Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Libéralisme

De Wiki Dissidence

Le libéralisme est un courant de pensée politique, économique et philosophique vantant les mérites des libertés individuelles, qui s'est développé en Angleterre et en France entre le XVIIème et le XVIIIème siècle.

Traditionnellement, le libéralisme soutient la démocratie libérale, les libertés individuelles, la libre entreprise, le libre marché, le libre-échange et la propriété privée. L'État est vu par le libéralisme comme à la fois le garant des libertés individuelles et à la fois leur plus grande menace. Ses pouvoirs doivent donc selon le libéralisme être limités et œuvrer vers la protection des libertés individuelles. Certains courants du libéralisme peuvent cependant parfois s'éloigner de certains de ces idéaux.

Le libéralisme a engendré lui-même plusieurs courants appliquant différentes versions du libéralisme : le libéral-conservatisme, qui allie les principes libéraux aux mœurs conservatrices et compte des partisans parmi la dissidence (par exemple Jean Robin), le social-libéralisme, plus axé notamment sur la justice sociale que les autres courants, ainsi que le national-libéralisme, courant marginal au sein du libéralisme mais populaire parmi la dissidence depuis son introduction par Henry de Lesquen.

L'on peut aussi noter le libertarianisme, qui fait une critique de l'Etat plus radicale que le libéralisme classique, et fonde sa définition de la liberté sur le droit de propriété sur soi-même ainsi que sur ce qui a été légitimement acquis par l'individu. Pour certains, il constitue un courant à part, et pour d'autres une continuation ou une radicalisation du libéralisme. Le libertarianisme a également généré plusieurs courants, principalement le minarchisme et l'anarcho-capitalisme. Certains dissidents sont libertariens, comme Piero San Giorgio ou le commandant Aubenas.

Le libéralisme est généralement classé entre la droite et le centre, mais le courant social-libéral est parfois classé au centre-gauche voire à gauche (surtout dans le monde anglo-saxon).

Quelques théoriciens du libéralisme sont Frédéric Bastiat, Friedrich August Hayek, Ludwig von Mises, Adam Smith, Milton Friedman, John Stuart Mill ou Alexis de Tocqueville.

Si le libéralisme compte des partisans au sein de la dissidence, il compte également énormément de critiques : l'on peut ainsi citer Alain Soral, Alain de Benoist, Michel Drac, Michel Collon ou Étienne Chouard.

Alain de Benoist et le libéralisme[modifier]

Pour Alain de Benoist, le libéralisme serait une idéologie devenue "dominante" au fur et à mesure de son acceptation par la gauche. Il voit le libéralisme comme un danger, et pense que le clivage gauche/droite serait en train de s'effacer au profit d'un clivage antilibéral/libéral, ce qui marquerait le déclin du libéralisme. Il voit aussi une incompatibilité entre libéralisme et conservatisme. Pour lui, les fondements anthropologiques du libéralisme seraient l'économisme et l'individualisme. Il pense également que le libéralisme ne serait pas au service de la liberté mais seulement de la liberté individuelle.[1][2]

En janvier 2019, il publie un livre intitulé Contre le libéralisme.

Références[modifier]