Mouvement des Gilets jaunes

De Wiki Dissidence
(Redirigé depuis Gilets jaunes)

Le mouvement des Gilets jaunes est un mouvement de protestation ayant lieu dans plusieurs villes de France et de Belgique à partir du 17 novembre 2018. Né de la pétition d'une commerçante relayée sur les réseaux sociaux et dénonçant la hausse du prix du carburant automobile, il cristallise plus largement le mécontentement des manifestants dû à la baisse du pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires. Les manifestants, reconnaissables par leur port de gilets de haute visibilité, prennent part au mouvement en bloquant la circulation d'axes routiers périphériques. 

Ne revendiquant pas d'affiliation politique, le mouvement est cependant soutenu par plusieurs personnalités politiques comme Jean-Luc Mélenchon[1], Laurent Wauquiez[2] et Olivier Besancenot[3]. Son manque d'organisation est critiquée, il occasionne plusieurs blessés et la mort d'une manifestante, et des incidents xénophobes, racistes et homophobes sont recensés au cours de quelques rassemblements. Selon le ministère de l'Intérieur, 287 710 personnes ont participé aux manifestations.

Il provoque des réactions variées dans la dissidence et permet à des dissidents comme Vincent Lapierre et Étienne Chouard d'accéder à un auditoire bien plus large qu'auparavant.

Réaction d'Hervé Ryssen[modifier]

Hervé Ryssen est aperçu à la mobilisation du 17 novembre 2018 sur les Champs-Élysées[4]. Il y est interviewé par la youtubeuse Marie s'infiltre[5]. Il est également aperçu lors de la mobilisation du 24 novembre à Paris. Des photos de Ryssen en gilet jaune illustrent des articles des sites du Figaro ou du JDD[6]. Le 28 novembre, il publie une vidéo dans laquelle il fait un bilan des actions des gilets jaunes. D'après lui, le mouvement des gilets jaunes serait composé "à 99%" de Blancs, et les incidents de dégradation ne viendraient pas de gilets jaunes mais de militants d'extrême-gauche infiltrés. Il qualifie également les personnes s'autoproclamant de "représentants" des gilets jaunes de "traîtres" et de faux gilets jaunes, car le principe du mouvement serait de ne pas avoir de représentants selon lui. Il s'exprime pour un dialogue entre l'extrême-droite et l'extrême-gauche.[7] Le 5 décembre, Patrick Cohen mentionne Hervé Ryssen parmi des personnalités d'extrême-droite au sein du mouvement dans l'émission C à vous.[8]

Fichier:Ryssenparismatch.jpg
Hervé Ryssen en une de Paris Match

 En une de son numéro du 6 décembre 2018, le magazine Paris Match publie une photo de Hervé Ryssen parlant à un CRS devant l'Arc de Triomphe lors d'une manifestation du mouvement. Cette une fait parler d'elle sur les réseaux sociaux, et Hervé Ryssen se réjouit de la publicité qu'elle lui apporte tandis que ses détracteurs (dont la LICRA) la dénoncent. Ryssen répond à un internaute qui lui demande ce qu'il dit au CRS sur la photo : "J'y disais que si il enlevait son casque, il aurait moins chaud". Contacté par L'Express, Régis Le Sommier, directeur adjoint de l'hebdomadaire, assure que Paris Match "ne connaissait pas le personnage". Il qualifie cela d'"erreur" de la part du journal.[9] Le journal communique ensuite sur son site Internet en répétant qu'ils ne connaissaient pas l'identité ou les idées de Ryssen, mais que la photographie serait donc représentative d'une infiltration du mouvement des gilets jaunes par "les extrémistes, notamment, de l'ultra droite". Ils disent condamner le racisme et l'antisémitisme.[10] Le 7 décembre, l'implication de Ryssen au sein du mouvement des gilets jaunes est abordé dans l'émission L'Heure des pros sur CNews. Son implication est alors qualifié d'"infiltration de l'extrême-droite" au sein du mouvement, et Ryssen n'est pas traité comme un véritable gilet jaune.[11]

 Le 3 janvier 2019, Hervé Ryssen pastiche sur Twitter la chanson En rouge et noir de Jeanne Mas en l'adaptant aux gilets jaunes :

En Gilet jaune, j'exilerai ma peur ;

J'irai plus haut que ces montagnes de douleur,

En Gilet jaune, j'afficherai mon cœur ;

En échange d'une trêve de douceur,

En Gilet jaune, drapeau de mes colères,

Je réclame un peu de tendresse.[12]

Le 8 janvier, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, cite nommément Hervé Ryssen comme exemple de gilet jaune antisémite, en disant qu'il a lancé des insultes antisémites contre le grand-père de sa femme.[13] Le 15 janvier, Ryssen fait une vidéo dans laquelle il répond à Griveaux. Il dément avoir insulté sa famille, et dit avoir "simplement dit que monsieur Griveaux [...] était probablement lié à l'état d'Israël de par sa belle-famille".[14] Le 19 janvier, Hervé Ryssen, Alain Soral, Yvan Benedetti, Cyriaque de Vulpillières et Jérôme Bourbon interviennent lors d'une grande réunion publique sur le thème "Gilets jaunes, la révolution qui vient". Il demande à ce que son intervention lors de la réunion ne soit pas diffusée[15], mais d'après un utilisateur du forum Bla-bla 18-25 ans de Jeuxvideo.com présent lors de la réunion, Ryssen aurait été le plus modéré des participants. Cependant, d'après Le Canard enchaîné, Ryssen aurait préconisé d'utiliser des cocktails Molotov contre la police lors de la réunion.[16]

Le 4 février, Ryssen accuse la gauche de "récupération" du mouvement des gilets jaunes et s'inquiète des actions antifascistes survenues lors du précédent acte. Il pense qu'il y aurait une complaisance du pouvoir vis à vis des manifestants de gauche.[17]

Le 5 mars, Hervé Ryssen fait une vidéo dans laquelle il accuse la France insoumise d'être derrière la baisse du taux de participation au mouvement des Gilets jaunes. Il pense que la FI aurait dégoûté les français d'extrême-droite du mouvement. Il confie également avoir été dans le sud-ouest de la France pour rencontrer d'autres Gilets jaunes.[18]

Réaction de Jean Robin[modifier]

Dans une vidéo du 17 novembre 2018, Jean Robin s'attaque aux « gilets jaunes à la con »[19]. Il y évoque la « culture du blocage » de la France qui, selon lui, s'oppose aux libertés fondamentales. Il dénonce la « culture marxiste et robespierriste » de Nicolas Dupont-Aignan qui comparait Macron à Louis XVI. Il regrette qu'Éric Brunet et Charles Gave, qui se prétendent libéraux, soutiennent le mouvement. Il encourage ensuite les manifestants à aller sur les plateaux de télévision comme il l'a fait par le passé, ce qui lui avait permis de toucher une « audience de plus de 10 millions cumulés ».

