Don Bitcoin : bc1qa8s922ljql97l387j70n4zvavgh48kwvgrw5a4
Acheter du Bitcoin : Acheter sur Binance

André du Pôle

De Wiki Dissidence

André du Pôle, alias Kim Noisette, est un militant néonazi et suprémaciste blanc français.

Idéologie[modifier]

André du Pôle se dit racialiste blanc bien qu'il ait des enfants métis[1]. Prenant comme références à suivre la communauté juive et le concept mercantile de « valeur ajoutée », il est pour l’intégration des non-Blancs à « haut QI » dans la race blanche et pour l'exclusion de ceux qu’il appelle les « white trash »[2].

Arrêt de son activité[modifier]

Le 25 janvier, André du Pôle annonçe son départ de la dissidence dans un message publié sur Minds.com, puis désactive son canal le lendemain.

Le message publié :

Ce statut sera le dernier sur ma page Minds. Comme le reste de la page, il sera supprimé d'ici peu.

Je quitte Minds et la "dissidence" FR par la même occasion.

La communauté Minds francophone a beaucoup changé. Au début, elle était plutôt diverse, intersectionnelle de droite disons. Un peu comme Suavelos à ses débuts. C'est sans doute l'état que j'aime le mieux. Un état où il y a du monde et des échanges stimulants intellectuellement, en même temps qu'une certaine conscience partagée.

Depuis, cependant, beaucoup de gens sont partis. Beaucoup ont quitté Minds ou, tout simplement, n'y postent plus. Je pourrais citer plusieurs personnes qui suivent mes posts depuis longtemps et disent qu'elles ne viennent sur Minds que pour mes posts. C'est flatteur pour moi, et merci de cette belle fidélité ! mais cela ne fait pas une communauté et cela ne fait pas vivre Minds au-delà de ma seule page.

Or, plus les pro-blancs, pro-hommes, démocrates participatifs, bref les natio de bon sens ont disparu, et plus cela a laissé d'espace à un groupe très particulier. Un groupe qui non seulement a la terre plate pour dogme et badge d'appartenance, un groupe capable d'attaquer des gens uniquement parce que "mé euh ! il veut pas parler de la terre plate en public !", mais qui en plus mélange ça à du new age, au refus de la solidarité masculine, à l'abandon de tous les sujets réellement marquants pour nous... bref, au mieux forme une énième chapelle à part, au pire commet carrément une trahison à l'égard de la cause dont on est issus.

Le noyau dur de ce groupe m'a toujours détesté, bien que je ne leur ai personnellement jamais rien fait pour cela. Les membres d'un culte détestent les esprits libres, ils sont jaloux de l'intégrité et du QI que demande la vraie autonomie, et adorent se servir des trucs les plus mesquins pour l'attaquer.

Des années durant j'ai ignoré ces gens. Car ils n'étaient qu'un micro-groupe peu significatif sur Minds. Il y a toujours eu des chapelles de connards et il y en aura toujours.

Hélas, Minds est devenu leur repaire quasi exclusif, on ne voit à peu près qu'eux, Danlévier, et moi. Je suis le dernier non platiste et non membre ou allié de cette secte à faire des vues. Je suis la dernière caution de bon sens, démocrate participative disons, de Minds. Le seul (hors profils qui ne font hélas pas de vues) à prouver que Minds francophone n'est pas totalement synonyme d'asile pour obsessionnels de la terre plate, avec toutes les autres caractéristiques de leur secte : haine d'Adolf Hitler, attaques systématiques contre les révisionnistes, délires new age, relents de misandrie/trahison sexuelle, haine anti-DP... ça fait quand même beaucoup.

Or, je ne veux pas être isolé au milieu de ces gens, je refuse de servir de caution à cette secte et d'être associé à eux. Donc : plus de Minds. La mauvaise monnaie chasse la bonne, ça vaut aussi pour les gens. Les boucaques vous poussent à quitter la Fronce, leur équivalent blanc vous fait quitter les espaces "dissidents".

Rendez-vous en privé pour ceux qui souhaitent maintenir le contact.

Merci à ceux qui m'ont suivi et me suivent toujours. Vous êtes silencieux mais je ne vous oublie pas.

Vive Tonton, vive DP, vive la conscience et le syndicalisme masculins.

Et vivement l'invasion de l'Ukraine par la Russie histoire qu'on rigole un peu.

Références[modifier]