Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

Charlie Hebdo

De Wiki Dissidence

Charlie Hebdo est un journal hebdomadaire satirique français fondé en 1970 par François Cavanna et le professeur Choron. Il fait une large place aux illustrations, notamment aux caricatures politiques, et il pratique aussi le journalisme d'investigation en publiant des reportages à l'étranger ou sur les domaines les plus divers : les sectes, les religions, l'extrême droite, l'islamisme, la politique, la culture. Le journal paraît tous les mercredis. Il a publié également des hors-séries à périodicité variable.

La reprise par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet du Jyllands-Posten, en 2006, a déclenché contre le journal de vives réactions, parfois violentes, dans des pays musulmans. En novembre 2011, le siège du journal est endommagé par un incendie criminel. Le 7 janvier 2015, un attentat perpétré par les frères Kouachi tue douze personnes, dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire. Le numéro 1178 dit « des survivants » sort le mercredi suivant, il est tiré à près de huit millions d'exemplaires et le journal passe en moins d'un mois de 10 000 à 220 000 abonnés.

Alain Soral et Charlie Hebdo[modifier]

Fichier:Alain Soral par Charb.jpg
Dessin de presse de Charb dans lequel il caricature Alain Soral.

Après l'incendie criminel au siège de Charlie Hebdo, Alain Soral dit "Charlie Hebdo c'est de la merde, et qu'ils crèvent", tout en se réclamant du Professeur Choron. Il dit qu'après avoir été un journal d'extrême-gauche, Charlie Hebdo se serait maintenant vendu au "grand capital sioniste", aux Rothschild et "à la toute puissance de la banque mondiale". Il dit que ce serait un journal "néo-conservateur d'extrême-droite". Il postule également une théorie du complot voulant que l'incendie pourrait être une opération sous fausse bannière et/ou une arnaque à l'assurance.[1]

Dans son entretien du mois de mai-juin 2013, Alain Soral soutient Vincent Reynouard après qu'il ait été condamné lors d'un procès lui ayant été intenté par Charlie Hebdo. Il ajoute que Charlie Hebdo serait un journal "libéral-libertaire", et les accuse d'avoir fait un faux incendie criminel à leur siège afin de faire une arnaque à l'assurance puisqu'ils étaient en faillite.[2]

En janvier 2015, Alain Soral fait un direct complet pour réagir aux attentats de Charlie Hebdo. L'épisode monté est ensuite publié en accès libre en mars 2015.[3]

Alain Soral est condamné à trois mois de prison ferme en novembre 2017 pour avoir publié sur son site un détournement antisémite de Charlie Hebdo intitulé Chutzpah Hebdo.[4]

Dieudonné et Charlie Hebdo[modifier]

En 2007, Dieudonné vient assister au procès de Charlie Hebdo pour avoir publié une caricature du prophète Mohammed, et soutient le droit à "cracher à la gueule des Musulmans" du journal. Caroline Fourest, alors journaliste à Charlie Hebdo, refuse le soutien de Dieudonné et pense qu'il est venu afin d'entretenir la "confusion" entre le racisme et la liberté d'expression.[5][6]

Après l'incendie criminel à Charlie Hebdo, interviewé par Robert Ménard sur Sud Radio, Dieudonné apporte son soutien au journal, mais dénonce que ce serait devenu "le journal de l'UMP" depuis que Philippe Val en est le rédacteur en chef. Robert Ménard appelle ensuite à un colloque entre Charlie Hebdo et Dieudonné.[7]

Après les attentats de janvier 2015, Dieudonné participe à la marche républicaine en hommage à Charlie Hebdo puis écrit sur les réseaux sociaux qu'il se sent "Charlie Coulibaly". Il est par la suite interpellé et mis en garde à vue,[8] puis est condamné pour apologie du terrorisme. Suite à ces événements, beaucoup de jeunes s'indignent que l'on vienne au secours de la liberté d'expression de Charlie Hebdo mais pas de celle de Dieudonné, si bien que cela devient un thème médiatique et que même le président de la République François Hollande explique à la télévision la différence qu'il y aurait entre Charlie Hebdo et Dieudonné.

Marc-Édouard Nabe et Charlie Hebdo[modifier]

Marc-Édouard Nabe, ancien collaborateur du journal Hara-Kiri, déteste Charlie Hebdo, qu'il considère comme étant un journal traître à l'esprit du professeur Choron et de Hara-Kiri.

À la fin des années 1960, Nabe commence à fréquenter des journalistes et dessinateurs qui apparaîtront plus tard dans Charlie Hebdo, et qui pour certains étaient déjà publiés dans Hara-Kiri.

Après l'éviction de Siné du journal, Nabe écrit un tract intitulé Sauver Siné. Dedans, il raconte entre autres avoir appelé Siné après avoir entendu la nouvelle de son éviction pour lui suggérer de sortir un numéro hors-série de Siné massacre contre le "chantage à l'antisémitisme".[9]

En 2009, Nabe apparaît dans le documentaire Choron, dernière de Pierre Carles dans lequel il relate ses souvenirs de Choron et donne son avis sur le changement de ligne éditoriale de Charlie depuis l'arrivée de Philippe Val à la tête du journal.

Lors des attentats à Charlie Hebdo, Nabe fête le décrochage d'une exposition de ses dessins dans Hara-Kiri. Lorsqu'il apprend la nouvelle, il suit les attentats en regardant la télévision et s'en réjouit.[10] En septembre 2015, il publie un numéro de Patience entièrement consacré à Charlie Hebdo, avec en couverture un photomontage d'Adolf Hitler tenant dans ses mains un pancarte "Je suis Charlie".

Vincent Reynouard et Charlie Hebdo[modifier]

Après qu'il ait utilisé des images provenant de Charlie Hebdo pour fabriquer une bande dessinée négationniste, Charlie Hebdo portent plainte contre Vincent Reynouard, qui est ensuite condamné à payer 15 000€ de dommages et intérêts et six mois de prison avec sursis.[11]

Parodie Shoah Hebdo[modifier]

Joe le corbeau fait en 2012 une parodie de Charlie Hebdo intitulée Shoah Hebdo, qui devient si populaire qu'elle est confondue avec une vraie couverture de Charlie Hebdo par beaucoup de médias, dont la chaîne de télévision Euronews, le quotidien allemand Berliner Zeitung, la radio Radio Free Europe, le quotidien suisse Tribune de Genève et l'émission La Nouvelle Édition.[12]

Références[modifier]