Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Jean-Luc Godard

De Wiki Dissidence
Jean-Luc Godard
{{{image}}}
Nom Jean-Luc Godard
Date de naissance 3 décembre 1930
Activité cinéaste
Origine français

suisse

Jean-Luc Godard est un cinéaste franco-suisse né le 3 décembre 1930 à Paris.

Godard est souvent considéré comme l'un des grands réalisateurs du cinéma français et a inspiré de très nombreux autres cinéastes. Il demeure cependant une personnalité clivante étant donné l'approche inorthodoxe de ses films.

Il s'est parfois fait remarquer pour certains de ses propos polémiques et a notamment plusieurs fois fait face à des accusations d'antisémitisme. En 2019, il fait part de son intention de réaliser un film au sujet du mouvement des Gilets jaunes, dans lequel il envisage de faire jouer Natacha Polony.

Alain Soral et Jean-Luc Godard[modifier]

Alain Soral dit qu'il ne déteste pas Jean-Luc Godard, mais qu'il se sent quand même obligé de le détester car ce qu'il fait serait "très surfait" et "chiant".

Dans Sociologie du dragueur, Alain Soral cite À bout de souffle de Jean-Luc Godard parmi les œuvres intéressantes sur le sujet de l'amour et de la femme.[1]

Dans Abécédaire de la bêtise ambiante, Soral dit d'À bout de souffle qu'il tirerait sa "fraîcheur" d'un "avant-gardisme formel" qui masquerait "un manque de fond, pour le moins réactionnaire". Il dit que le film a un thème "classiquement misogyne". Il lui trouve une "modernité indéniable" mais qui n'en ferait "pas un chef-d'œuvre", mais un "film culte". Ce film ne se situerait donc selon Soral "pas au niveau des meilleurs", mais serait "le premier d'un genre nouveau pour le meilleur et pour le pire".[2]

AnalGenocide et Jean-Luc Godard[modifier]

AnalGenocide est un grand amateur du cinéma de Jean-Luc Godard et s'inspire de ce cinéaste, dont il tire son injure emblématique "faquin".

En juillet 2019, AnalGenocide procède dans une de ses vidéos à une analyse du court-métrage Je vous salue, Sarajevo de Jean-Luc Godard afin de prouver aux critiques de cinéma de YouTube la supériorité des productions de Jean-Luc Godard face à celles de J. J. Abrams. AnalGenocide dit par ailleurs qu'il s'agit là d'un de ses films préférés du réalisateur, qu'il trouve "profondément beau". Il fait ensuite une présentation de films de Godard qu'il conseille de voir pour le découvrir : À bout de souffle, Une femme est une femme, Le Petit Soldat, Pierrot le fou, Le Mépris, Bande à part, One + One, La Chinoise, Histoire(s) du cinéma, Notre musique, Hélas pour moi, Éloge de l'amour, Passion, et Le Vent d'est.[3]

Marc-Édouard Nabe et Jean-Luc Godard[modifier]

Dans un entretien publié durant l'été 1989, Marc-Édouard Nabe s'exprime à propos de Jean-Luc Godard, et estime "dommage pour la culture française d'aujourd'hui" que Godard ne le connaisse pas, tandis que lui le connaît. Il l'estime "complexé" par la littérature et le soupçonne "d'être vraiment un sale type, mauvais, étriqué, profondément méprisant, sournois, incapable de se donner, un besogneux sans enthousiasme". Nabe admet tout de même à Godard "de belles images" et semble lui daigner un minimum d'intérêt même si "de tous les cinéastes qui [l]'intéressent, c'est celui qu['il] préfère le moins".[4]

Daniel Conversano et Jean-Luc Godard[modifier]

Dans son émission de Vive l'Europe avec Teddyboy RSA, Daniel Conversano avoue s'être "infligé pas mal [des] films" de Jean-Luc Godard même s'il ne l'aime pas particulièrement. Cependant, il dit qu'il trouve intéressant que Godard fasse du "méta-cinéma", à savoir "du cinéma qui parle du cinéma". Conversano fait un parallèle entre Godard et Teddyboy RSA, qui serait selon lui l'équivalent youtubeur de Godard.[5]

Références[modifier]