Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Marc Delantre

De Wiki Dissidence
Marc Delantre
{{{image}}}
Nom Marc Delantre
Date de naissance {{{date_de_naissance}}}
Activité Informaticien
Origine Belge

Marc Delantre est un informaticien belge résidant aux Philippines. Il se présente également comme un lanceur d'alertes et comme un agent anti-terroriste, et prétend appartenir involontairement au réseau Gladio qui continuerait selon lui d'opérer.

D'après lui, après avoir été approché par une organisation se faisant passer pour le Mossad, il commence à se faire contacter par le réseau Gladio via le logiciel Mirai, derrière qui il identifie les pirates informatiques israéliens derrière l'outil de piratage informatique v-DOS. Il pense que le réseau Gladio lui enverrait des messages, qu'il serait le seul capable de décrypter, grâce au nombre de connexions à son serveur informatique. Il pense avoir été ainsi prévenu de divers attentats, attaques et accidents qui seraient selon lui organisés sous faux drapeau.[1]

En mai 2018, il se fâche avec la rédaction du site Internet Nouvelordremondial.cc qui ne prennent pas ses alertes au sérieux et le désignent comme "un esprit malade en quête de reconnaissance".[2] Le site Stop Mensonges, quant à lui, relaie un article de Delantre qu'il qualifie de "nouvelles preuves que le réseau Gladio est lié aux attentats ou autres attaques de 2015 à 2018".[1]

En septembre 2018, il répond aux questions du vidéaste conspirationniste britannique Miles Johnston.[3] En octobre 2018, il répond aux questions de la vidéaste conspirationniste américaine Ramola D.[4] Elle l'interviewe à nouveau en novembre 2018.[5]

En avril 2019, il publie une vidéo sur son compte YouTube, qui se fait plus remarquer que les autres, dans laquelle il prétend avoir été malgré lui à l'origine de l'incendie de Notre-Dame de Paris, via le réseau Gladio. Il pense que l'origine de cet incendie aurait été la finalisation de la version anglaise de son livre The Gladio Code. La vidéo reçoit un accueil mitigé : au 17 avril 2019, elle compte 200 mentions "je n'aime pas" pour seulement 156 mentions "j'aime".[6]

Références[modifier]