Guillaume Faye

De Wiki Dissidence
Guillaume Faye
{{{image}}}
Nom Guillaume Faye
Date de naissance 7 novembre 1945
Activité Écrivain

Journaliste

Origine Français

Guillaume Faye, né le 7 novembre 1949 et mort le 6 mars 2019[1], est un essayiste, journaliste et théoricien d'extrême droite français.

Il est pendant les années 1970-1980 un des principaux théoriciens de la Nouvelle Droite, dans le cadre du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE). Il rompt un temps avec la politique et travaille notamment comme animateur de radio sur Skyrock, sous le pseudonyme de Skyman. Il revient ensuite au militantisme au sein de la mouvance identitaire, dans la deuxième moitié des années 1990.

Biographie[modifier]

Guillaume Faye rejoint le GRECE suite à l'invitation de Dominique Venner en 1970. D'après l'historien Nicolas Lebourg, Faye pouvait citer « pléthore d'auteurs » (ainsi il cite parmi ses références autant Gilles Deleuze et Guy Debord que Martin Heidegger et Carl Schmitt[2]) et écrire des textes louant la liberté sexuelle comme une vertu prométhéenne. Il participe aussi à moderniser le nationalisme, en insistant en 1979 pour que l'extrême-droite ne pointe plus du doigt les « immigrés » mais défende la nécessité de préserver l'« identité » culturelle et biologique des peuples. Ainsi, il pense que le communautarisme rendrait la remigration plus facile pour les personnes issues de l'immigration.[3] La même année, il participe au Serment de Delphes, qui consiste en la promesse de combattre pour l'identité européenne.[2] Durant cette époque, en s'inspirant des radicaux italiens, il loue dans l'Iran de l'ayatollah Khomeini un allié géopolitique pour l'Europe.[3]

Durant les années 1980, il devient un permanent du GRECE et occupe le poste de secrétaire aux « études et recherches ».[2] A cette même période, il entretient des liens avec les éléments les plus radicaux de l'extrême-droite, comme les nationalistes révolutionnaires ou bien les indépendantistes bretons à tendance néonazie. Cela lui vaut son exclusion du GRECE en 1987 par Pierre Vial, d'après un courrier qu'il a adressé au Monde. Cependant, au sein de l'association, Vial prétend que Faye aurait quitté le GRECE de lui-même et rêverait de le détruire.[3]

Suite à son exclusion du GRECE, Guillaume Faye s'éloigne de la vie politique et s'occupe notamment en faisant des sketchs et des canulars téléphoniques pour la radio Skyrock sous le pseudonyme de Skyman.[3]

Il revient dans la politique à la fin des années 1990 et se met à désigner l'islam comme ennemi politique. Il se met aussi à considérer le néo-paganisme comme une erreur, lui qui pourtant avait beaucoup contribué à son essor dans le milieu nationaliste et identitaire. Il change également sa critique de l'immigration en appelant à la « Reconquête » du territoire européen. Il pense que l'Europe serait à l'avènement d'une guerre civile entre le « monde blanc » et l'islam. Ces théories trouvent un public notamment dans l'extrême-droite pro-israélienne, et sont par la suite partiellement reprises par Jean-Marie Le Pen, le Bloc identitaire et l'Alt-right.[3]

En avril 2004, Serge de Beketch révèle dans Le Libre Journal de la France Courtoise le script d'une discussion enregistrée à l'insu de Guillaume Faye, dans lequel il parle de sa carrière dans la pornographie, et où il révèle faire des enquêtes sur l'extrême-droite pour Serge Moati ou des journaux comme Le Nouvel Observateur. Il y dit aussi être dans la mouvance d'extrême-droite pour l'argent. Suite à la publication de cette discussion, Guillaume Faye prétend avoir tenu ces propos pour se moquer de ses interlocuteurs.[4]

Relations avec Alain Soral[modifier]

En 2007, dans son livre La nouvelle question juive, Guillaume Faye accuse Alain Soral, Christian Bouchet et Alain de Benoist d'avoir « ataviquement l'esprit femelle du collabo ».[5]

En février 2008, lors d'une émission de Derrière ta porte, Guillaume Faye traite Alain Soral d'« ex-marxiste charlot », et dit qu'il aurait « contribué à l'effondrement du Front national par des thèses complètement délirantes », et qu'il ne serait « pas sérieux du tout ». D'après lui, Soral n'aurait « pas d'œuvre concrète construite » et serait « un sociologue d'opérette ». Il pense que Soral irait puiser de la virilité chez les Maghrébins, ce qu'il préconise de ne pas faire. [6] . Soral, quant à lui, attaque Faye à plusieurs reprises durant l'année 2008: Il reproche notamment à Guillaume Faye son islamophobie ainsi que d'avoir abandonner son antisémitisme alors aussi virulent dans les années 1980 selon le patron d'ER. [7] . Lors d'une emission sur la radio Içi et Maintenant, un auditeur demande à Soral ce qu'il pense de Guillaume Faye. Il répond alors qu'il n'en pense "rien". [8]

