Altercation entre Alain Soral et Daniel Conversano

De Wiki Dissidence

<infobox>

 <title source="title1">
   <default>Altercation entre Alain Soral et Daniel Conversano</default>
 </title>
 <image source="image1">

</image> <label>Date</label> <label>Lieu</label> <label>Issue</label> <label>Camp</label> </infobox> L'altercation entre Daniel Conversano et Alain Soral s'est déroulée le 6 décembre 2016 lors d'un débat entre Conversano de Suavelos et Soral d'Égalité et Réconciliation. Ce conflit a divisé une grande partie de la dissidence car les propos arabophobes de Conversano, ainsi que l'agressivité de ses propos ont été jugés intolérables par certains, tandis que la violence d'Alain Soral à l'égard de Conversano a été jugée inacceptable par d'autres.

Déroulement de l'altercation[modifier]

Le 6 décembre 2016, le débat entre Daniel Conversano et Alain Soral a lieu sur le plateau de Niveau zéro. Il est arbitré par Dieudonné.

Première agression[modifier]

Le débat commence à s'enflammer dès le début, quand Conversano dit à Soral qu'il n'est pas identitaire, contrairement à ce que Soral dirait sur Facebook afin de monter sa "petite horde de maghrébins" contre lui. Alain Soral le coupe alors en lui faisant "Chut. Commence à me parler poliment". Conversano lui rétorque "Non, je ne te respecte pas". Alain Soral se met alors à agresser physiquement Daniel Conversano en lui assénant plusieurs coups de poing. Daniel Conversano et Alain Soral se font séparer, puis Conversano se fait ensuite maîtriser par un garde du corps de Soral. Soral dit : "Je me fais pas manquer de respect par cette petite merde. Pas question. Jamais. Tu me respectes pas ? Bah tu vois, tu me respectes pas".

Reprise du débat, puis tentative d'agression[modifier]

Le débat reprend ensuite de plus belle et de plus en plus agressivement, Conversano avance que la "réconciliation nationale" de Soral serait impossible tandis que Soral défend sa position. Conversano dit notamment : "Tu ne sais pas ce qu'est la banlieue, Soral, tu es un bourgeois !". Soral finit par dire que Conversano l'insulte en permanence sur Internet, et Conversano répond qu'il ne l'a jamais insulté alors que Soral l'aurait traité d'ordure. Conversano ajoute : "Je ne suis pas une ordure, c'est toi qui est une ordure". Alain Soral se met à ce moment-là à s'avancer vers lui très rapidement et de façon menaçante, mais il est arrêté par Hassen Occident. Conversano crie alors sa fameuse phrase : "Bordel, mais j'ai le droit !".

Deuxième reprise du débat, puis deuxième et dernière agression[modifier]

Fichier:YLFQRYe.gif
Dieudonné impuissant face la situation.

Le débat reprend à nouveau, toujours sur le sujet de la réconciliation nationale et de l'identité nationale. Soral avoue qu'il ne voulait pas débattre avec Conversano mais "[le] croiser en vrai". A un moment, Dieudonné tente de faire une pause pour nettoyer le sang qui coule du crâne de Conversano, qui répond : "Laissez pisser le sang, c'est bien, ça fait warrior". Les deux protagonistes commencent à se couper mutuellement la parole de plus en plus souvent, si bien qu'il n'en reste plus qu'une cacophonie. Conversano se met alors à crier que si le FN a eu de bons résultats électoraux dernièrement, ce serait parce que "Les Français en ont plein le cul des Arabes, bordel !". Soral se jette alors sur Conversano, lui donne un coup de pied puis plusieurs coups de poing. Dieudonné proteste et crie "Non, non, non !", et Pascal Mancini et Hassen Occident s'empressent de séparer Soral de Conversano. Le plateau de l'émission est alors endommagé, et le combat s'arrête définitivement. Dieudonné emmène Daniel Conversano dans la clinique du théâtre de la Main d'or, puis il fait intervenir chaque débatteur séparément face à lui.

Diffusion de l'altercation sur Internet[modifier]

Le 6 décembre 2016, Thomas Joly est l'une des premières personnes à relayer la nouvelle de l'altercation sur les réseaux sociaux.

Le 7 décembre 2016, Daniel Conversano publie son propre captage vidéo du débat sur sa chaîne YouTube, en entier et sans montage. Il escompte ainsi faire en sorte que les personnes souhaitant voir ce débat n'aillent pas acheter la vidéo à Dieudonné, comme il l'explicite dans un message au début de la vidéo.