Le 31 décembre, il publie une nouvelle vidéo sur les gilets jaunes. Il les accuse de ne pas se positionner sur l'islam et le pacte de Marrakech, et donc de ne pas être patriotes. Il accuse certains gilets jaunes comme Xavier Renou et Maxime Nicolle d'être des « gauchistes ». Toujours d'après lui, les gilets jaunes seraient contre les libertés fondamentales car ils bloquent les routes. Il reproche à des identitaires comme Damien Rieu et la fondation Polémia de soutenir les gilets jaunes alors que les GJ n'auraient pas de revendications identitaires. Il accuse le mouvement d'être marxiste, et d'avoir été infiltré par Dieudonné, Alain Soral et Étienne Chouard. Il dit que s'il était au pouvoir, les gilets jaunes seraient en prison depuis longtemps, mais qu'ils n'auraient de toute façon pas eu à manifester car il aurait instauré une démocratie directe.[20]

Le 7 janvier 2019, Jean Robin publie une nouvelle vidéo dans laquelle il qualifie le mouvement des gilets jaunes de « nouveau Mai 68 avec en plus l'islam ». Il s'oppose à leur demande de hausse du SMIC (qui ferait selon lui augmenter la pauvreté) et à leur demande « d'allocations en tous genres » (qui feraient augmenter les taxes). Il pense que le mouvement des gilets jaunes serait un mouvement de « destruction de l'ordre économique », à l'instar de Mai 68 qui aurait été un mouvement de « destruction de l'ordre moral ». Il dit que Daniel Cohn-Bendit s'opposerait au mouvement par jalousie. JR dit aussi que s'il avait été au pouvoir, le gilet jaune Eric Drouet aurait été en prison dès le premier jour de manifestation pour manifestation illégale et blocage de ronds points. Il dénonce une infiltration islamique au sein des gilets jaunes, prenant notamment l'exemple du gilet jaune Abdel Zahiri, qu'il qualifie d'« agent de l'islam » et d'« islamo-gauchiste ».[21]

Le 1er février, il publie un "coup de gueule" contre l'acte 12 des gilets jaunes qui manifestent contre les violences policières. Il les accuse de vouloir désarmer la police, ce qui ne serait selon lui pas de droite.[22]

Le 15 août, Jean Robin estime que le mouvement des Gilets jaunes aurait "totalement échoué".[23]

Réaction d'Étienne Chouard[modifier]

Le 5 décembre 2018, lors d'une émission de BTLV, Étienne Chouard se dit "étonné" de voir le mouvement des gilets jaunes monter d'un coup, et compare le mouvement aux révolutions de couleurs. Il pense que "les élites" seraient en train de chercher "à ce que ça pète" et se serviraient de l'exaspération des gens. Il a l'impression que les médias seraient en train d'"aider" les gilets jaunes à se révolter, en disant par exemple que les policiers seraient de leur côté, ou que les gilets jaunes seraient "bon enfants" et seraient "de plus en plus nombreux". Il pense que l'on préparerait en fait "l'instauration d'une dictature". Il trouve également "exaspérant" que le mouvement soit motivé par une baisse des impôts et une hausse des salaires, questions qu'il estime superficielles. Cela empêcherait d'après lui ce mouvement d'être "révolutionnaire". Il raconte avoir rencontré des gilets jaunes sur des péages. Il s'exprime aussi contre les actions violentes de certains gilets jaunes, et qu'elles légitimeraient la future dictature qu'il pense plausible. Il est également contre le blocage de l'économie et des ronds points qui feraient "chier le peuple" et pas "les riches". Il voit cependant d'un bon œil les réclamations de vote par référendum de certains gilets jaunes.[24]

Vers la mi-décembre, les idées de Chouard commencent à trouver écho chez certains gilets jaunes, qui parfois se mettent jusqu'à faire du référendum d'initiative citoyenne leur principale revendication. Cela le rend plus médiatisé qu'auparavant. Sa proximité avec des dissidents, notamment Alain Soral, est dénoncée dans les médias, par exemple par Christine Angot à On n'est pas couché.

Le 1er janvier 2019, dans un entretien avec Michel Collon, Chouard soutient les gilets jaunes et dit que l'"on devrait tous" faire ce qu'ils font. Il voit d'un bon œil l'effervescence des revendications du RIC parmi les gilets jaunes. Il pense que les gilets jaunes devraient faire du RIC leur priorité, puisque cela leur permettrait de faire ensuite passer toutes leurs revendications. Il pense que le RIC que veulent construire les gilets jaunes serait différent de celui en vigueur en Suisse et dans d'autres pays.[25] Le 3 janvier, dans un entretien pour Sputnik, Étienne Chouard dit ne pas croire au "Grand Soir" et déconseille aux gilets jaunes d'affronter les CRS. Dans cet entretien, il dit que les gilets jaunes sont "bien plus révolutionnaires que ce qu'on voit dans n'importe quel autre pays".[26]

Réaction de Papacito[modifier]

Le 6 décembre 2018, Papacito fait une vidéo pour soutenir le mouvement et dans laquelle il porte un gilet jaune. Il dit "venir [à la prochaine manifestation à Paris] pour l'Apocalypse" et pour "casser des gueules".[27] Le 8 décembre, il est présent à la manifestation et y vole le micro des journalistes de Quotidien.[28] Le 19 décembre, il publie un entretien spécial gilets jaunes sur YouTube. Il y explique avoir arraché le micro de Quotidien parce qu'ils auraient été en train d'interviewer une étudiante qui ne représenterait d'après lui par les gilets jaunes. Il y soutient aussi Jean Lassalle et préconise qu'il dirige la France. Malgré son soutien aux gilets jaunes, il s'exprime contre les manifestations lycéennes convergeant avec le mouvement, et justifie l'humiliation qu'ont subi des lycéens mantais de la part de policiers. Il clarifie aussi ses raisons pour soutenir le mouvement des gilets jaunes et s'exprime pour la baisse globale des taxes, plus de liberté pour les entrepreneurs et plus de droits pour les travailleurs.[29]

Le 7 janvier 2019, Papacito est invité par André Bercoff sur Sud Radio pour parler des échauffourées entre les manifestants gilets jaunes et les forces de police. Papacito s'en réjouit et y voit un retour à une virilité qu'il croyait perdue. Il déplore cependant que les gilets jaunes et les policiers ne marchent pas main dans la main, car ils seraient tous deux "les enfants du peuple". Sur la composition sociologique des gilets jaunes, il pense qu'ils seraient autant de droite que de gauche et représenteraient "le peuple oublié" ou "la France d'en bas". Il pense notamment aux populations rurales ainsi que les artisans et les entrepreneurs qui seraient d'après lui "matraqués fiscalement". Papacito a dit avoir vu autant des royalistes que des anarcho-syndicalistes, ainsi que des jeunes de banlieue, qui ne sont d'après lui pas forcément des casseurs. Il n'y aurait donc d'après lui pas de tendance claire au sein du mouvement. Il aborde également le sujet du référendum d'initiative citoyenne, et trouve "très bien" que ce sujet fasse débat parmi les gilets jaunes, et y voit une preuve de volonté de réappropriation de la démocratie par les Français. Papacito se prononce également en faveur d'un "maximum de dégâts", qu'il voit comme étant la seule option pour un véritable changement.[30]