Néanmoins, en mars 2012, E&R Bretagne publie une vidéo d'interview de Guillaume Faye sur Dailymotion.[9] En mai 2012, E&R font la promotion d'une conférence de Guillaume Faye sur le thème « Sexe, dévoiement & politique ».[10]

En janvier 2014, Guillaume Faye qualifie Alain Soral de « clown involontaire », d'« idiot utile de l'immigrationnisme colonisateur et de l'islamisme », d'« ex-communiste magouilleur » et de « provocateur infantile, adepte de la langue de bois » dans un texte sur Dieudonné.[11] En décembre 2014, interrogé par Jean Robin au sujet des différences qu'il y aurait entre Alain Soral et Éric Zemmour, Guillaume Faye dit que la différence fondamentale serait que Soral est tellement antisémite qu'il serait devenu « pro-arabe et pro-immigré ». Il dit qu'il y aurait un côté « pathologique » et « schizophrène » chez Soral. Faye lui reproche aussi de s'être « exhibé nu sur son blogue ». Il révèle l'avoir rencontré deux fois dans sa vie, et qu'il lui aurait fait l'impression d'une « personnalité pathologique, sur le plan même du comportement, de la gestuelle, de la manière de s'exprimer, etc. ». Il dit qu'il y aurait des points communs entre l'antiféminisme de Soral et celui de Zemmour, mais qu'il ne serait pas motivé par les mêmes raisons, et que Zemmour serait moins marxiste que Soral.[12]

En août 2016, Guillaume Faye dit sur son blogue qu'Alain Soral, Alain de Benoist, la revue Réfléchir et Agir et la revue Éléments ne risqueraient que très peu de répression de la part de l'État parce qu'ils flirteraient avec l'« islamophilie ».[13]

Relations avec Jean Robin[modifier]

En décembre 2014, Guillaume Faye est interviewé par Jean Robin pour son site Enquête & Débat. Ils y évoquent le libéralisme, l'islam, la « judéomanie », le marxisme dans la droite française, Éric Zemmour, Alain Soral, la censure, une éventuelle Troisième Guerre mondiale, ainsi que la remigration.[14]

En mars 2015, Jean Robin interviewe Guillaume Faye à propos de son concept d'archéofuturisme pour son site Enquête & Débat.[15] En septembre 2015, Jean Robin édite le livre Comprendre l'islam de Guillaume Faye aux éditions Tatamis.

En mai 2018, Guillaume Faye fait partie des signataires du Manifeste contre les nouveaux collabos de l'islam lancé par Jean Robin.[16]

En juin 2018, Jean Robin fait une vidéo sur Guillaume Faye intitulée Guillaume Faye, le meilleur d'entre nous, dans lequel il fait son éloge. Il se désolidarise cependant des propos racistes tenus par Faye dans Vive l'Europe.[17]

En juillet 2018, le rapprochement entre Daniel Conversano et Guillaume Faye fâche Jean Robin, qui estime que Conversano aurait « piégé » Faye en lui faisant boire de l'alcool pour le rendre ivre afin de lui donner une mauvaise image et d'empêcher Robin de vendre des livres de Faye.

En octobre 2018, Robin dit sur Twitter que « la prise en main de Faye par Conversano [lui] fait penser à celle de Dantec par Kersan, en plus rapide ».[18] D'après lui, Faye aurait en fait rejoint Conversano parce que Robin aurait envoyé un mail amical à Conversano l'invitant à éditer Faye puisque son livre Guerre civile raciale est ouvertement raciste et que Robin ne le serait pas. Il prétend également qu'il n'y aurait pas de rupture entre Faye et lui.[19] Le 23 octobre, lors d'un live avec Conversano, Guillaume Faye dit que Robin ne « [l']intéresse pas ». Jean Robin commente la vidéo en demandant pourquoi est-ce que Conversano n'a pas servi de vin à Faye cette fois-ci, et prend cela comme étant l'aveu qu'il avait tendu un piège à Faye lors de leur émission de Vive l'Europe.[20]

