Élection présidentielle de 2017

De Wiki Dissidence

L'élection présidentielle française de 2017, onzième élection présidentielle de la Ve République et dixième au suffrage universel direct, est un scrutin permettant d'élire le président de la République pour un mandat de cinq ans, se déroulant les dimanches 23 avril et 7 mai — par dérogation : les samedis 22 avril et 6 mai dans plusieurs territoires hors métropole. Le président sortant François Hollande a décidé de ne pas se présenter à sa propre succession, fait inédit pour un président de la Ve République en fin de premier mandat. Autre situation inédite : l'élection présidentielle a lieu sous état d'urgence, décrété après les attentats du 13 novembre 2015.

Alain Soral et l'élection présidentielle de 2017[modifier]

Soutien critique envers Marine Le Pen et tentation vers Mélenchon[modifier]

En visite à Moscou en juin 2016, Alain Soral appelle à voter pour Marine Le Pen lors de l'élection présidentielle de 2017, considérant que le FN serait "le seul parti en France qui représente une alternative raisonnable" et "le moins pire des votes car, malheureusement, Marine Le Pen donne des signes de soumission au CRIF". Cependant, il semble également faire des appels du pied à Jean-Luc Mélenchon, et continue à critiquer de manière virulente Marine Le Pen. Ainsi, il qualifie Mélenchon de "seul candidat sérieux avec le Front national" et que sa candidature serait la seule "réellement politique, qui tient compte des réalités sociales et des réalités géopolitiques".

Sur Emmanuel Macron[modifier]

D'après Alain Soral, Emmanuel Macron serait une "fabrication du gang Julien Dray " et du "gang Hollande" et donc "le candidat de l'oligarchie satanique". Il est pour lui un archétype parfait du "libéral-libertaire". Soral accuse Macron d'être homosexuel. Après l'élection, Alain Soral prétend que "d'après les sondages sérieux des renseignements généraux, Macron était quatrième du premier tour", et aurait ainsi été "sélectionné" d'avance.[1]

Sur François Fillon[modifier]

Dans "L'Heure la plus sombre" n°64, Alain Soral qualifie François Fillon de "candidat de la bourgeoisie en pré-retraite catholique culturelle". Il pense que Fillon n'aurait du succès que parce que Marine Le Pen se serait distanciée La Manif pour tous, et dit qu'il ne serait qu'un homme politique de second plan, allant jusqu'à le comparer à Benoît Hamon. Il explique aussi qu'il pense que Le Canard enchaîné aurait révélé l'affaire Fillon parce qu'étant "trop catholique", il aurait "fait peur au lobby". L'affaire Fillon ne choque pas plus Soral que ça, car il pense que les politiciens "le font tous". Peu avant le premier tour, il trouve curieux que les sites d'extrême-droite israélienne soutiennent Fillon et attaquent Macron, et dit que finalement Fillon serait "le champion de la droite sioniste".

Sur François Asselineau[modifier]

Après que François Asselineau ait réussi à réunir les 500 parrainages nécessaires afin de se présenter à l'élection présidentielle, Soral dit qu'il faudrait se poser la question de pourquoi est-ce qu'il a pu réussir à les récolter, et sous-entend que "le système" l'utiliserait comme pion afin d'affaiblir Marine Le Pen.[2]

Après l'élection[modifier]

Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Alain Soral se dit très étonné, l'ayant prévu comme arrivant 5ème aux résultats de l'élection présidentielle. Après la défaite de Marine Le Pen, il l'accuse d'avoir échoué à cause d'une campagne trop basée sur le racisme.

Dans le septième épisode de "Soral répond... sur ERFM !", Alain Soral dit qu'Emmanuel Macron aurait triché et serait d'après ses informations en fait arrivé quatrième au premier tour de l'élection. Il dit que Jean-Luc Mélenchon et François Fillon seraient au courant, mais qu'ils ne diraient rien par stratégie politique.[3]

Dieudonné et l'élection présidentielle de 2017[modifier]

Lors de l'élection présidentielle, Dieudonné ne soutient véritablement aucun candidat mais appelle à soutenir plusieurs candidats qu'il estime être "antisystèmes", comme Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, François Asselineau, Jean Lassalle ou Jacques Cheminade.