Réaction d'Alain Soral[modifier]

Égalité et Réconciliation relaie un texte de Jacques Sapir qui voit dans cette mobilisation un péril, à court ou moyen terme, pour le gouvernement[31] et publie un article intitulé « Les Gilets jaunes sont des Blancs antisémites ! »[32]. Peu après, Alain Soral publie un épisode de Soral répond... sur ERFM ! spécial gilets jaunes. D'après lui, le mouvement des gilets jaunes serait un « éternel retour du concret" pour Emmanuel Macron.[33] Il se prend aussi en photo en portant un gilet jaune. Le 7 décembre 2018, il publie un texte sur le futur du mouvement et une vidéo dans laquelle il le lit. Dedans, il accuse François Ruffin d'être « un nouveau Besancenot », et le gouvernement de pourrir le mouvement en y implantant des casseurs antifascistes, ainsi que des « racailles de cités ». Il pense que le mouvement débouchera soit sur une démocratie participative similaire à celle souhaitée par Étienne Chouard, soit par une dictature ploutocratique.[34] Le 14 décembre, Alain Soral dit dans une interview que le mouvement des gilets jaunes aurait de la sympathie pour lui.[35] Le 17 décembre, Alain Soral porte un gilet jaune dans une vidéo dans laquelle il présente l'édition Kontre Kulture de l'Iliade de Homère.[36]

Le 19 janvier 2019, Alain Soral, Hervé Ryssen, Yvan Benedetti, Cyriaque de Vulpillières et Jérôme Bourbon interviennent lors d'une grande réunion publique sur le thème « Gilets jaunes, la révolution qui vient ». Lors de cette réunion, il tient des propos antisémites et LGBTphobes, comme « Pédé, on peut le devenir, juif pas ». Il voit dans ce mouvement une réconciliation entre la « gauche du travail » et la « droite des valeurs ». Il justifie le fait qu'il ne soit pas présent aux manifestations par son âge avancé, ce qui rendrait sa présence plus dangereuse pour lui. Il s'attaque aussi à Maxime Nicolle, alias « Fly Rider » et s'exprime à propos de violences policières. Il pense qu'il y aurait un piège derrière les réactions hostiles envers la police, car elles empêcheraient les policiers de rejoindre le mouvement, ce qui serait selon lui essentiel pour une révolution réussie.[15]

Dans le onzième épisode de Soral répond... sur ERFM !, Alain Soral estime que le mouvement des Gilets jaunes deviendrait « un baston entre jeunes désoeuvrés et forces de l'ordre ».

Dans le neuvième épisode de SAPTR, Alain Soral avance la théorie comme quoi le mouvement des Gilets jaunes serait instrumentalisé par l'« État profond » qui ne verrait plus en Emmanuel Macron un bon président.

Dans le treizième épisode de Soral répond... sur ERFM !, Alain Soral imagine un futur mouvement des « Gilets bruns » voire des « Gilets rouges-bruns » afin de raviver la flamme et d'éviter ce que Soral considère comme des récupérations politiques. Cet hypothétique mouvement devrait selon Soral passer à des actions violentes.[37]

En juillet 2019, Jean-Luc Romero-Michel, maire-adjoint du 12e arrondissement de Paris, dit s'être fait violemment prendre à partie à la station de métro Bastille par un Gilet jaune prétendant « que Alain Soral a raison et que les pratiquants de Sodome et Gomorrhe comme [lui] devraient être brûlés et exterminés ! ».[38]

Dans l'épisode 10 de Soral a (presque toujours) raison, Alain Soral analyse le résultat des élections européennes de 2019 en disant que les Gilets jaunes n'auraient eu aucun impact dessus. Ceci serait un bon signe selon lui, car cela prouverait ainsi que les Gilets jaunes auraient réussi à s'extraire de ce qu'il qualifie de « mascarade électorale ».

Réaction de Vincent Lapierre[modifier]

Le 23 novembre 2018, Vincent Lapierre publie un reportage filmé lors de la manifestation du 16 novembre à Paris. Lors de ce reportage, il apparaît plutôt favorable aux Gilets jaunes.[39]

Le 1er décembre, il fait un reportage en direct lors d'une manifestation de Gilets jaunes à Paris.[40] Le 6 décembre, il publie un reportage monté de la manifestation du 1er décembre.[41] Le 21 décembre, il publie à nouveau un reportage, lors de l'acte 5 des gilets jaunes à Paris.[42] Le même jour, le gilet jaune Eric Drouet contacte Vincent Lapierre pour le rencontrer le lendemain. C'est le seul média qu'il contacte avec le média Brut.[43] Le 23 décembre, Vincent Lapierre remet en cause le témoignage d'un journaliste ayant assisté à une scène d'antisémitisme dans le métro parisien impliquant des quenelles de la part de Gilets jaunes. Il lance un appel pour retrouver ces Gilets jaunes ou un témoin de cet événement.[44]

Le 10 janvier 2019, Vincent Lapierre publie un nouveau reportage lors de l'acte 8 des Gilets jaunes à Paris. Lors du reportage, plusieurs gilets jaunes le reconnaissent et le félicitent pour ses reportages.[45] Le 17 janvier, il publie un reportage lors de l'acte 9 des Gilets jaunes à Paris. Il y interviewe notamment Eric Drouet.[46] Le 29 janvier, il publie une interview de Thibault, un militant royaliste et Gilet jaune qu'il avait déjà interviewé lors d'un reportage à une manifestation des Gilets jaunes. Il lui donne l'opportunité de répondre à l'émission Quotidien qui avait fait son portrait et dénoncé ses accointances avec l'extrême-droite.[47] Lors de l'acte 12 des Gilets jaunes, Vincent Lapierre couvre la manifestation toulousaine. Il est alors agressé par plusieurs militants antifascistes, ce qui l'empêche de mener à bien son reportage. Lors de l'acte 13 des gilets jaunes à Paris, Lapierre oriente son reportage contre la présence de militants antifascistes et de black blocks. Il interviewe aussi Tepa et le Gilet jaune Jérôme Rodrigues.[48] Lors de l'acte 14 des Gilets jaunes à Paris, Vincent Lapierre et son équipe de tournage se font poursuivre par plusieurs dizaines de militants antifascistes alors qu'ils couvrent la manifestation. Lors de l'acte 15 des Gilets jaunes à Paris, Vincent Lapierre se fait interpeller puis mettre en garde à vue pour port de bombe lacrymogène.

