Boris Le Lay

De Wiki Dissidence

Boris Le Lay, né le 8 juillet 1981 à Quimper, est un cuisinier, blogueur, vidéaste et militant néonazi français. Il se revendique également du nationalisme breton.

Il est communément accepté que Boris Le Lay soit Gandalf et Capitaine Harlock du site Internet néonazi Démocratie Participative, bien qu'il n'ait jamais confirmé cette information. Daniel Conversano et Saint Claude 88 ont tous les deux publiquement affirmé que BLL fait partie de Démocratie Participative.

En juillet 2018, avec plus de 122 000 mentions "J'aime" sur Facebook[1], 12 000 abonnés sur Twitter[2] et 27 000 sur YouTube,[3] Boris Le Lay est un des dissidents les plus suivis sur les réseaux sociaux.

Boris Le Lay a été condamné à de nombreuses reprises par la justice française concernant ses propos discriminatoires, mais étant exilé au Japon il n'a jamais purgé ses peines.

Biographie[modifier]

Il grandit entre Elliant et Rosporden en Bretagne, de deux parents divorcés. Sa mère Odile est employée de station service et son père Marcel est maçon. Il fréquente l'école primaire d'Elliant, puis le collège Germain Pensivy à Rosporden.[4]

En 2005, il travaille comme surveillant au lycée Chaptal à Quimper. Des élèves le signalent au CPE du lycée après des propos ambigus sur la Shoah et le Troisième Reich. Il suit en parallèle des études d'histoire et vit encore chez sa mère, avec qui il a des relations tendues. Entre 2004 et 2006, il milite au sein d'Adsav, mouvement indépendantiste breton d'extrême-droite.[4]

Fichier:Boris Le Lay-0.jpg
Boris Le Lay en Israël

En juin 2006, il fonde avec Dominique Lambert une association d'amitié entre la Bretagne et Israël appelée « Breizh-Israël » dont il sera président et pour laquelle « l’Europe n’a vocation qu’à être judéo-chrétienne » [5], avant de s'en éloigner [6] et de changer radicalement de point de vue après avoir lu Les Espérances planétariennes d'Hervé Ryssen [7].

En septembre 2007, il fait un happening indépendantiste en mettant la France en vente aux enchères sur Internet. Ce canular lui vaut une petite couverture médiatique, dont un article complaisant dans Le Télégramme.[8]

En mars 2008, il est présenté comme le chargé des relations Europe du Mouvement des damnés de l'impérialisme de Kémi Séba, et signe une tribune favorable à ce dernier sur Vox NR, dans laquelle il parle de ses « frères de lutte kémites » et de ses « camarades de lutte musulmans » [9] [10]. Il confirmera cette position dans un article publié en septembre 2010 appelant à une « alliance avec l’islam radical » [11].

En 2008, il fonde le blogue antisémite Le Projet juif avec Hervé Ryssen.

En 2010, il fonde sur Internet le média d'extrême-droite breton Breiz Atao, qui reprend le nom d'anciens mouvements nationalistes bretons dont certains furent liés au collaborationnisme.

Suite à des propos racistes visant le musicien breton d'origine colombienne Yannick Martin, Boris Le Lay est condamné à dix-huit mois de prison avec sursis en 2013, puis à un an de prison ferme en 2015. Entre temps, à une date inconnue, Boris Le Lay s'exile au Japon, où il avait déjà séjourné plusieurs fois auparavant.[4] Il est depuis cuisinier d'une crêperie bretonne à Tokyo et est marié avec une japonaise.[12]

Bien que n'en ayant jamais revendiqué la parenté, il aurait fondé le site Internet Démocratie Participative en février 2017.

Relations avec Alain Soral[modifier]

En décembre 2016, Boris Le Lay soutient Daniel Conversano après qu'il se soit fait agresser par Alain Soral. Soral envoie alors un commentaire sur une vidéo de Boris Le Lay dans lequel il dit :

Mon petit Boris, toi qui incite à la violence en permanence, bien planqué au Japon, avec ton physique de jeune fille, tu ne sais visiblement pas ce que c’est qu’une agression. Une agression c’est quand je me prends une dizaine de mecs cagoulés sur le râble, par derrière et avec des matraques…

Là, il s’agit d’une petite algarade entre hommes, mais visiblement un homme, tu ne sais pas trop ce que c’est.

