des idées nationalistes.[2]

Lors du mouvement des Gilets jaunes, il participe à quelques manifestations.[2]

Autres affaires judiciaires[modifier]

En octobre 2018, Maxime Brunerie est condamné à 3 mois de prison avec sursis pour des faits de violences conjugales.[3]

Relations dissidentes[modifier]

Relations avec Hervé Ryssen[modifier]

En novembre 2010, Hervé Ryssen, invoquant le droit de prescription quant à cette affaire, affirme sur son blogue avoir préparé l'attentat contre Jacques Chirac avec Maxime Brunerie, qui était comme lui sympathisant d'Unité radicale :

Nous devions stopper net le convoi, en criblant la voiture présidentielle avec un pistolet à plomb à air comprimé, pendant que Maxime “cartonnait” le président avec sa “22”. Hélas, Maxime a voulu travailler seul. Tout a échoué. Et c’est bien dommage !

En octobre 2011, Ryssen surenchérit sur le même blogue, et prétend avoir eu également, avec Brunerie, pour projet de "de pulvériser cette grosse tantouze qu’est Bertrand Delanoë". Il ajoute : "ce n'est que partie remise !".[4]

En avril 2012, il avoue au journal StreetPress avoir menti sur l'affaire Brunerie afin de faire "le buzz".[5]

En novembre 2013, Hervé Ryssen revient sur l'affaire après une condamnation de trois mois de prison ferme pour ses menaces de mort homophobes à l'encontre de Bertrand Delanoë, et parle d'une "moquerie" concernant ses affirmations de projets d'attentats avec Maxime Brunerie.[4] En décembre 2013, dans une interview pour Rivarol, Ryssen évoque un simple "article loufoque".[6]

Relations avec François Bousquet[modifier]

En mai 2020, dans une interview pour Daniel Conversano, Maxime Brunerie dit avoir proposé à La Nouvelle Librairie de François Bousquet de leur fournir son livre, suite à la proposition de Martial Bild. Il dit avoir rencontré François Bousquet par l'entremise de Christian Rol alors que lui et Brunerie passaient à La Nouvelle Librairie. Brunerie se plaint dans cette interview que Bousquet se serait adressé à lui d'un "Ah d'accord..." lorsqu'il lui a été présenté par Rol. Si Brunerie affirme que Bousquet a ensuite placé son livre en vente à La Nouvelle Librairie, il se lamente que ce livre aurait été placé "à l'étagère tout au fond, en bas".[7]

Relations avec Pierre-Yves Rougeyron[modifier]

Lors d'une interview pour Daniel Conversano, Maxime Brunerie raconte avoir assisté à une conférence de Philippe Bilger organisée par Pierre-Yves Rougeyron au Carré parisien. Tentant de poser une question lors de la conférence, il prétend Rougeyron aurait tenté de l'empêcher de parler et aurait été agacé par sa présence. Il dit aussi avoir par la suite assisté à une réunion portant sur l'organisation d'un événement littéraire au Carré parisien à laquelle participait également Rougeyron, lors de laquelle ce dernier aurait encore une fois été énervé par la présence de Brunerie.[8]

Relations avec Daniel Conversano[modifier]

En janvier 2020, lors d'un live, Daniel Conversano note la présence de Maxime Brunerie parmi les spectateurs et annonce une future émission de Vive l'Europe avec lui.[9] En mai 2020, Conversano publie leur émission. Lors de l'émission, Conversano dit avoir la même idéologie que Brunerie.[2]

Relations avec Martial Bild[modifier]

En mai 2019; Maxime Brunerie est invité par Martial Bild sur sa chaîne virtuelle TV Libertés afin de faire la promotion de son livre autobiographique Même pas mal ![10] C'est l'une des premières interventions de Brunerie dans un média d'extrême-droite depuis sa sortie de prison et l'une de ses premières interviews promotionnelles.

Références[modifier]

  1. "Maxime Brunerie BALANCE TOUT ! Il a tenté d'assassiner Jacques Chirac en 2002 - Daniel Conversano VE" : https://youtu.be/L4iYrYPxLWs?t=3895
  2. 2,0 2,1 et 2,2 "Maxime Brunerie BALANCE TOUT ! Il a tenté d'assassiner Jacques Chirac en 2002 - Daniel Conversano VE" : https://www.youtube.com/watch?v=L4iYrYPxLWs
  3. http://archive.is/2EdmQ
  4. 4,0 et 4,1 http://archive.is/ANodD
  5. http://archive.is/3sf8l
  6. http://archive.is/cWELj
  7. "Maxime Brunerie BALANCE TOUT ! Il a tenté d'assassiner Jacques Chirac en 2002 - Daniel Conversano VE" : https://youtu.be/L4iYrYPxLWs?t=2890
  8. https://youtu.be/L4iYrYPxLWs?t=4168
  9. "Conversano Live - F.A.Q de la rentrée, et résolution de l'année : VAINCRE LA PARESSE !" : https://www.youtube.com/watch?v=OelkBFg-A6c
  10. ""Pourquoi j'ai voulu tuer Chirac !" - Le Zoom avec Maxime Brunerie" : https://www.youtube.com/watch?v=ZTmSVKe_51Y