Le 26 février 2019, un manifestant Gilet jaune dieudonniste agresse verbalement Frédéric Haziza en lui reprochant les coups qu'il avait portés à Vincent Lapierre.[49]

Le 14 mars 2019, Vincent Lapierre publie une vidéo dans laquelle il couvre l'acte 17 des Gilets jaunes et une opération spéciale des Gilets jaunes contre les privatisations prévues par Emmanuel Macron à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Lors du reportage, un militant antifasciste lui lance une canette de bière.[50] Le 21 mars, il publie un reportage qui couvre l'acte 18 des Gilets jaunes à Paris. Dans ce reportage, il interviewe plusieurs figures médiatiques : le porte-parole des Gilets jaunes de Rouen François Boullo et le chanteur engagé dans le mouvement Francis Lalanne. Il interviewe également des syndicalistes CGT et un manifestant black bloc, chose jusqu'alors inédite, Lapierre ayant orienté ses précédents reportages plutôt contre les syndicalistes et les black blocs.[51] Le 28 mars, il publie un reportage qui couvre l'acte 19 des Gilets jaunes à Paris. Il y interviewe à nouveau Eric Drouet.[52]

Le 5 avril, il publie un reportage sur l'acte 20 des Gilets jaunes à Bordeaux. Il y interviewe à nouveau le Gilet jaune Jérôme Rodrigues et Francis Lalanne, et rencontre à nouveau un jeune manifestant qu'il avait déjà interviewé auparavant lors d'une manifestation parisienne. Un nouveau journaliste nommé Pierre fait également son apparition au sein du Média pour tous à l'occasion de cette manifestation.[53]

Le 14 septembre, Vincent Lapierre fait un reportage sur une action de Gilets jaunes à l'aéroport d'Orly contre la privatisation des aéroports français.[54] Le 25 septembre, Vincent Lapierre publie un reportage sur l'acte 45 des Gilets jaunes à Paris.[55]

Réaction de Salim Laïbi[modifier]

Salim Laïbi soutient le mouvement des gilets jaunes et porte un gilet jaune dans une vidéo le 1er décembre 2018. D'après lui, des personnalités comme Patrick Balkany et Bernard-Henri Lévy prendraient peur de l'ampleur du mouvement, et certains adopteraient stratégiquement une position de soutien afin de faire de la récupération politique.[56]. Le 14 décembre, il soutient la charte officielle des gilets jaunes et incite à aller s'intéresser à Étienne Chouard.[57]

Le 8 janvier 2019, Laïbi sort une vidéo d'analyse de l'acte 8 des gilets jaunes. Il y reproche aux médias de ne parler que de Christophe Dettinger, gilet jaune s'étant violemment attaqué aux policiers, et de passer sous silence les personnes en situation précaire. Il ne cautionne pas les actes de violence de Dettinger, qu'il qualifie de "complètement stupide", car la police ferait également partie du "peuple". Il trouve cependant que les médias exagéreraient car les policiers sont bien équipés pour se protéger des coups. Il reproche aussi à Marlène Schiappa d'avoir accusé les personnes ayant donné de l'argent dans la cagnotte pour les frais de justice de Christophe Dettinger d'être complices de ses actes. Il dit avoir pensé au "martyr du peuple palestinien" lorsqu'il a vu une photographie de gilet jaune avec un lance-pierre. Il reproche cependant à plusieurs gilets jaunes de s'être réunis avec Bernard Tapie malgré ses plusieurs condamnations en justice.[58] Le 26 janvier, il fait une retransmission en direct sur YouTube d'une manifestation des gilets jaunes.[59]

Réaction de Dieudonné[modifier]

Le lundi 19 novembre, Dieudonné rejoint la mobilisation des gilets jaunes à Langon, en Gironde[60]. L'occasion pour lui d'effectuer de nombreuses quenelles avec les manifestants. Il participe à nouveau à une manifestation de gilets jaunes le 1er décembre.

Il partage également plusieurs publications en faveur du mouvement sur Facebook et Twitter. Il en profite également pour vendre des gilets jaunes de marque "Dieudosphère", avec inscrit "Macron la sens-tu la quenelle ?" et avec une représentation d'ananas.[61] 

Le 22 décembre, lors de la 6ème manifestation des gilets jaunes, certains gilets jaunes sont filmés à Montmartre en train de chanter la chanson La quenelle de Dieudonné.[62] Un journaliste du journal 20 minutes témoigne également avoir vu des gilets jaunes dans le métro parisien faire des quenelles et agresser verbalement une vieille femme juive.[63] La femme concernée témoigne ensuite à son tour dans le journal, et préfère ne pas dramatiser ce qu'il s'est passé.[64] Une enquête finit par être ouverte sur ces événements.[65] Le lendemain de la manifestation, le premier ministre Edouard Philippe réagit sur Twitter aux débordements, dont les quenelles, et appelle à une condamnation unanime et à des sanctions pénales.[66]

En 2019, Dieudonné joue un spectacle intitulé Gilets jaunes.

Réaction de Francis Cousin[modifier]

Le 19 décembre 2018, Francis Cousin dit dans une vidéo qu'il "y a dans le mouvement des gilets jaunes quelque chose d'intransigeant et de radical qui naît contre la dictature de l'argent". Il s'exprime cependant contre les revendications de référendum d'initiative citoyenne naissantes dans le mouvement, qui n'auraient selon lui "jamais intéressé le prolo parti sur les ronds points au début". Il dit avoir participé à différentes assemblées générales des gilets jaunes et que les personnes faisant la promotion du RIC ne constitueraient pas l'ensemble des gilets jaunes. Il pense que les partisans du RIC seraient des "professionnels du langage politicien" et des "déclassés couche moyenne de la boboïtude". D'après lui, la question du RIC serait une diversion pour arrêter le mouvement social. Il croit également à la théorie du complot qui voudrait que l'attaque du 11 décembre 2018 à Strasbourg serait un attentat sous faux drapeau dirigé par l'État pour affaiblir les gilets jaunes.[67]

Le 23 janvier 2019, Francis Cousin se plaint que l'on appelle les mobilisations des gilets jaunes des "actes", ce qui créerait une scénographie du mouvement qui participerait à sa spectacularisation. Il voit aussi derrière les revendications du RIC un "réformisme néo-proudhoniste", mais reste confiant pour la suite, selon sa vision linéaire de l'histoire.[68]

Réaction de Jean Bricmont[modifier]

