Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Daniel Cohn-Bendit

De Wiki Dissidence
Daniel Cohn-Bendit
{{{image}}}
Nom Daniel Cohn-Bendit
Date de naissance 4 avril 1945
Activité Homme politique
Origine Apatride (1945 - 1959)

Allemand (depuis 1959)

Français (depuis 2015)

Daniel Cohn-Bendit, né le 4 avril 1945 à Montauban, est un homme politique franco-allemand.

Il naît au sein d'une famille juive allemande communiste réfugiée en France pour fuir le nazisme. De ce fait, il naît apatride et le demeure jusqu'en 1959, où il acquiert la nationalité allemande. En 2015, il acquiert également la nationalité française.

Originellement proche de l'extrême-gauche libertaire, Daniel Cohn-Bendit a progressivement basculé en faveur d'une écologie intégrée à une économie de marché, et est désormais plutôt classé au centre-gauche voire au centre. Il se dit lui-même centriste. C'est aussi un grand défenseur de l'Union européenne.

Il se fait premièrement remarquer dans la vie politique lors des événements de Mai 68, auxquels il prend part, au sein de diverses organisations d'extrême-gauche libertaire et notamment au sein du Mouvement du 22 Mars. Cet activisme lui vaut d'être expulsé en Allemagne, où il se met ensuite à militer au sein des milieux spontanéistes. Dans les années 1980, il commence une carrière politique en Allemagne en tant qu'élu pour le parti écologiste Die Grünen. En 1999, il revient au sein de la politique française en devenant député européen pour le parti écologiste français Les Verts (devenu ensuite Europe Écologie Les Verts). Il quitte EELV en 2012 après que le parti ait voté non contre le pacte budgétaire européen. Depuis l'élection présidentielle de 2017, il affiche son soutien envers Emmanuel Macron et son parti La République en marche.

Il lui a été souvent reproché des propos faisant l'apologie de la pédophilie dans son livre Le Grand Bazar ainsi que dans une émission d'Apostrophes. Ces reproches sont courants au sein de la dissidence, mais s'étendent au-delà de ce microcosme, et ont pu être proférés par des politiciens importants comme François Bayrou ou Jean-Marie Le Pen.

Relations avec Dieudonné[modifier]

Dans la fin des années 1990, Marc Jolivet fait rencontrer Daniel Cohn-Bendit à Dieudonné, estimant qu'ils "avaient des trucs à se dire".[1]

En 1999, Dieudonné soutient la candidature de Daniel Cohn-Bendit aux élections européennes. La même année, Daniel Cohn-Bendit apporte son soutien à Dieudonné lorsqu'il présente un projet d'implantation d'un centre culturel européen dédié aux cultures africaines et sud-américaines à Vert-en-Drouais.[2] Il devait même poser la première pierre de ce centre. En mars 1999, Daniel Cohn-Bendit est invité à une réunion dans la salle de répétition de Dieudonné, en compagnie de danseurs de Wallis-et-Futuna et de chanteurs burkinabés. A cette occasion, Cohn-Bendit apporte son soutien à Dieudonné quant à son projet de centre culturel et dénonce le rejet de ce projet par les habitants de Vert-en-Drouais comme l'expression de leur racisme.[1]

En 2001, alors que Dieudonné projette de se présenter aux élections municipales, Daniel Cohn-Bendit lui apporte son soutien.[3]

En février 2002, alors que Dieudonné projette de se présenter à l'élection présidentielle, Cohn-Bendit estime "inutile de tenter de faire un remake de Coluche en 1981", mais se dit prêt à réapporter son soutien à Dieudonné pour d'autres causes.[3]

En février 2004, pendant la polémique autour du sketch de Dieudonné chez Marc-Olivier Fogiel, Daniel Cohn-Bendit s'exprime à propos de l'humoriste en disant qu'il pratiquerait "le "jusqu'au-boutisme" de la pensée", mais que ses opposants feraient de même.[4]

En mai 2009, après que Claude Guéant, alors ministre de l'Intérieur, s'était exprimé favorable à l'interdiction de la liste du Parti antisioniste menée par Dieudonné aux élections européennes, Daniel Cohn-Bendit estime cette proposition "complètement idiot[e]", mais encourage cependant à dénoncer le racisme et l'antisémitisme de Dieudonné, qu'il qualifie d'"exécrable".[5]