En mars 2017, il appelle à soutenir Nolan Lapie pour l'élection présidentielle, qui échoue cependant à se présenter et dont la candidature semble avoir été une blague.[4]

Au second tour, Dieudonné appelle à voter pour Marine Le Pen contre Emmanuel Macron.[5]

Henry de Lesquen et l'élection présidentielle de 2017[modifier]

Après qu'un groupe Facebook ait été créé pour soutenir sa candidature en 2015, Henry de Lesquen annonce officiellement être candidat. Il multiplie les déclarations choquantes lors de sa campagne, ainsi, il annonce vouloir mettre en place la remigration, privatiser l'enseignement, supprimer le code du travail, raser la tour Eiffel, rétablir la peine de mort, mettre en place un irrédentisme français (il souhaite notamment annexer la Belgique, le Luxembourg et l'île de Jersey), et bannir ce qu'il appelle la "musique nègre" (catégorie dans laquelle il classe le jazz, le blues, le rock, et le rap qu'il juge "immonde").

Cependant, malgré toutes ces déclarations, Lesquen n'entame aucune démarche afin de se présenter. En avril 2016, il concède n'avoir "aucune chance" de réunir les 500 parrainages d'élus, et annonce envisager de se présenter à la primaire des Républicains qui est prévue pour le mois de novembre. Il annonce officiellement sa candidature le 7 septembre 2016, veille de la date limite d'enregistrement des candidatures, ce qui dénote le peu de sérieux qu'il y accorde. En effet, sa candidature est vue par beaucoup de personnes comme un simple blague ou une opération promotionnelle. Il n'est donc finalement pas présent parmi les candidats à cette primaire.

En novembre 2016, entre les deux tours de la primaire, il se prononce en faveur de François Fillon, puis le restera jusqu'à son élimination au premier tour. François Fillon, qui appelle alors à voter pour Emmanuel Macron au second tour, se fait insulter de "cuck" par Lesquen. Lesquen appelle ensuite à voter pour Marine Le Pen, qu'il avait critiquée durant toute sa campagne présidentielle.

Durant la campagne présidentielle, beaucoup de dissidents pro-Marine Le Pen reprochent à Lesquen son soutien envers Fillon et aussi ses déclarations provocatrices, qu'ils estiment être mauvais pour la cause nationaliste.

François Asselineau et l'élection présidentielle de 2017[modifier]

Dès décembre 2015, François Asselineau annonce vouloir se présenter à l'élection présidentielle de 2017.[6] Il obtient finalement 584 parrainages d'élus, ce qui lui permet de se présenter à l'élection.[7]

Il se fait remarquer lors du débat réunissant la totalité des candidats, lors duquel il cite énormément d'articles de la Constitution française et de traités de l'Union européenne.

Il finit par obtenir 332 547 voix, soit 0,92 %, et finit neuvième sur onze candidats.

Après la victoire d'Emmanuel Macron, François Asselineau estime "sans rire" être le seul candidat qui aurait pu le battre, et qu'il aurait fait mieux que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon.[8]

Durant la campagne présidentielle, beaucoup de dissidents pro-Marine Le Pen reprochent à Asselineau sa candidature, qu'ils estiment mauvaise pour la campagne de Le Pen.

Abou Chihabiddine et l'élection présidentielle de 2017[modifier]

Rasta président annonce dès 2011 être candidat à l'élection présidentielle de 2017. En septembre 2016, il annonce le lancement du Parti Terre Plate et vouloir faire savoir à tous les Français que la Terre est plate[9]. Il répond toutefois à ceux qui se demandent si sa candidature est sérieuse que nous vivons tous dans une dictature mondialisée.

N'étant pas parvenu à obtenir les parrainages requis, et ne semblant pas s'être mobilisé à cette fin, il apporte son soutien à François Asselineau au premier tour[10] et à Marine Le Pen au second tour[11].

Autres dissidents[modifier]

Daniel Conversano soutient Marine Le Pen de manière active.

Salim Laïbi s'abstient aux deux tours de l'élection.

Étienne Chouard hésite entre Jean-Luc Mélenchon et François Asselineau au premier tour.

Farida Belghoul soutient François Fillon au premier tour.

Marc George soutient François Fillon au premier tour.

Raphaël Zacharie de Izarra s'abstient aux deux tours de l'élection.

VV soutient Marine Le Pen aux deux tours de l'élection.

Dany Fouquerel soutient François Asselineau au premier tour.

Références[modifier]