Le 9 décembre 2018, Jean Bricmont publie une vidéo sur le mouvement dans les gilets jaunes, et l'introduit en disant ne pas être gilet jaune car il serait trop privilégie par rapport à eux, mais qu'il a été présent à une de leurs manifestations. Il dit avoir été extrêmement choqué en entendant des témoignages de gilets jaunes, et qu'il n'imaginait pas qu'un tel niveau de misère pouvait exister en France. Il compare le mouvement à Mai 68, en notant les similarités et différences qu'il y aurait entre les deux mouvements. Il pense que la gauche serait "absente" du mouvement, et que la plupart des personnes au sein de ce mouvement ne seraient pas non plus d'extrême-droite mais seraient "apolitiques". Il pense que cela viendrait de l'héritage du "Mai 68 étudiant" et que la rupture entre le mouvement des gilets jaunes et la gauche viendrait d'un antifascisme dégénéré oubliant ses idéaux de lutte des classes. Il espère qu'une nouvelle idéologie progressiste pourra se créer en s'articulant avec les gilets jaunes, mais dit ne pas y croire "très fort".[69]

Le 3 mai 2019, Jean Bricmont répond à une interview pour Sputnik, dans laquelle il s'exprime à propos du mouvement des Gilets jaunes. Il dit avoir envisagé de prendre part aux manifestations des Gilets jaunes, mais avoir finalement décidé de ne pas y aller, sa condition physique ne lui permettant pas d'encaisser les violences lors des manifestations. Sur les ultras, il dit ne pas comprendre pourquoi est-ce que la police ne peut pas les infiltrer et les arrêter préventivement. Il pense aussi que les médias seraient complaisants avec le pouvoir et feraient un mauvais traitement envers les Gilets jaunes. Il s'exprime contre la liste Alliance jaune de Francis Lalanne et le ralliement des certains Gilets jaunes au parti Les Patriotes de Florian Philippot, et prône plutôt une alliance des Gilets jaunes avec l'Union populaire républicaine. Il dit cependant ne pas vouloir dire aux français quoi faire, n'étant pas lui-même français.[70]

Réaction d'Yvan Benedetti[modifier]

Le 1er décembre 2018, Yvan Benedetti et ses camarades de l'Œuvre française sont filmés en train de se bagarrer contre des militants antifascistes au sein d'un cortège de gilets jaunes. Benedetti et ses camarades finissent par être exclus du cortège.[71]

Le 19 janvier 2019, Yvan Benedetti participe à une grande réunion sur le thème des gilets jaunes en compagnie d'Alain Soral, Jérôme Bourbon, Cyriaque de Vulpillières et Hervé Ryssen. Lors de cette réunion, Benedetti exprime sa crainte que le mouvement puisse faire face à "une impasse", et le décrit comme un mouvement composé majoritairement de personnes blanches issues des campagnes. Lors de la conférence, Benedetti porte un gilet jaune et tient des propos antisémites et LGBTphobes très explicites, disant par exemple qu'il n'y aurait "pas de Juifs" au paradis.[15]

Réaction de Frédéric Delavier[modifier]

Le 19 novembre, Frédéric Delavier publie une vidéo où il revêt un gilet jaune et se mobilise seul devant le palais de l'Élysée. Il reproche aux manifestants de se tromper de cible en bloquant l'économie française plutôt que le pouvoir et les institutions.

Sur Facebook, il soutient des manifestants qui ont bloqué un centre des impôts[72][73].

Le 8 décembre, il fait une vidéo avec des gilets jaunes qui se plaignent de ne pas pouvoir entrer dans la manifestation avec du matériel de protection, et qui appellent à une démocratie participative.[74]

Réaction de Daniel Conversano[modifier]

Daniel Conversano met du temps à réagir au sujet du mouvement des Gilets jaunes, mais après avoir essuyé des critiques pour son absence de position, il s'exprime sur Facebook le 1er décembre. Il explique ne pas être en France pour des motifs personnels, puis ensuite ne pas croire à l'efficacité politique des manifestations dans le monde contemporain. Il est également réticent à participer au mouvement car la dynamique n'aurait pas été initiée par "des fafs", et que l'aura "noire" des nationalistes pourrait affaiblir le mouvement. Il dénonce aussi dans sa publication ceux qu'ils qualifient de récupérateurs, nommément Alain Soral. Il ajoute également que si lui n'est pas mobilisé dans ce mouvement, plusieurs membres de Suavelos le sont.[75]

Le 27 février 2019, lors de son direct de début d'année, Daniel Conversano s'exprime à nouveau au sujet du mouvement des Gilets jaunes. Il soutient le mouvement, mais avec une logique accélérationniste, car il pense que l'extrême-gauche pourrait le remporter. Il pense donc qu'avec l'extrême-gauche au pouvoir, l'état de la société française empirerait massivement et ferait rejoindre plus de personnes à la cause nationaliste. Il déplore que beaucoup de manifestants Gilets jaunes, qui seraient pourtant "typiquement" français et feraient "le charme de la France", ne soient pas racistes. Il annonce qu'il compte être présent aux Assises de la France des Gilets jaunes organisées par Riposte laïque. Il préconise pour les nationalistes qui souhaiteraient infiltrer le mouvement des Gilets jaunes d'arriver avec une rhétorique "de gauche" centrée sur les inégalités économiques, et de ne parler d'immigration qu'à partir du moment où ils seront invités dans les médias.[76]

Réaction de Pierre-Yves Rougeyron[modifier]

Le 7 décembre, Pierre-Yves Rougeyron publie une vidéo dans laquelle il s'exprime à propos du mouvement des gilets jaunes. Il reproche à Emmanuel Macron de chercher la violence. Il pense que le mouvement se radicaliserait, et accuse l'extrême-gauche "indigéniste" d'être derrière les actes de casse. Il encourage "de loin" le mouvement, mais dit ne pas pouvoir s'y engager pour des raisons de santé. Il précise que certains membres de sa famille dans le sud-ouest participent au mouvement. Il qualifie le mouvement de "très digne" et dit que leurs revendications "n'ont rien d'exorbitant" (il soutient leur demande de hausse du SMIC, de renationalisation des autoroutes et de démocratie plébiscitaire).[77]

Réaction de Stéphane Blet[modifier]

Le 3 décembre, Stéphane Blet apporte son soutien au mouvement des gilets jaunes dans une vidéo qu'il publie sur YouTube, et y dénonce les artistes, qu'il dénonce comme étant "les putes du système juif" (à l'exception de Dieudonné, Jean-Marie Bigard et Merri). Il dénonce aussi une manifestation religieuse de juifs hassidiques ayant eu lieu le même jour qu'une manifestation des gilets jaunes, et qu'il qualifie de contraire à la laïcité. Il dit également que l'autonomie du mouvement le rendrait imperméable à toute récupération du gouvernement, du B'nai B'rith, des "collabos de la secte juive" et de Bernard-Henri Lévy. Il justifie l'absence de sa participation par sa domiciliation à Istanbul.[78]

Réaction de Hassen Occident[modifier]

En novembre 2018, lors de l'épisode 4 de Fréquence Occident, Hassen Occident se prononce en faveur de la hausse de la taxe sur le gasoil et contre le mouvement des gilets jaunes.[79]

