Grand remplacement

De Wiki Dissidence
Fichier:Grand remplacement.jpg
Image de propagande visant à crédibiliser la théorie du grand remplacement.

Le grand remplacement, ou remplacisme global, est une théorie complotiste et raciste voulant qu'il existe un remplacement des populations blanches orchestré sciemment par une élite politique, médiatique et culturelle.

Cette théorie du complot tire ses origines dans les écrits d'auteurs antisémites du XIXe siècle comme Maurice Barrès et Édouard Drumont, ainsi que de néonazis comme René Binet. Le thème du grand remplacement est également présent dans l’œuvre du capitaine Danrit, notamment dans L'Invasion noire (1894) et L'Invasion jaune (1909).[1]

Son nom a été forgé par l'écrivain dissident Renaud Camus, qui a également contribué à la populariser en lui enlevant sa substance antisémite pour la remplacer par de l'islamophobie.

Un grand nombre de dissidents adhèrent à la théorie du grand remplacement, qu'ils assimilent à leur critique de l'immigration, d'une supposée islamisation de la France et du métissage, certains allant jusqu'à parler de "génocide blanc". Quelques dissidents comme Jean Robin n'adhèrent pas à cette théorie, se déclarant xénophile[2] et affirmant dans une vidéo que le grand remplacement n'existe pas.[3] François Asselineau a aussi dénoncé le conspirationnisme et le racisme de cette théorie.[4]

Cette théorie du complot jouit cependant d'une popularité allant bien au-delà du simple microcosme de la dissidence : certains élus du Rassemblement national comme Stéphane Ravier utilisent cette expression, sans réaction particulière de la part des instances dirigeantes du RN. Des militants de Génération identitaire l'ont également évoquée. Plusieurs terroristes d'extrême-droite ont également soutenu cette théorie, notamment l'auteur des attentats de Christchurch, qui en a fait le titre de son manifeste, mais également les auteurs de la fusillade de Pittsburgh et de la fusillade d'El Paso.[5] D'après une enquête de la Fondation Jean-Jaurès et de Conspiracy Watch réalisée en collaboration avec l'IFOP, 25% des Français croient à un remplacement ethnique organisé délibérément en France.[6]

Dieudonné et le grand remplacement[modifier]

En septembre 2019, lors d'un entretien avec Franc Studio, Dieudonné dit comprendre l'inquiétude d'un grand remplacement démographique, qui serait "catastrophique" et l'expression de "la négation de tout, la négation des peuples et des hommes, des femmes, des familles". Dieudonné pense que le supposé grand remplacement serait issu d'une volonté de déstabiliser la société, et dit essayer de dissuader ses compatriotes camerounais souhaitant migrer en France.[7]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]