Le même jour, Dieudonné diffuse gratuitement son captage vidéo du débat sur son site de vidéo à la demande Dieudosphère. La captation est plus professionnelle, mais n'est pas montée non plus, afin que Dieudonné ne puisse pas être accusé de manipulation.

Toujours le même jour, Conversano fait un live de débrief de l'altercation sur YouTube en compagnie de Joffrey Marrot et Hassen Occident.

Personnalités présentes lors de l'altercation[modifier]

Sont présents déjà notamment les premiers intéressés :

Puis l'animateur du débat :

On peut ensuite noter, du côté de Daniel Conversano :

Sont présentes également d'autres personnes, issues de l'équipe technique de Dieudonné ou de l'entourage d'Alain Soral.

Réactions face à l'altercation[modifier]

Réaction de Frédéric Delavier[modifier]

Le 6 décembre 2016, juste après l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral, Frédéric Delavier fait une vidéo en réaction à cet événement. Il pense que le débat originel n'était qu'une "tentative par un mâle alpha d'écraser un autre mâle alpha", donc un débat médiocre, et remercie Alain Soral d'avoir transforme le débat en "réalité visuelle". Delavier explique qu'il ressentait aussi lors de son précédent débat avec Daniel Conversano une volonté agressive de la part de Conversano, mais cependant il explique que Conversano a pu faire également de très bons débats, notamment celui avec Piero San Giorgio, et il le félicite pour le courage qu'il a eu en se prenant des coups. Il dit aussi qu'il pense que les idées racistes de Conversano sont mauvaises.[1]

Réaction de Hervé Ryssen[modifier]

Après l'agression de Conversano par Soral, Ryssen, inquiet, est venu à l'hôpital au chevet de Daniel Conversano. Il aurait demandé aux autres personnes tenant compagnie à Conversano de se taire sur sa présence, pour ne pas risquer que Soral en entende parler et se vexe. Par la suite, Ryssen aurait appelé Conversano au téléphone pour lui dire qu'il cesserait toute collaboration avec lui pour continuer d'être vendu sur Kontre Kulture afin de répandre l'antisémitisme au plus grand nombre.

En réponse à un article de Salim Laïbi contre Ryssen qui l'accuse d'avoir lâché Conversano pour continuer à vendre ses livres sur KK, il lui répond qu'il éprouve de la sympathie pour Conversano, mais qu'ils ne sont néanmoins pas amis et qu'il soutient Soral dans l'altercation qu'il y a eu entre les 2, parce que Conversano était insultant et qu'il était stratégiquement inopportun d'attaquer Soral qui faisait la promotion de Marine Le Pen en pleine campagne électorale pour l'élection présidentielle de 2017.

Réaction de Michel Drac[modifier]

Michel Drac condamne la méthode violente employée par Soral mais lui apporte son soutien "sur le fond".

Réaction d'Oleg[modifier]

Oleg fait une vidéo dans laquelle il s'exprime contre Soral. Il dit qu'il trouve ça honteux d'agresser physiquement un opposant lors d'un débat et se dit d'autant plus choqué que Soral l'ait agressé à plusieurs reprises. Il dit aussi que s'il avait été maghrébin, il aurait préféré être représenté par quelqu'un de maghrébin et ne venant pas du "star-system" plutôt que par Soral, comme par Salim Laïbi.[2]

Réaction d'Olivier Mukuna[modifier]

Après l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral, Mukuna attaque Soral et Dieudonné dans un article intitulé L'épuisante escroquerie M'Bala M'Bala.[3]

Réaction de Philippe Ploncard d'Assac[modifier]

Philippe Ploncard d'Assac dit se sentir plus proche de Soral que de Conversano. Il se méfie cependant de Soral qui serait "tout ami" avec l'islam, et dit ne pas être sûr de "quel islam" serait celui avec lequel est-ce que Soral s'allierait.[4]

Réaction de Raphaël Zacharie de Izarra[modifier]

