Jean-Luc Delarue

De Wiki Dissidence

Jean-Luc Delarue, né le 24 juin 1964 à Paris et mort le 23 août 2012 à Neuilly-sur-Seine, est un animateur et producteur de télévision français, spécialisé dans les émissions de télévision de type débat télévisé.

Relations avec Alain Soral[modifier]

Jean-Luc Delarue est un ami de jeunesse d'Alain Soral. Ils se sont connus car ils sont sortis avec la même fille. Ils se tutoient et s'appellent de temps en temps au téléphone. Jean-Luc Delarue a fait inviter Alain Soral dans des émissions qu'il produisait, notamment C'est mon choix, mais jamais dans celles qu'il présentait. Soral dit à ce sujet :

C'est assez drôle, pour à la limite qu'il n'y ait pas de porte-à-faux, il m'a fait inviter dans des émissions qu'il produisait, Évelyne Thomas etc., mais jamais dans les siennes, et je n'ai jamais voulu être dans une émission face à lui parce que comme j'avais de la sympathie pour lui en privé ça m'aurait fait chier d'être face à son masque. Donc c'est intéressant parce qu'à la fois on était copains, j'aurais pu m'appuyer sur lui pour qu'il m'invite, il m'a jamais invité, je lui ai jamais demandé.

Quelques mois avant sa mort, Alain Soral rencontre une nouvelle fois Jean-Luc Delarue dans la galerie de Marc-Édouard Nabe. Il dit au sujet de cette rencontre :

Mais je l'avais croisé il y a quelques mois au vernissage de Nabe et il était totalement détruit par la cocaïne, il avait des crises, des bouffées délirantes de haine et de crises de larmes, il était blême, on voyait physiquement qu'il était très abimé, il avait le visage cireux, il a voulu casser la gueule à un photographe de manière hystérique à un moment donné... Donc il avait des bouffées de haine et à un moment donné ce qui était très triste c'est qu'on s'est parlé 5 minutes en privé et il m'a tenu la main et il s'est mis à pleurer. Tu vois ? Et j'ai vécu cette chose-là deux fois dans ma vie avec Jean-Edern Hallier. À un moment donné quand Jean-Edern Hallier m'a dit "Tu sais moi aussi je suis un mec bien", il s'est mis à pleurer, et j'ai eu la même chose avec Delarue qui m'a pris la main, m'a dit "Alain..." etc., il m'a regardé dans les yeux et a eu les larmes aux yeux, et je me suis dit "Pour qu'un type qui est millionnaire, gendre idéal, une réussite totale... (Et c'était avant sa chute pour la cocaïne, donc voilà il était encore au top du top hein.) ...me prenne la main en pleurant avec une espèce de respect, je veux dire en gros "quelque part, j'ai raté ma vie" peut-être, et avec un respect évident, parce qu'un mec comme Delarue ne vient pas me parler dans un lieu public me serrer la main et parler avec moi de manière exactement comme quand Julien Cazarre se fait prendre en photo avec moi, pour ceux qui savent qui il est, ces gens-là ne le font pas par hasard, c'est à dire qu'il y a un vrai respect.

Dans son entretien du mois de septembre 2012, peu après la mort de Jean-Luc Delarue, Alain Soral revient sur la relation qu'il a eu avec lui. Il dit que c'était "un type très gentil, très bien élevé, assez cultivé". Il dit que Delarue est tombé dans le piège de la réussite et que ce piège l'a finalement détruit. Il pense que Delarue prenait de la cocaïne pour pouvoir supporter de "faire le gendre idéal pour la ménagère de moins de 50 ans", alors qu'il était "intellectuellement capable de choisir [la] voie [d'Alain Soral]", et que la cocaïne l'a amené à avoir un cancer qui l'a amené à la mort. Soral voit ça comme une sorte de "justice immanente" puisque Delarue "a travaillé du mauvais côté" et qu'il "n'a pas mis son intelligence au service du beau, du bien et du vrai", et il dit que c'est "important" qu'il ait "péri par là où il a péché". Il dit cependant que la mort de Delarue lui a fait de la peine, mais qu'il s'y attendait.

Relations avec Marc-Édouard Nabe[modifier]

Jusqu'à sa mort, Jean-Luc Delarue fréquente assidûment Marc-Édouard Nabe, et lui achète même des tableaux. En 1995, Nabe est l'invité de Jean-Luc Delarue dans Ça se discute, pour une émission sur Internet. En 1999, un entretien entre Jean-Luc Delarue et MEN est publié dans Coups d'épée dans l'eau, une compilation d'entretiens avec Marc-Édouard Nabe. À la mort de Jean-Luc Delarue, MEN publie un texte sur le sujet.