En janvier 2019, lors de l'épisode 5 de Fréquence Occident, Hassen Occident dit qu'il voit une fracture raciale entre les manifestants du mouvement des gilets jaunes, et s'appuie sur un article de Libération. Il pense qu'il ne peut pas y avoir de convergence des luttes entre Blancs et non-blancs. Il dit aussi faire "techouva" au sujet des gilets jaunes et qu'il ne pensait pas que le mouvement perdurerait, mais maintient ses propos en faveur de la hausse de la taxe sur le gasoil.[80]

Réaction de Camarade Jean[modifier]

Le 11 décembre, Camarade Jean fait une vidéo dans laquelle il s'attaque aux nationalistes qui pensent que le mouvement des gilets jaunes pourrait amener à une "révolution raciale". D'après lui, la plupart des femmes prolétaires seraient des "PÀN" (pour Putes À Nègres), et le mouvement des gilets jaunes n'aurait aucun espoir d'être récupéré par le nationalisme blanc. Il est aussi contre le fait que des femmes puissent manifester, car cela serait dangereux pour elles. Il qualifie les gilets jaunes de "débiles" et de "déchets". D'après lui, les nationalistes devraient se retirer du mouvement des gilets jaunes, qui détruirait tous leurs efforts de communautarisme blanc.[81]

Réaction de Boris Le Lay[modifier]

Le 23 novembre 2018, Boris Le Lay publie une vidéo au sujet du mouvement des gilets jaunes. Dedans, il compatit avec "la colère" des gilets jaunes et y voit "les premiers signes d'une ébullition populaire". Il soutient aussi les revendications anti-impôts de certains gilets jaunes.[82]

Le 12 décembre, il fait une nouvelle vidéo sur le mouvement des gilets jaunes, dans laquelle il partage plusieurs images et vidéos de personnes blessées par les forces de l'ordre. Il s'exprime aussi sur les attentats de Strasbourg et accuse le gouvernement et les terroristes djihadistes de "complicité objective".[83]

Réaction de Jérôme Bourbon[modifier]

Dès le début du mouvement, Jérôme Bourbon soutient les actions des gilets jaunes dans plusieurs vidéos.

Le 19 janvier 2019, il participe à une grande réunion sur le thème des gilets jaunes avec Alain Soral, Hervé Ryssen, Yvan Benedetti et Cyriaque de Vulpillières. Il y qualifie le mouvement des gilets jaunes de "cadeau de Noël inespéré". Lors de la conférence, il tient des propos antisémites, LGBTphobes et racistes. Il pense que les gilets jaunes installés dans les campagnes le seraient car ils éviteraient les grandes villes afin de ne pas se mêler aux populations "allogènes".[15]

Réaction d'Ahmed Moualek[modifier]

Le 6 janvier 2019, Ahmed Moualek fait une vidéo dans laquelle il transmet une "pensée" à Christophe Dettinger. Il dénonce "les banquiers qui payent la police pour protéger pharaon". Il dit aussi que l'on empêcherait les gilets jaunes de manifester.[84] Le 9 janvier 2019, Ahmed Moualek dit que l'on "crache" sur les gilets jaunes sur les plateaux télévisés car ce seraient "des plateaux juifs". Il s'en prend également à Marlène Schiappa, "entourée de juifs", qui a demandé les noms des personnes ayant donné à la cagnotte pour les frais de justice de Christophe Dettinger.[85]

Réaction de Thierry Casasnovas[modifier]

Le 10 janvier 2019, Thierry Casasnovas fait une vidéo dans laquelle il fait un jus spécial gilets jaunes. Il dit ne pas se lancer dans la politique car les gilets jaunes seraient "apolitiques" et défend le mouvement des accusations de violence en disant que les violences que perpétuent certains gilets jaunes sont bien moins violentes que les violences qui sont exercées par la société sur les personnes précaires. Il dit être allé aux barrages et aux rassemblements de gilets jaunes et y avoir vu de la fraternité.[86]

Réaction de Raphaël Zacharie de Izarra[modifier]

Le 5 janvier 2019, Raphaël Zacharie de Izarra vient à une manifestation de gilets jaunes et crie en marge du cortège : "Macron démission ! Macron démission ! Et vive le roi ! Vive le roi de France ! Vive le roi de France !". Une gilet jaune s'interpose alors et l'empêche de continuer à filmer, l'insultant de "gros facho". Izarra dit ensuite avoir été protégé par la police et remercie la police, et dit qu'il a failli être "lynché par la foule". Sa compagne et lui disent que la foule l'aurait reconnu.[87]

Réaction de Paul-Éric Blanrue[modifier]

Paul-Éric Blanrue soutient le mouvement des gilets jaunes et lie le mouvement à son livre sorti un mois avant le premier acte des GJ, Sécession : l'acte de désobéir. Ainsi, sur l'affiche d'une conférence-débat qu'il anime avec Salim Laïbi à Marseille le 20 janvier 2019, on voit son livre porter un gilet jaune. Laïbi annonce également qu'il "sera question des gilets jaunes" lors de la conférence puisque "c'est le sujet" du livre de PEB.[58]

Réaction de Piero San Giorgio[modifier]

Interrogé par TV Libertés le 31 janvier 2019 au sujet des gilets jaunes, Piero San Giorgio dit voir derrière ce mouvement la conséquence d'une politique migratoire laxiste et d'un "assistanat" social qui auraient mené à la misère économique. Il voit le mouvement d'un bon œil et y voit la preuve de l'existence d'un "courage français", qui resurgirait. Il ne croit pas cependant à une bonne issue pour le mouvement.[88]

Réaction de Franck Abed[modifier]

Dans un article publié dans son site, Franck Abed déclare comprendre et saisir la détresse des gilets jaunes tout en soulevant leur "incohérence intellectuelle". Pour lui, les solutions et les critiques proposées par les gilets jaunes seraient incomplètes car elles ne soulèveraient pas les "vraies" questions, notamment institutionnelles. Il souhaite surtout que "la France retrouve son régime naturel".[89]

Réaction de Tepa[modifier]

Le 17 janvier 2019, Tepa fait une émission spéciale pour le lancement du débat national instauré par Emmanuel Macron pour répondre aux attentes des gilets jaunes. Lors de l'émission, il invite les gilets jaunes à s'exprimer. Le 25 janvier, il participe au grand débat organisé par le gouvernement pour répondre aux attentes des gilets jaunes, et passe à ce moment sur TF1.[90] Lors de l'acte 13 des gilets jaunes, Tepa est aperçu en train de participer à la manifestation parisienne.[91]

En février 2019, il invite l'avocat "gilet jaune" maître Paris dans son émission Libéré sur parole.