Les jours suivant l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral, Izarra publie de nombreuses vidéos sur le sujet. Le 7 décembre 2016, il publie une vidéo où il s'en prend à Alain Soral. Il le somme de se réconcilier avec Conversano.[5] Le lendemain, il sort une autre vidéo à propos de l'agression, où il dit que finalement, après avoir vu la vidéo complète, il donnerait plutôt raison à Alain Soral, car il se rapproche plus de son discours "réconciliateur" que de celui de Conversano, bien qu'il soit quand même contre l'agression physique qu'a subie Conversano. Il les somme encore de se réconcilier.[6] Dans la même journée, il sort une vidéo intitulée "Je provoque Soral en duel !", dans laquelle il ne s'exprime pas sur Alain Soral mais filme la Sarthe.[7]

Réaction de Serge Ayoub[modifier]

Interrogé sur Twitter à propos de l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral, Serge Ayoub répond d'abord en demandant s'il était obligé d'avoir un avis, puis accepte finalement d'étayer ses pensées et juge que ce n'était qu'un "concours de bite" que Soral a gagné. Il ne disqualifie ni totalement Conversano ni totalement Soral, estimant qu'effectivement comme l'a dit Conversano lors du débat, la ligne d'Alain Soral sur la réconciliation nationale n'était pas derrière la montée du FN, mais que cependant la ligne sociale du FN inspirée par Soral y aurait été pour quelque chose.

Réaction d'Ulcan[modifier]

Selon Ulcan, ce serait Daniel Conversano qui aurait gagné le débat. Il précise toutefois dire ça sans parler des idées, et qualifie de "ridicule" le discours de Conversano sur le QI des Noirs. Il dit ne pas avoir de préférence entre Soral et Conversano. Ulcan demande également à être invité à Niveau zéro.[8]

Réaction de Vic Survivaliste[modifier]

En décembre 2016, Vic Survivaliste fait une vidéo dans laquelle il dresse un bilan de l'année 2016 et réagit entre autres à l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral. Il dénonce un "guet-apens" qui aurait été tendu à Conversano par Soral, et soupçonne également Dieudonné d'être complice. Dans le débat, il a vu deux personnes qui avaient des idées opposées mais qui se disputaient le même marché. Il qualifie l'attitude de Soral d'"indigne" et ajoute qu'il a pourtant beaucoup défendu Soral par le passé.[9] Vic Survivaliste fait ensuite une vidéo dédiée à cet événement. Il dénonce la "flatterie" et le "business" qui seraient selon lui courants au sein de la dissidence.[10] Conversano commente ensuite la vidéo et le remercie pour son "impartialité", et dit que c'était la "meilleure" réaction à l'affaire qu'il ait entendu à ce jour. Il va même jusqu'à le qualifier de "bon ami", et de quelqu'un de "droit" et de "fiable".[11]

Réaction de Vincent Reynouard[modifier]

Vincent Reynouard fait une vidéo où prend le parti d'Alain Soral en estimant que Daniel Conversano aurait rendu la bagarre "inévitable". Il défend aussi l'islam en démontrant que les islamistes radicaux ne représentent qu'une infime partie des Musulmans. Il clarifie cependant être quand même contre l'immigration.[12]

Réaction de VV[modifier]

Après l'agression de Conversano par Soral, VV soutient Conversano. Dans une vidéo, il fait un montage pour mettre en évidence des connivences entre Alain Soral et Morsay et entre Dieudonné et l'islam.[13]

Réaction de Yann Merkado[modifier]

Yann Merkado soutient Daniel Conversano. Il déclare que par cet acte, Alain Soral se serait enterré et aurait dévoilé "son visage d'islamo-racaille".[14]

Réaction d'Amalek[modifier]

À l'issue de cette altercation, Amalek est partagé, éprouvant plus de sympathie pour Daniel Conversano que pour Alain Soral à ce moment-là. Il trouve cependant l'attitude de Conversano lors du débat "provocante", ce qu'il voit d'un mauvais œil. Il dit s'en être ensuite pris à Soral dans une de ses chansons suite à cet événement.[15]

En septembre 2019, Amalek avance que que l'altercation entre Alain Soral et Daniel Conversano aurait en fait été manigancée par Soral et Conversano.[16]

Autres réactions[modifier]

D'autres personnalités soutiennent Conversano, comme Boris Le Lay, Hassen Occident, Pascal Mancini ou Thomas Joly.

Répercussions judiciaires[modifier]

En juin 2018, Daniel Conversano annonce dans une interview pour Riposte Laïque avoir porté plainte contre Alain Soral suite à cette altercation, pour coups et blessures. Son avocat dans cette affaire est Nicolas Gardères.[17]

Références[modifier]