Johnny Hallyday

De Wiki Dissidence
Johnny Hallyday
{{{image}}}
Nom Jean-Philippe Smet
Date de naissance 15 juin 1943
Activité Chanteur

Compositeur

Acteur

Origine Français

Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday, est un chanteur, compositeur et acteur français, né le 15 juin 1943 à Paris et mort le 5 décembre 2017 à Marnes-la-Coquette.

Sa musique est principalement rock, mais peut parfois s'orienter vers la pop. Il connaît également une carrière d'acteur, moins importante.

Durant toute sa carrière, Johnny Hallyday demeure l'un des chanteurs français les plus connus et laisse une grande empreinte dans la culture française. Les dissidents se sont donc parfois exprimés à son sujet, et lui ont souvent reproché d'avoir été instrumental dans l'importation de la culture américaine en France, mais l'apprécient tout de même parfois pour l'icône française qu'il était.

Relations avec Alain Soral et E&R[modifier]

Lors de la fête des Bleu-Blanc-Rouge de 2006, Alain Soral fait un karaoké où il reprend Ma gueule de Johnny Hallyday.[1]

Dans une interview, Alain Soral assure avoir déjà "couché" Johnny Hallyday à la bagarre.[2]

En juillet 2016, dans un podcast NipNic sur la musique, Alain Soral déclare avoir du respect pour Johnny Hallyday étant donné sa longévité, et aussi parce qu'il aime sa voix, particulièrement son ton. Il dit aimer les chansons Que je t'aime, Sarah, Gabrielle et Ma gueule. Il dit par contre ne pas aimer Tennessee et lui reproche de ne pas écrire ses chansons. Quand on lui demande s'il trouve que Johnny a bien vieilli, il dit ne pas vouloir en parler "car il est tout refait et tout ça".[3]

Après la mort de Johnny Hallyday, le site d'E&R publie plusieurs articles à son sujet, l'un le glorifiant et l'autre analysant son public et les raisons qui l'ont poussé à écouter Johnny, pour répondre aux déclarations d'Alain Finkielkraut sur la France désunie dans l'hommage à Johnny Hallyday.[4][5]

Dieudonné et Johnny Hallyday[modifier]

Le jour de la mort de Johnny Hallyday, Dieudonné est interviewé par Alimuddin Usmani du site LaPravda.ch, entre autres à propos de ce sujet. Dieudonné réagit en disant qu'"il a eu une belle vie", et qu'il ne pense pas que ce genre de personnages ne se reproduira, avec l'avènement d'internet. Il rappelle aussi que Johnny n'était qu'interprète, et annonce qu'il comptait faire une vidéo sur ce sujet.[6] Deux jours après, il publie cette vidéo sur YouTube. Il rappelle encore que Johnny Hallyday n'était qu'un simple interprète n'ayant jamais ni écrit ni composé et également que la mort de Johnny signe la fin de "la toute puissante culture d'Etat fabriquée après-guerre pour domestiquer une jeunesse en quête de liberté". Il prévoit aussi que Johnny, mort peu avant Noël, fera un record de vente posthume pour les fêtes.[7]

Daniel Conversano et Johnny Hallyday[modifier]

Après la mort de Johnny Hallyday, Daniel Conversano déplore sur Twitter les attaques que lui font la sphère nationaliste. Il estime qu'en tant que chanteur de variété, Johnny n'avait pas à avoir de consistance politique.[8] Sur Facebook, il dit que malgré "son côté couillon", Johnny "était tout de même une icone française" et "visiblement, un homme gentil". Il précise ne pas être un fan de son répertoire musical, mais bien aimer sa chanson "J'ai oublié de vivre".

Salim Laïbi et Johnny Hallyday[modifier]

En 2013, après avoir regardé un concert de Johnny Hallyday retransmis en direct à la télévision, Salim Laïbi fait une vidéo dans laquelle il l'accuse de se teindre les cheveux, de se doper pour tenir et de faire de la musique "merdique". Il dit que Johnny fait de la musique américaine francisée et donc participerait à une "invasion culturelle" américaine et à la "soumission" de la France envers les États-Unis. Mais ce qui choque le plus LLP, c'est un pendentif vendu sur le site de Johnny Hallyday représentant Jésus-Christ crucifié avec une guitare. Il qualifie cet objet de blasphématoire.[9]

Marc-Édouard Nabe et Johnny Hallyday[modifier]

En mars 2019, dans le numéro 18 de Nabe's News, Marc-Édouard Nabe déplore que Johnny Hallyday soit fêté tous les mois à l'église de la Madeleine. D'après lui, des curés chanteraient les chansons de Johnny et mélangeraient les chants religieux et les prières à des chansons de Johnny.[10]

Hadraan le Gaulois et Johnny Hallyday[modifier]

En avril 2019, suite à la demande de Joharno, Hadraan le Gaulois fait une vidéo à propos de Johnny Hallyday. Il dit de pas beaucoup écouter Johnny, voire "pas". Il dit aimer particulièrement sa chanson J'en parlerai au diable, mais ne pas trop aimer l'album posthume Mon pays c'est l'amour qu'il qualifie d'"inégal". Il le qualifie de "légende" et dit qu'il l'inspire beaucoup. Pour lui, Johnny était "le dernier de sa race", "loin de tous ces délires métrosexuels à la con", et il n'y aura plus d'artiste comme lui. Il le voit comme quelqu'un de "très simple" et qui "se la pétait pas forcément". Pour lui, Johnny ferait partie du patrimoine français et il le compare à la cathédrale Notre-Dame de Paris, même s'il admet ne pas trop aimer sa période yé-yé, qu'il voit comme le symbole de la dominance culturelle américaine sur la France.[11]

Papacito et Johnny Hallyday[modifier]

Dans son deuxième Entretien choc, Papacito dit n'avoir jamais été "un grand fan de [la musique de Johnny Hallyday]", mais avoir un respect "énorme" pour l'individu qu'il était. Il loue notamment qu'il soit allé faire des concerts dans de petites municipalités et qu'il participait lui-même à l'organisation de ses concerts.[12]

Références[modifier]