Réaction de Cyriaque de Vulpillières[modifier]

Le 19 janvier 2019, Cyriaque de Vulpillières participe à une grande réunion sur le thème des gilets jaunes en compagnie d'Alain Soral, Hervé Ryssen, Jérôme Bourbon et Yvan Benedetti. Il remplace Élie Hatem pour représenter l'Action française. Lors de la conférence, il dit que le mouvement des gilets jaunes serait un "réveil du pays réel".[15]

Réaction de Michel Collon[modifier]

Le 30 novembre, Michel Collon estime que le mouvement des gilets jaunes serait "diabolisé" par Emmanuel Macron et les dirigeants belges, qui paniqueraient à cause de ce mouvement. Il reproche à Macron de faire vivre certaines personnes dans des situations précaires, et nie que le mouvement des gilets jaunes soit d'"ultra-droite".[92]

Réaction de Henry de Lesquen[modifier]

Le 26 novembre 2018, Henry de Lesquen tient une émission de Quartier Libre dans laquelle il soutient le mouvement des gilets jaunes, et dans laquelle il le perçoit comme un mouvement de révolte contre les impôts.[93] Le 18 décembre, il dit y voir également une révolte contre ce qu'il qualifie d'"hyperclasse mondiale".[94]

Réaction de Timothé Vorgenss[modifier]

Lors du 5ème épisode de Fréquence Occident, Timothé Vorgenss exprime sa peur d'une récupération du mouvement des gilets jaunes par la gauche. Il dit avoir participé aux blocages de ronds points et y avoir fait du communautarisme. Il pense que le succès du mouvement viendrait de l'alliance entre la droite et la gauche.[95]

Réaction de Jasper Mader[modifier]

Un membre de Jasper Mader est allé à la rencontre des Gilets jaunes d'Alès pour leur apporter du thé et du café et enregistrer leur parole[96]. Frédéric Chaumont estime leur nombre à plus de 2 millions.

Le 9 décembre 2018, Serge Petitdemange se propose comme porte-parole du mouvement des Gilets jaunes[97], mais ne reçoit pas d'échos positifs au sein du mouvement.

En juillet 2019, Serge Petitdemange entame un tour des ronds-points occupés par des Gilets jaunes. En en revenant, il dit avoir été insulté entre autres de "connard de facho" et de "complotiste" par des Gilets jaunes nîmois. Il dit aussi avoir reçu des messages de Gilets jaunes nîmois apparaissant dans une de ses vidéos qui se sont plaints de ne pas avoir été floutés dans la vidéo.[98]

En août 2019, Serge Petitdemange reçoit une délégation de Gilets jaunes suisses.[99]

Réaction d'Electre[modifier]

Lors du mouvement, Electre participe activement à plusieurs événements des gilets jaunes. Le 18 décembre, elle publie une vidéo "What's in my bag ?" sur YouTube, dans laquelle elle expose son matériel pour participer aux actions des gilets jaunes.[100]

Réaction de Saint Claude 88[modifier]

Lors du mouvement des gilets jaunes, Saint Claude 88 soutient le mouvement. Il publie plusieurs vidéos pour les soutenir, et porte même un gilet jaune. Cependant, il reproche au mouvement d'être hermétique à ses idées racialistes.[101]

Réaction de Varg Vikernes[modifier]

Le 17 novembre, Varg Vikernes publie une vidéo sur YouTube faisant état de la situation en France, notamment sur les routes. On voit qu'il exhibe un gilet jaune dans sa voiture en guise de soutien au mouvement.[102]

Réaction de Vincent Reynouard[modifier]

Le 3 décembre, Vincent Reynouard publie une vidéo dans laquelle il s'adresse aux gilets jaunes et les soutient. Il leur suggère de s'inspirer d'Adolf Hitler pour leur mouvement.[103]

Réaction de Kroc Blanc[modifier]

Kroc Blanc réclame faire partie du mouvement des gilets jaunes. Le 30 novembre 2018, il publie une chanson intitulée #GiletsJaunes en soutien au mouvement.[104]

Réaction de Farida Belghoul[modifier]

En janvier 2019, Farida Belghoul publie une vidéo contre la "gilet jaune" Ingrid Levavasseur et dans laquelle elle la compare à Harlem Désir, qu'elle estime comme ayant voulu récupérer le mouvement antiraciste au profit du Parti socialiste. Elle insinue ainsi que Levavasseur compterait récupérer le mouvement des gilets jaunes au profit de sa carrière politique.

En mars 2019, Farida Belghoul participe à une rencontre avec des Gilets jaunes constituants du 91 pour leur parler de la "théorie du genre enseignée à l'école".[105]

Réaction de Marc-Édouard Nabe[modifier]

En mars 2019, Marc-Édouard Nabe publie un pamphlet dans lequel il s'adresse au mouvement des Gilets jaunes, intitulé Aux rats des pâquerettes. Il estime que les Gilets jaunes auraient "tout raté". Il qualifie son livre de "premier livre d'écrivain sur le mouvement des Gilets jaunes", ce qui le ferait donc suivre une longue lignée de livres de Nabe sortant en premier pour réagir à une actualité.[106]

Réaction d'Adrien Abauzit[modifier]

En juillet 2019, Adrien Abauzit publie le livre L'Insurrection des Gilets jaunes.

En septembre 2019, Adrien Abauzit accorde une interview à Independenza webtv au sujet du mouvement des Gilets jaunes. Il estime que la "gauchisation" aurait tué le mouvement, en lui faisant perdre sa radicalité et son imprévisibilité.[107]

Références[modifier]

