Égalité et Réconciliation

De Wiki Dissidence
(Redirigé depuis E&R)
Égalité et Réconciliation
{{{image}}}
Fondation 2007
Personnage clés Alain Soral

Marc George

Vincent Lapierre

Positionnement Extrême-droite
Idéologie nationalisme révolutionnaire

national-bolchevisme

néonazisme

antisémitisme

antisionisme

Égalité et Réconciliation (abrégé E&R) est une association politique fondée en juin 2007 par Alain Soral, ainsi que par Jildaz Mahé O'Chinal et Philippe Péninque, deux anciens responsables de l'organisation d'extrême droite Groupe union défense (GUD).

D'abord très proche du Front national (FN), elle prend ses distances avec celui-ci. Si elle s'est parfois définie comme « nationaliste de gauche », elle est classée à l'extrême droite par la plupart des observateurs, de même que son président Alain Soral dont elle a pour but de promouvoir les idées « sur la gauche du travail et la droite des valeurs ». Soral évoque ce slogan de « gauche du travail » et de « droite des valeurs » comme « une manière discrète dans une démocratie avancée de parler de national-socialisme ».[1] Appelant à dépasser les clivages sur plusieurs plans — partisans, ethniques, religieux et sociaux —, elle entend lutter contre le libéralisme-libertaire, le mondialisme et le sionisme ; la plupart des observateurs considèrent qu'elle est antisémite et conspirationniste. Sa faible base militante est compensée par un site internet dont l'audience lui confère une forte visibilité. Alain Soral dit lui-même que son association est limitée à la "réinformation", à une activité d'édition et à l'organisation de conférences car faire de la politique lui serait "interdit".[2]

Une des missions d'E&R est la « réconciliation nationale », qui entend unir les français catholiques dits « de souche » avec les français musulmans et issus de l'immigration dans un nationalisme révolutionnaire fortement ancré dans l'antisémitisme.

Un article E&R de 2017 au titre explicite « Qu’est-ce que la réconciliation ? »[3] afin de « rappeler ce qu’E&R entend par « réconciliation » », nous renvoie vers une vidéo de 2011 dans laquelle Soral explique :

Moi je travaille à la réconciliation nationale des musulmans qui sont sur notre territoire, et qui je l'estime se comportent comme des Français patriotes[4]

Ce projet au cœur d'Égalité & Réconciliation et de la vision politique de Soral, termine le dernier chapitre « Résister à l'Empire » de Comprendre l'Empire, en prenant pour exemple le Liban (système démocratique bi-confessionnel islamo-chrétien) que Soral oppose, en solution d'avenir pour la France, à l'exemple de la Serbie et du Kosovo, dans un dilemme entre guerre civile et réconciliation qu'il répétera souvent :

Pour une réconciliation nationale: Aoun et Nasrallah plutôt que Milosevic et le Kosovo

Un combat qui ne se joue donc pas entre Français et musulmans, comme voudraient nous le faire croire les agents de l'Empire, mais entre fils de France aimant vraiment la France et ennemis de la France, toutes couleurs et toutes religions confondues.
  Le salut du pays étant plutôt à aller chercher du côté de la réconciliation nationale entreprise au Liban par le Général Aoun, président du Courant patriotique libre chrétien maronite, et Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah musulman, que du côté de la Yougoslavie, où l’entreprise de reconquista menée par un Slobodan Milosévic entièrement noyauté par la CIA, a conduit à la partition du Kosovo voulue par l’OTAN... [5]

E&R s'inspire de plusieurs courants politiques comme le nazisme, le marxisme-léninisme et le baasisme, ainsi que de la politique de Vladimir Poutine, ou encore le Liban d'Aoun et du Hezbollah.



Références[modifier]

  1. "ALAIN SORAL: "LIBERTAD DE EXPRESIÓN Y MERCADO" (06 07 2019)" : https://youtu.be/4NPmaz0Qmus?t=374
  2. "ALAIN SORAL: "LIBERTAD DE EXPRESIÓN Y MERCADO" (06 07 2019)" : https://youtu.be/4NPmaz0Qmus?t=3603
  3. https://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-Qu-est-ce-que-la-reconciliation-44058.html
  4. https://www.youtube.com/watch?v=JXK8Ni_4dQA&t=59m16s
  5. dernier paragraphe de Comprendre l'Empire avant la conclusion