YouTube

De Wiki Dissidence

<infobox>

 <title source="title1">
   <default>YouTube</default>
 </title>
 <image source="image1">

</image> <label>Création</label> <label>Créateur</label> <label>URL</label> </infobox> YouTube est un site Internet d’hébergement de vidéos et réseau social sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, évaluer, regarder, commenter et partager des vidéos. Le site a été créé le 14 février 2005 par Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim à San Mateo, en Californie, et a été racheté en 2006 par Google. C'est un service beaucoup utilisé par les dissidents. Anciennement, ils lui préféraient Dailymotion.

Critiques sur la promotion d'idéologies conspirationnistes et d'extrême-droite[modifier]

Vers la fin des années 2010, le site est très critiqué en tant que vecteur de contenu conspirationniste, pédophile, d'extrême-droite, discriminatoire ou favorisant le harcèlement. Selon cette critique, certaines idées et personnalités dissidentes ont donc pu être popularisées par YouTube. La popularité de ces contenus, pourtant prohibés par le règlement de YouTube, serait selon certains dûe à un algorithme favorisant ces contenus ainsi qu'à une modération jugée laxiste, parfois même accusée de fermer les yeux à cause du gain économique que lui apportent ces contenus.

En juin 2019, pour réagir à ces critiques, YouTube annonce désormais interdire totalement les contenus de type négationnistes et néonazis ainsi que "toute vidéo affirmant qu’un groupe d’êtres humains est supérieur à un autre pour justifier les discriminations, la ségrégation ou l’exclusion sur des bases comme l’âge, le genre, la race, la caste, la religion, l’orientation sexuelle ou le statut de vétéran" sur sa plateforme.[1] Ces nouvelles mesures attisent la crainte des dissidents, qui pensent être potentiellement visés par elles. Daniel Conversano se fait ainsi supprimer plusieurs vidéos par la modération de YouTube, et Saint Claude 88 et Kroc Blanc se font même supprimer sa chaîne YouTube.

Alain Soral et YouTube[modifier]

Dans l'épisode sept de "Soral répond... sur ERFM !", Alain Soral dit qu'il n'est "pas un youtubeur" même s'il fait des vidéos, et n'aime pas que l'on réduise son œuvre à ça.[2]

En juin 2018, la chaîne YouTube "ERTV Officiel" se fait supprimer du site pour avoir violé ses conditions générales d'utilisation.[3][4] Les reportages de Vincent Lapierre sont alors republiés sur la chaîne "Le Média pour tous". Finalement, le lendemain, la chaîne est remise en ligne.

Daniel Conversano et YouTube[modifier]

Le 6 juin 2019, suite à de nouvelles mesures de YouTube pour contrer les contenus négationnistes, néonazis ou discriminatoires, Daniel Conversano fait une vidéo dans laquelle il y réagit. Il explique avoir mis en privé la plupart de ses vidéos par principe de précaution, afin de ne pas voir son réseau de chaînes YouTube se faire supprimer. Il estime que les nouvelles interdictions sur YouTube empêcheraient d'être de droite sur le site. Il annonce qu'il va désormais devoir s'adapter à ces règles, et déplore qu'elles soient rétroactives : une de ses vidéos datant de 2015 a déjà été supprimée par YouTube, suivant ces nouvelles mesures. Dans la description de la vidéo, il explique qu'il mettra dorénavant de nouvelles vidéos en privé voire les supprimera. Il rassure cependant ses soutiens en disant que même si ses vidéos se font supprimer de YouTube, il trouvera d'autres moyens de les partager.[5] Le 21 juin, lors d'une intervention dans le Libre journal de l'identité de Radio Courtoisie, Daniel Conversano dénonce qu'il soit désormais interdit de faire des vidéos discriminantes en fonction de la situation au regard de l'immigration sur YouTube. Il pense que cela aurait pour but de faire taire toute critique de l'immigration, et en veut pour preuve que le parti politique espagnol Vox a vu sa chaîne YouTube se faire clôturer pour de tels propos.[6]

En janvier 2020, Daniel Conversano analyse que de moins en moins de personnes découvrent ses vidéos via les recommandations YouTube suite à un changement dans l'algorithme de recommandation. Il estime être visé par un shadow ban. Il se plaint aussi que ses abonnés ne reçoivent pas tous de notification quand il sort une nouvelle vidéo, et que certains se retrouvent même désabonnés. Face à cela, il décide de désormais publier ses vidéos le dimanche afin que son public puisse avoir un jour de rendez-vous. Daniel Conversano pense également que le site favoriserait des dissidents non-racialistes comme Alain Soral, François Asselineau, Papacito et Pierre-Yves Rougeyron plutôt que ceux comme Hervé Ryssen, Henry de Lesquen, Boris Le Lay ou lui.[7]

Dissidents utilisant YouTube[modifier]

Références[modifier]