Ernst Zündel

De Wiki Dissidence
Ernst Zündel
{{{image}}}
Nom Ernst Christof Friedrich Zündel
Date de naissance 24 avril 1939
Activité éditeur
Origine allemand

Ernst Christof Friedrich Zündel (anglicisé en Ernest Zundel, et aussi connu sous les pseudonymes Christof Friedrich et Mattern Friedrich), né le 24 avril 1939 à Bad Wilbad et mort le 5 août 2017 dans la même ville, est un éditeur et pamphlétaire négationniste et néonazi allemand.

Il est aussi l'auteur de livres soutenant le mythe des ovnis du IIIe Reich.

Biographie[modifier]

Originaire d'Allemagne, il émigre au Canada en 1958 et y rencontre le fasciste québécois Adrien Arcand. Il commence son activité d'éditeur néonazi en 1976 et devient un des principaux diffuseurs de propagande néonazie en Allemagne.

Il part ensuite vivre aux États-Unis en 2000, puis est extradé au Canada suite à l'expiration de son visa en 2003. Il y est alors détenu pendant 2 ans en l'attente de la confirmation d'un certificat de sécurité autorisant son extradition en Allemagne.

Ernst Zündel finit finalement par être extradé en Allemagne en 2005, où il est jugé pour incitation à la haine raciale et est condamné à 5 ans de prison en 2007. Il est libéré le 1er mars 2010.

Relations avec Robert Faurisson[modifier]

En 1979, Ernst Zündel participe au premier grand congrès négationniste organisé par l'Institute for Historical Review aux côtés notamment de Robert Faurisson.[1]

En janvier 1985, Robert Faurisson est appelé par un procureur comme témoin de la défense en faveur d'Ernst Zündel, alors visé par une plainte d'une survivante de la Shoah pour "publication de fausses informations destinées à porter atteinte à l'intérêt public et ce en toute connaissance de cause".

En 1988, à l'occasion d'un second procès d'Ernst Zündel, Robert Faurisson le pousse à faire financer le rapport Leuchter. Il prétend aussi avoir passé des milliers d'heures pour préparer la défense de Zündel.

En 1990, Robert Faurisson publie un texte de soutien à Ernst Zündel intitulé "Mon ami Ernst Zündel".[2]

En décembre 1989, Zündel et Faurisson participent à une réunion privée à Haguenau en Alsace.

En juillet 2017, Robert Faurisson publie sur son site un hommage à Ernst Zündel, qu'il estime comme "un prestigieux héros du révisionnisme". Il ajoute dans cet article qu'il y aurait eu dans le négationnisme un "avant" et un "après" Zündel.

À la mort d'Ernst Zündel, Robert Faurisson publie sur sa chaîne YouTube une vidéo intitulée "In memoriam Ernst Zündel".[1]

Alain Soral et Ernst Zündel[modifier]

Après la mort d'Ernst Zündel, Alain Soral loue "son courage et sa ténacité" et le qualifie de "grand Allemand". Il estime que Zündel aurait été "persécuté pour ses opinions".[1]

Vincent Reynouard et Ernst Zündel[modifier]

Après la mort d'Ernst Zündel, Vincent Reynouard publie une vidéo en deux parties consacrée au parcours du négationniste allemand, qui aurait selon Reynouard ouvert la voie à "l'essor inexorable du révisionnisme".[1]

Références[modifier]