En décembre 2018, Jean Robin publie une vidéo dans laquelle il fait à nouveau un rapprochement entre la relation de Conversano et Faye et celle de Kersan et Dantec. Il accuse Conversano d'utiliser l'état de santé de Faye pour ses intérêts et au détriment de Faye, après que Conversano ait lancé un appel à qui voudrait venir le visiter à l'hôpital. Il accuse Conversano de laisser des inconnus rendre visite à Faye alors qu'il est dans un état de santé fragile qui nécessiterait d'après Robin qu'il ne rencontre que des personnes qu'il connaît.[21] Conversano répond ensuite à Robin, et lui suggère de supprimer sa vidéo, ce à quoi Robin répond que ce seraient les proches de Guillaume Faye qui lui auraient demandé de faire cette vidéo.[22] Deux jours après, il prétend qu'un des proches de Faye serait venu lui rendre visite à l'hôpital et que Faye aurait dit être content de la vidéo de Jean Robin, car il en aurait marre de recevoir des inconnus.[23]

En mars 2019, après la mort de Faye, Jean Robin fait une vidéo intitulée Qui était Guillaume Faye qui vient de nous quitter ?. Dedans, il exprime sa conviction que Guillaume Faye ne serait pas raciste et n'aurait exprimé des idées racistes que pour faire plaisir à Daniel Conversano. Il précise également qu'il n'aime pas le Faye époque Nouvelle droite, et qu'il ne défend que le Faye qu'il a connu. Il déplore aussi le paganisme de Faye et qu'il ne se soit pas converti au protestantisme. Il dit que Faye lui aurait dit qu'il voulait venir en Polynésie française, « terre protestante », qu'il aurait été très touché par la conversion de Robin et qu'il aurait voulu finir ses jours là-bas. Robin estime que Faye devrait vraisemblablement être désormais en enfer, ne s'étant pas converti au protestantisme.[24]

Relations avec Daniel Conversano[modifier]

En juin 2018, Daniel Conversano invite Guillaume Faye dans son émission Vive l'Europe. Joffrey Marrot est présent dans l'émission pour débattre avec Faye. Il y est principalement question de l'islam, et également de la race. On peut voir Faye très alcoolisé lors de l'émission, et imiter l'arabe en faisant des borborygmes, dont « azouzou ».[25] Daniel Conversano annonce ensuite qu'il va éditer le prochain livre de Guillaume Faye, Guerre civile raciale, aux éditions Petit Jean.

En octobre 2018, Daniel Conversano fait un live avec Guillaume Faye, dans lequel il tente de transformer « azouzou » en mème. Ils boivent cette fois-ci du Coca-Cola Zero à la place de l'alcool, les spectateurs de Vive l'Europe s'étant plaints de l'état alcoolisé de Faye dans l'émission. Dans ce live, ils évoquent plus ou moins les mêmes sujets que dans l'épisode de Vive l'Europe. Faye dit entre autres que les Noirs auraient un QI inférieur à celui de certains singes dans certains domaines.[26]

En novembre 2018, Daniel Conversano annonce sur les réseaux sociaux de mauvaises nouvelles sur l'état de santé de Guillaume Faye.

En décembre 2018, il publie un article sur le site de Suavelos dans lequel il annonce des nouvelles sur l'état de santé de Faye. Il dit que Faye souffrirait d'une « grave maladie », qu'il ne « va pas mieux », qu'il « n'ira pas mieux » et qu'il « ira même de moins en moins bien ». Il explique que Faye est à l'hôpital jusqu'à Noël pour sa maladie mais aussi pour une rééducation du bassin suite à une fracture qu'il s'est faite en chutant en octobre. Conversano écrit même : « à moins d’un miracle auquel la médecine ne croit pas en l’état actuel de ses connaissances, Faye est condamné ». Il appelle ses lecteurs à venir rendre visite à Faye à l'hôpital afin de le sortir de sa solitude. Il ajoute aussi qu'il est en train de relire Guerre civile raciale avant l'impression, et que Faye prépare malgré sa maladie un nouveau livre, qui sera cette fois-ci un roman.[27] Peu après, pour répondre à Jean Robin qui l'accuse de faire du mal à Guillaume Faye en laissant des personnes qu'il ne connaît pas le voir, Conversano révèle avoir vu Faye une dizaine de fois les mois passés, que Faye se sentirait très seul et que sa famille serait discrète à son chevet. Il dit aussi qu'il serait « idiot » de croire que Faye pourrait être harcelé de visites après son appel. Il précise avoir communiqué sur la maladie de Faye seulement parce que Boris Le Lay l'a fait avant lui sur Twitter, sans que l'on le lui demande.[28]

En février 2019, Daniel Conversano révèle que la maladie qui frappe Guillaume Faye est un cancer « très très grave ». Il révèle également que Faye n'a pas consulté de médecin avant que Conversano le raccompagne chez lui après leur deuxième direct ensemble et qu'il chute, sa maladie l'affaiblissant. Faye n'a donc consulté que très tard dans sa maladie un médecin, ce qui a pu contribuer à l'aggravation de son cancer.[29]

Le 7 mars 2019, Daniel Conversano annonce la mort de Guillaume Faye au moment où il sort son livre Guerre civile raciale.