  1. http://archive.is/Y6vho
  2. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/11/20/laurent-wauquiez-et-lr-se-placent-en-defenseurs-des-gilets-jaunes_5385819_823448.html
  3. http://archive.is/wB9rd
  4. https://www.youtube.com/watch?v=cOYvCHK6gFw
  5. https://youtu.be/AdRseusFCjg?t=21
  6. http://archive.is/hY7Op
  7. https://www.youtube.com/watch?v=jqaItvsFpyc
  8. https://twitter.com/cavousf5/status/1070392361400848384
  9. http://archive.is/CSiZ9
  10. http://archive.is/LdA5H
  11. https://www.youtube.com/watch?v=nuAYr-qG--M&feature=youtu.be&t=1163
  12. http://archive.fo/nbfd7
  13. https://twitter.com/franceinter/status/1082185492416860160
  14. https://www.youtube.com/watch?v=ccKHJk0yWbY
  15. 15,0 15,1 15,2 15,3 et 15,4 https://www.youtube.com/watch?v=0-KfBAstvr0
  16. http://i65.tinypic.com/263iu4y.jpg
  17. https://www.youtube.com/watch?v=4WhHq2o_QjE
  18. https://www.youtube.com/watch?v=CRkKhVkBPqo
  19. https://www.youtube.com/watch?v=RB5BToA3woc
  20. https://www.youtube.com/watch?v=uyt1mcibyf0
  21. https://www.youtube.com/watch?v=xCwOl8zK_90
  22. https://www.youtube.com/watch?v=by0G65KObgk
  23. "Ma nouvelle stratégie" : https://www.youtube.com/watch?v=bo8JjAWwl-8
  24. https://www.youtube.com/watch?v=0Q66npBPWes
  25. https://www.youtube.com/watch?v=QrixgC4HOtg
  26. https://www.youtube.com/watch?v=HhqZLx3KAjY
  27. https://www.youtube.com/watch?v=19J3B5ppaqM
  28. https://twitter.com/PAPACITOFDP/status/1071418813743357952
  29. https://www.youtube.com/watch?v=rzTFiZ0XKT0
  30. https://www.youtube.com/watch?v=Ii30qJAFdpQ
  31. http://archive.is/dvKHh
  32. http://archive.is/w94DJ
  33. https://www.egaliteetreconciliation.fr/Soral-repond-sur-ERFM-Dixieme-fournee-53000.html
  34. https://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-Gilets-jaunes-suite-penser-samedi-et-au-dela-53082.html
  35. https://www.youtube.com/watch?v=LIxbTac0CZg
  36. https://www.youtube.com/watch?v=CPlQjtWkMM4
  37. https://www.youtube.com/watch?v=2s3QDtTb0hI
  38. http://archive.is/q4T8e
  39. https://www.youtube.com/watch?v=rY0tvF4Oryc
  40. https://www.youtube.com/watch?v=HB-DCV59vmg
  41. https://www.youtube.com/watch?v=YCOgNKWeffA
  42. https://www.youtube.com/watch?v=UrMr2fuMHsk
  43. http://archive.is/GxYIX
  44. http://archive.is/wzg4f
  45. https://www.youtube.com/watch?v=PEQOLfVvXxw
  46. https://www.youtube.com/watch?v=pnOCbNWlD6E
  47. https://www.youtube.com/watch?v=-aKBEr_r0oQ
  48. https://www.youtube.com/watch?v=4O8HEyFrsJ4
  49. https://www.youtube.com/watch?v=tyDKtlpKuQM
  50. https://www.youtube.com/watch?v=9TrDFJW6D2Q
  51. https://www.youtube.com/watch?v=jmxwIdA8qeo
  52. https://www.youtube.com/watch?v=WSPF-Wcu64k
  53. https://www.youtube.com/watch?v=DHgcalQj9HI
  54. "PRIVATISATION DE NOS AÉROPORTS : RÉFÉRENDUM ! – Les Reportages du Média Pour Tous" : https://www.youtube.com/watch?v=997JNYC6QpU
  55. "LES GILETS JAUNES, LE RETOUR – Les Reportages de Vincent Lapierre" : https://www.youtube.com/watch?v=xiZpkceMGO0
  56. https://www.youtube.com/watch?v=8ny2NLQFGKA
  57. https://www.youtube.com/watch?v=FvBZVz-5JY0
  58. 58,0 et 58,1 https://www.youtube.com/watch?v=ANABc5hB0ps
  59. https://www.youtube.com/watch?v=LAzONbM-_k8
  60. http://archive.is/dYI2m
  61. http://archive.is/hU8go
  62. https://twitter.com/mrkoolodo/status/1076405515901718528
  63. https://twitter.com/TiboChevillard/status/1076621480333660160
  64. https://www.20minutes.fr/societe/2402387-20181223-video-scene-antisemite-metro-dessus-tout-ca-affirme-vieille-dame
  65. https://www.20minutes.fr/high-tech/2402355-20181223-video-gilets-jaunes-journaliste-20-minutes-temoin-scene-antisemite-metro-enquete-ouverte
  66. https://twitter.com/EPhilippePM/status/1076759735205023744
  67. https://www.youtube.com/watch?v=AaaWrcS5Weg
  68. https://www.youtube.com/watch?v=3ts2Wy6eA5Y
  69. https://www.youtube.com/watch?v=Re1cMufUfdM
  70. https://www.youtube.com/watch?v=DixBDC5Cs38
  71. http://archive.is/q8viO
  72. http://archive.is/gBYgg
  73. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/challans-85300/challans-les-gilets-jaunes-bloquent-les-impots-les-agents-rentrent-chez-eux-6078232?fbclid=IwAR16Gr3FgqoZb0EOxph5dZ3k-lAfu52O-MiUKFL5Q_3cr5LT-3MjXLKG0A8
  74. https://www.youtube.com/watch?v=YvbnGaj4-BE
  75. http://archive.is/zV9c7
  76. https://www.youtube.com/watch?v=ArWkjAU8U4s
  77. https://www.youtube.com/watch?v=a7IyLlHb49g
  78. https://www.youtube.com/watch?v=5pxobzCjjz0
  79. https://www.youtube.com/watch?v=EbWw3fS-iEM
  80. https://www.youtube.com/watch?v=PG1nWmgzONs
  81. https://www.youtube.com/watch?v=Nsgx30mVbxY
  82. https://www.youtube.com/watch?v=KEWWnvsNkcI
  83. https://www.youtube.com/watch?v=6Oyx8ITdsog
  84. https://www.youtube.com/watch?v=qsCIBkNBmjI
  85. https://www.youtube.com/watch?v=-3L7f9QEGyM
  86. https://www.youtube.com/watch?v=4jTxXdAe9Eg
  87. https://www.youtube.com/watch?v=O8Zj8AfcduY
  88. https://www.youtube.com/watch?v=6aOCQJa1XvE
  89. https://franckabed.com/2018/12/21/les-gilets-jaunes-et-lincoherence-democratique/
  90. https://www.youtube.com/watch?v=oDCag5mc1js
  91. https://www.youtube.com/watch?v=4O8HEyFrsJ4
  92. https://www.youtube.com/watch?v=YhpmENET_54
  93. https://www.youtube.com/watch?v=KfCu6Lk8wp4
  94. https://www.youtube.com/watch?v=vLgwWY2jigg
  95. https://www.youtube.com/watch?v=PG1nWmgzONs
  96. https://www.youtube.com/watch?v=rHy40rQgejM
  97. "Allocution du débat ?" : https://www.youtube.com/watch?v=mGx_Ti24_SY
  98. "Couac sur un rond-point" : https://www.youtube.com/watch?v=sjzuVcqyVKo
  99. "Gilets jaunes suisses (1 / 2)" : https://www.youtube.com/watch?v=2lE7veA0ksk
  100. https://www.youtube.com/watch?v=C1pBBjCR6nQ
  101. https://www.youtube.com/watch?v=yKa4-rZm7J8
  102. https://www.youtube.com/watch?v=xuxMtLkMLhk
  103. https://www.youtube.com/watch?v=lvXWDTf8Sjk
  104. https://www.youtube.com/watch?v=blddRcGvQcg
  105. https://www.youtube.com/watch?v=t7Ni_XKHgAU
  106. http://archive.is/ViYUp
  107. "Adrien Abauzit : "La gauchisation a tué les Gilets jaunes !"" : https://www.youtube.com/watch?v=XagF3dg0WQk