Alex Jones

De Wiki Dissidence
Alex Jones
{{{image}}}
Nom Alex Jones
Date de naissance Février 11 1974
Activité Animateur

Auteur

Polémiste

Origine Américain

Alex Jones, de son vrai nom Alexander Emerick Jones, né le 11 février 1974 à Dallas, est un blogueur, animateur de radio et complotiste d'extrême-droite américain.

Il est une référence majeure du complotisme du XXIe siècle.

Biographie[modifier]

Alex Jones naît en 1974 d'un père dentiste et d'une mère femme au foyer. Il s'initie au conspirationnisme alors qu'il est au lycée, en lisant None Dare Call It Conspiracy de Gary Allen, un livre complotiste, antisémite et anticommuniste.

En 1993, il intègre une radio locale texane, où il anime une émission dans laquelle il développe ses théories complotistes. En 1999, alors que la radio a de nouveaux propriétaires, il s'en fait licencier, ce qui le mène à créer sa propre émission en ligne, InfoWars.

Il gagne en popularité lorsqu'il développe des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001. Il interviewe notamment l'acteur Charlie Sheen à ce sujet, ce qui lui fait gagner encore plus de popularité.[1] Cela lui fait cependant perdre plusieurs dizaines de radios partenaires.[2]

En 2006, il crée la boutique en ligne Infowars Life, qui lui rapporte selon ses dires plusieurs dizaines de millions de dollars par an. Il prétend reverser la totalité de cet argent dans son émission.[1]

En août 2018, Alex Jones est banni de multiples plateformes sur Internet, dont iTunes, Apple Podcast et Spotify, qui lui servaient à relayer ses podcasts, mais aussi de Facebook, YouTube, Pinterest et LinkedIn.[3] En septembre, il se fait également bannir de Twitter et de Periscope, alors que Twitter était jusque là réticent à son bannissement.[4] Il réussit ensuite à diffuser ses vidéos grâce au service Streamroot qui lui permet les diffuser en utilisant le peer to peer.[5]

Idées politiques[modifier]

Alex Jones a plusieurs fois été décrit comme appartenant à l'alt-right. Il est un soutien de Donald Trump, qu'il a interviewé en décembre 2015 durant sa campagne pour l'élection présidentielle américaine.[1] Il soutient également Nigel Farage, qu'il a interviewé en 2010 dans son émission.[6]

Le fondateur d'Infowars est également un fervent critique de Barack Obama, qu'il a accusé d'être à l'origine de nombreux prétendus complots.

Théories du complot[modifier]

Attentats du 11 septembre 2001[modifier]

Alex Jones se fait connaître en propageant des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001[5] et va jusqu'à s'attribuer la paternité de la théorie du complot à propos du 11 septembre.[2] Il pense que le 11 septembre serait un coup monté du gouvernement américain. Jones a notamment participé à la production du documenteur Loose Change.[1]

Sur la vaccination[modifier]

Alex Jones est un partisan de la théorie du complot postulant que les vaccins seraient à l'origine de l'autisme.[5] Il pense notamment que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole aurait été à l'origine d'une épidémie de rougeole.[7]

Tuerie de Sandy Hook[modifier]

Alex Jones a propagé des théories complotistes à propos de la tuerie de l'école primaire de Sandy Hook, pensant qu'elle était une mise en scène et qu'elle servait à mettre en place un contrôle des armes.[5] Il est allé jusqu'à qualifier des parents de victimes d'"acteurs de crise". Cela le mène à être poursuivi par des familles de victimes et à être condamné en décembre 2019 à plus de 100 000 dollars de frais de justice.[8]

Pizzagate[modifier]

Pendant un temps, Alex Jones a fait la promotion de la théorie du complot du Pizzagate. Il a cependant fini par se rétracter à ce sujet et par s'excuser auprès du propriétaire de la pizzeria incriminée après qu'une personne, qui avait visionné des vidéos d'Alex Jones à propos du Pizzagate, a tiré un coup de feu dans son restaurant.[9][10]

Bohemian Club[modifier]

En 2000, dans son film Dark Secrets Inside Bohemian Grove, Alex Jones postule une théorie du complot voulant que le BSur le oovid-19hemian Cluclub antichrétien et sataniste.

Autres théories du complot[modifier]

Alex Jones pense que les humains ne sont jamais allés sur la Lune, qu'il y aurait un génocide blanc en cours en Afrique du Sud, ou que des particules chimiques dans l'eau rendraient les grenouilles homosexuelles.[1] Il croit également que des enfants seraient tenus en esclavage et assassinés sur Mars par la NASA.[10]

Pseudomédecine[modifier]

Sur son site Internet Infowars, Alex Jones vend de nombreux produits à usage pseudomédicinal. En mars 2020, le procureur général de New York envoie une mise en demeure à Alex Jones afin qu'il arrête de promouvoir de faux remèdes à la Covid-19 (des compléments alimentaires et du dentifrice). Un avocat du Alex Jones Show a ensuite démenti que Jones a fait la promotion de ces produits contre la Covid-19.[11]

La dissidence et Alex Jones[modifier]

E&R et Alex Jones[modifier]

Le site d’Égalité & Réconciliation a fréquemment partagé et soutenu Alex Jones (à dater du 19 février 2020, 38 articles le relaient et le soutiennent)[12], allant jusqu'à le qualifier de "dissident américain" dans un article.[13]

En mars 2011, Alain Soral s'appuie lors d'une conférence sur les productions d'Alex Jones pour affirmer que le Bohemian's Club et la Skulls and Bones seraient des sociétés secrètes antichrétiennes et satanistes.[14]

Dans le seizième épisode de Soral répond... sur ERFM !, Alain Soral dit avoir été beaucoup impressionné par son documentaire complotiste Dark Secrets Inside Bohemian Grove, mais qu'Alex Jones serait ensuite rentré dans une "zone de confort" dans laquelle il ne critique ni les Juifs ni Israël, ce que Soral voit comme une preuve de sa "trouille". Il dit ne pas être en contact avec Jones.[15]

Salim Laïbi et Alex Jones[modifier]

En 2006, dans le documentaire Mystère Salim d'Yves Loffredo, Salim Laïbi montre à Loffredo le documentaire complotiste Dark Secrets Inside Bohemian Grove d'Alex Jones.[16]

En juillet 2015, après que Jones a appelé à expulser les musulmans des États-Unis, Laïbi estime ces propos comme un "retourn[ement] de veste". Il soutient cependant toujours Alex Jones pour son documentaire complotiste sur le Bohemian Club, ses théories du complot à propos de prétendues attaques sous faux drapeau ainsi que sa dénonciation de ce que Laïbi désigne comme un "complot mondialiste".[17]

Panamza et Alex Jones[modifier]

Panamza reproche à Alex Jones un engagement "pro-israélien", ainsi qu'une "vidéo sensationnaliste sur les pseudo-satanistes du Bohemian Grove". Il a d'ailleurs, depuis leur mésentente, plusieurs fois reproché à Soral de soutenir Jones.[18]

Étienne Chouard et Alex Jones[modifier]

En mai 2011, sur son blogue, Étienne Chouard rejette le qualificatif d'"extrême-droite" apposé à Alex Jones, qualificatif qu'il estime étant un "épouvantail".[19]

Willem Le Bel et Alex Jones[modifier]

Willem Le Bel s'initie au complotisme en 2006 en regardant des vidéos d'Alex Jones et en naviguant sur son site Infowars.[20]

Le Réseau Voltaire et Alex Jones[modifier]

Le Réseau Voltaire a publié sur sa version espagnole plusieurs traductions d'articles d'Alex Jones.[21]

Références[modifier]