En octobre 2019, Conversano dit être en train de corriger un roman inédit de Faye, mais dit ne pas être sûr de le sortir aux éditions Conversano.[30] Finalement, en janvier 2020, il annonce la sortie de cet inédit aux éditions Conversano pour mars 2020.[31]

Relations avec Pierre Hillard[modifier]

Dans le livre Guerre Civile Raciale de 2019, page 194, Guillaume Faye qualifie Pierre Hillard de "malade mental".[32]

Guillaume Faye et Dieudonné[modifier]

En janvier 2014, Guillaume Faye publie un texte sur l'affaire Dieudonné sur son blogue, dans lequel il qualifie Manuel Valls de « meilleur agent de Dieudonné » qui lui aurait fait « une pub infernale ». Il dit que les procédés comiques de Dieudonné seraient « d'une grande pauvreté » puisqu'ils reposeraient tous sur la même « source d'inspiration obsessionnelle », les Juifs. Il théorise que l'antisémitisme de Dieudonné pourrait provenir de l'échec de son association avec Élie Semoun. Il dit qu'il serait donc un « mauvais comique », mais « excellent en marketing et en communication », et interprète la quenelle comme « un salut hitlérien déguisé tourné vers le sol ». Il dit que si la quenelle n'avait pas de connotation antijuive, il n'y aurait pas de photos de fans de Dieudonné en train de faire la quenelle devant des mémoriaux voire devant l'entrée d'Auschwitz ou devant l'école juive de Toulouse où s'est déroulé un attentat en 2012. D'après lui, la réunion d'antisémites musulmans, nationalistes et d'extrême-gauche autour de Dieudonné serait en fait le fruit d'un plan pour détourner l'attention des milieux identitaires de « la menace de la colonisation migratoire allogène massive et de l’islamisation ».[11]

Ouvrages[modifier]

  • Le Système à tuer les peuples, 1981.
  • Sexe et idéologie, Editions du Labyrinthe, 1983.
  • Contre l'économisme : principe d'économie politique, Editions du Labyrinthe 1983
  • La NSC: Nouvelle société de consommation, Editions du Labyrinthe, 1984.
  • L'Occident comme déclin, Le Labyrinthe, 1984.
  • Nouveau discours à la nation européenne, Albatros, 1985 (rééd. L’Æncre, 1999).
  • Les Nouveaux enjeux idéologiques, Editions du Labyrinthe, 1985.
  • L’Economie n’est pas le destin/Mythe et communauté, Résistance et intervention, 1991. Ecrit avec Giorgio Locchi avant 1987 mais publié après.
  • Petit lexique du partisan européen, Ars, sd. Ecrit en collaboration avec Robert Steuckers et d'autres.
  • L’Archéofuturisme, technoscience et retour aux valeurs ancestrales, l’Æncre, 1998.
  • Les Extraterrestres de A à Z ..., Dualpha, 2000.
  • La Colonisation de l’Europe, Discours vrai sur l’immigration et l’Islam, L’Æncre, 2000.
  • Pourquoi nous combattons. Manifeste de la résistance européenne, L’Æncre, 2001.
  • Chirac contre les fachos (bande dessinée avec dessins de Chard), GFA, 2002.
  • Avant-guerre : chronique d'un cataclysme annoncé, L’Æncre, 2003.
  • La Convergence des catastrophes (sous le pseudonyme Guillaume Corvus), DIE, en 2004.
  • Le Coup d'état mondial, essai sur le nouvel impérialisme américain, l'Æncre, 2004.
  • La Nouvelle Question juive, éd. du Lore, 2007.
  • Mon Programme, éd. du Lore, 2012.
  • L'Archéofuturisme V2.0 : Nouvelles cataclysmiques, éd. du Lore, 2012.
  • La Nouvelle lutte des classes, éd. du Lore, 2013.
  • Comprendre l'islam, éd. Tatamis, 2015
  • Guerre civile raciale, éd. Univers Conversano, 2019
  • Nederland, posthume, éd. Univers Conversano, 2020

Références[modifier]