Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Jean-Pierre Chevènement

De Wiki Dissidence
Jean-Pierre Chevènement
{{{image}}}
Nom Jean-Pierre Chevènement
Date de naissance 9 mars 1939
Activité homme politique

haut fonctionnaire

Origine français

Jean-Pierre Chevènement, né le 9 mars 1939 à Belfort, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Il naît dans une famille d'instituteurs francs-comtois et fait ses études supérieures à l'École nationale d'administration. Il commence sa carrière politique en 1965 en devenant conseiller commercial au ministère de l'Économie et des Finances.

De 1964 à 1969, Chevènement appartient à la SFIO, puis, de 1969 à 1993, au Parti socialiste. En 1993, en désaccord avec l'orientation du PS au sujet de la guerre du Golfe, il fonde le Mouvement des citoyens, qui devient en 2003 le Mouvement républicain et citoyen. Il finit par le quitter en 2015.

Il a été plusieurs fois ministre et député.

Jean-Pierre Chevènement est l'un des représentants majeurs du courant souverainiste de gauche en France.

Alain Soral et Jean-Pierre Chevènement[modifier]

En mai 1993, dans l'appel "Vers un front national" auquel Alain Soral prétend avoir participé, la création d'un "front" regroupant "Pasqua, Chevènement, les communistes et les ultra-nationalistes" est suggérée.[1]

Alain Soral crédite Jean-Pierre Chevènement, qui aurait selon lui pris un tournant "national-républicain", comme étant partiellement responsable de son regain d'intérêt pour la politique en 2000.[2] Il dédie par ailleurs son livre Jusqu'où va-t-on descendre ? à Jean-Pierre Chevènement.[3]

Soral dit que Chevènement fait office de "sorte de sas" dans son parcours politique, qui l'a mené à se rapprocher du Front national.[4] Il explique effectivement qu'il souhaitait initialement voter pour lui à l'élection présidentielle de 2002, mais que voyant qu'il n'avait "ni les épaules ni la liberté nécessaires pour aller au bout de ses convictions", il s'est finalement orienté vers le FN.

Alain Soral reproche d'ailleurs à Jean-Pierre Chevènement en 2007 d'avoir rallié Ségolène Royal.[2]

Références[modifier]