Félix Niesche

De Wiki Dissidence

Félix Niesche, né le 23 mars 1955 à Eischen, au Luxembourg, est un poète et écrivain français.

Il est membre d'E&R depuis 2007 et collabore fréquemment au site de l'association depuis sa fondation.[1]

Initialement anarchiste, il fait partie de l'Organisation révolutionnaire anarchiste. Après l'éclatement de l'ORA, il devient trotskiste et aurait rejoint la Ligue communiste. Cependant, son opposition au féminisme l'en éloigne et le fait lire des auteurs comme Friedrich Nietzsche, Julius Evola et Otto Weininger. Il commence alors à se définir comme une sorte de "natsbol" (national-bolchevik) à la française, avant d'adhérer à E&R.[1] Il est à noter qu'il se situe sur une ligne plus identitaire qu'Alain Soral et l'a parfois contredit en ce sens.[2]

Il a sorti plusieurs livres aux éditions Kontre Kulture : L'Enfer de Don Juan, CCCP et autres Chutes, Spleen and Strings, Arabesques, Vis comica, Fragrans feminæ (Sur la gynécocratie) et Ex-France.[1]

Niesche est régulièrement invité dans les émissions d'E&R, comme L'Heure la plus sombre.

Alain Soral dit que l'oeuvre de Félix Niesche lui rappelle les écrits les plus politiques de Charles Baudelaire, et dit que ce qu'il fait serait "très écrit et à la fois très fin politiquement". Malgré son aversion pour le trotskisme, Soral le décrit comme un "trotskiste authentique" et l'oppose à Olivier Besancenot et au NPA.[3]

En juin 2018, Félix Niesche écrit un article sur son blog dans lequel il déplore l'ouverture d'E&R à l'islam ainsi qu'une montée de l'anticommunisme parmi les rangs de l'association.[4] En novembre 2018, Niesche apporte son soutien à Lapierre face aux critiques que lui fait Pierre de Brague.[5]

Daniel Conversano et Félix Niesche[modifier]

En octobre 2019, Daniel Conversano enjoint Félix Niesche de quitter Égalité & Réconciliation étant donné ses idées identitaires. Il propose même de l'éditer aux éditions Conversano et de le faire passer dans Vive l'Europe s'il quitte l'association de Soral. Il dit ne pas aimer son "style" mais aimer le "fond" de ses idées.[6]

Références[modifier]