En janvier 2014, Dieudonné partage sur Facebook un extrait d'un sketch de Pierre Desproges à propos de Daniel Cohn-Bendit, dans lequel Desproges plaisante entre autres à propos de la judéïté de Cohn-Bendit.[6]

En octobre 2014, interviewé par Daniel Simonin, Daniel Cohn-Bendit s'exprime contre l'interdiction des spectacles de Dieudonné, et plus généralement contre toute entrave à la liberté d'expression quelle qu'elle soit, y compris en ce qui concerne le négationnisme. Il préconise plutôt de l'attaquer sur le plan des idées.[7]

Relations avec Marc-Édouard Nabe[modifier]

En mars 1999, Thierry Ardisson invite Marc-Édouard Nabe face à Daniel Cohn-Bendit dans son émission Tout le monde en parle. Durant cette émission, Nabe dit bien aimer Cohn-Bendit, qui le "modère". MEN dit le respecter car il serait "un fouteur de merde", qui, en vieillissant aurait "rassemblé sa merde" mais n'aurait pas "tiré la chasse", contrairement à d'autres personnalités comme Bernard Kouchner et Serge July. Marc-Édouard Nabe dit aussi ne pas trouver que Daniel Cohn-Bendit ait tort de faire de la politique car ce serait "son truc" et qu'il serait "un homme politique du 20ème siècle". Cohn-Bendit qualifie quant à lui Nabe de "modéré" et d'"anar' individualiste". Ils tombent même d'accord quant à l'idée qu'il faudrait plus souvent évoquer les sentiments dans les discussions, et que la génération soixante-huitarde aurait une responsabilité dans le terrorisme d'Action directe. La séquence entre Nabe et Cohn-Bendit n'est finalement pas diffusée, mais a plus tard été publiée sur Internet.[1] D'après Marc-Édouard Nabe dans le tome 1 des Porcs, Catherine Barma serait intervenue en pleine émission pour se plaindre que Nabe et Cohn-Bendit aient des échanges cordiaux, alors qu'elle aurait eu pour plan qu'ils se "frittent".

Relations avec Alain Soral[modifier]

En mars 2010, dans sa vidéo De la virtuosité du logos, Alain Soral s'adresse à Hassen Occident en lui disant que Daniel Cohn-Bendit pourrait le "mettre en slip" lors d'un débat. Il le qualifie de "champion", de "virtuose" et de "maître de la dialectique et du vice", qui "connaît tout de A à Z".[2]

Dans son entretien du mois de janvier 2012, Alain Soral évoque une diatribe de Daniel Cohn-Bendit contre Viktor Orbán au parlement européen. D'après lui, Cohn-Bendit n'aurait aucune légitimité à s'exprimer car il était à l'époque allemand et non français. Il lui reproche son apologie de la pédophilie et d'avoir "aidé à chasser de Gaulle", ainsi que d'avoir comparé Viktor Orbán à Hugo Chávez pour le critiquer.[3]

En mars 2018, dans l'émission On n'est pas couché, Daniel Cohn-Bendit cite Alain Soral comme exemple d'antisémite non-musulman en France.[4]

En mai 2019, Alain Soral accuse Daniel Cohn-Bendit de pédophilie lors d'une conférence sur la pédocriminalité.[5]

Relations avec Marc Rylewski[modifier]

En mai 2019, Marc Rylewski interpelle Daniel Cohn-Bendit dans le métro parisien en lui demandant s'il était au courant de ce que sont devenus les enfants que Cohn-Bendit aurait selon Rylewski attouchés. Daniel Cohn-Bendit ne souhaite pas répondre aux questions de Marc Rylewski, et finit même par le menacer de lui casser son téléphone face à son insistance.[6] Cette vidéo ravive les accusations d'apologie de la pédophilie voire d'actes pédocriminels envers Daniel Cohn-Bendit, en témoigne par exemple un article de factchecking du Monde autour de ces accusations.[7]

Références[modifier]