Profite de ton séjour au Japon pour l’apprendre…

Le Japon fut une nation d’hommes, avant que les Yankees (pas les Arabes) ne les réduisent à ce qu’ils sont aujourd’hui…

Boris Le Lay publie ensuite un article pour répondre à Alain Soral, intitulé Soral antifa.[13] Il en publie un autre plusieurs jours plus tard, intitulé Alain Soral et les Juifs.[14] Depuis, Le Lay attaque régulièrement Soral sur les réseaux sociaux.

Le samedi 19 janvier 2019, lors de la conférence "Gilets Jaunes ou la révolution qui vient !", Alain Soral attaque violemment Boris le Lay sur ses positions concernant l'antisémitisme :

Faux dur, vrai lâche, menteur : je prendrai l’exemple parfait de Boris Le Lay ! Quand il était en France il était pour l’alliance sionisto-bretonne. Il n’arrêtait pas de m’insulter, à un point incroyable. Maintenant il est je crois au Japon et avec un site qui est hébergé aux USA. Regardez quelle est la ligne éditoriale et idéologique de Démocratie Participative. En fait qu’est-ce qui l’empêchait de passer de l’antisémitisme du pauvre à l’antisémitisme du riche, celui qui coûte cher par définition, c’était en fait pouvoir aller se planquer ! Je prétends que nous on le fait sans aller se planquer. J’aime beaucoup lire Démocratie Participative, c’est très drôle ça me fait beaucoup marrer, mais ce que je remarque c’est que quand le gars n’a plus peur, quand la trouille n’est plus là, il ose aller jusqu’au bout de la logique. Boris Le Lay est le parfait exemple : pour répondre à l’antisémitisme du pauvre et à l’anti-islam facile. [15]

Relations avec Daniel Conversano[modifier]

En juin 2015, alors que Boris Le Lay est condamné à 6 mois de prison ferme pour des propos racistes, Daniel Conversano fait une vidéo pour le soutenir.[16]

Après l'agression de Daniel Conversano par Alain Soral, Boris Le Lay soutient Conversano.[17]

En novembre 2017, Daniel Conversano soutient Boris Le Lay après que sa chaîne YouTube se soit faite clôturer définitivement.[18]

En juin 2018, Conversano reproche à Le Lay d'avoir relayé sur Twitter des captures d'écran d'une conversation où Kim Noisette accuse Solveig Mineo de "tenir [Daniel Conversano et Yann Merkado] par les couilles", alors qu'il ne ferait jamais l'effort de mentionner Suavelos en temps normal.[19] Conversano qualifie cette attitude d'"I-GNOBLE".[20] Pendant un temps, les relations s'apaisent entre Daniel Conversano et Boris Le Lay, malgré un flottement de tension. Ceci jusqu'en octobre 2018, quand le site Démocratie Participative, auquel participe BLL, publie un article qui appelle à ne plus s'associer "sous aucun prétexte" à Daniel Conversano et Yann Merkado. L'article accuse Suavelos d'être infiltré par la DGSI, et Yann Merkado d'être un "agent des Juifs". Il est également dit que la fermeture du forum de Suavelos par Saint Claude 88 répondrait à une opération de police européenne visant les nationalistes français.[21] Conversano répond ensuite à l'article avec une vidéo YouTube, et met directement en cause Le Lay pour cet article. Ce serait d'après lui un "tissu d'âneries". Il accuse DP de ne rien faire de concret pour le nationalisme et même de repousser les gens qui pourraient s'y initier ; et BLL d'être jaloux de Conversano et Suavelos qui sont sur le sol français. Il dit aussi qu'il n'aime pas le côté "conspi" de DP, et qu'il "y a encore un peu du Soral". Il prend en exemple un article qui accuse les Juifs d'utiliser l'adoption homoparentale afin de manger des bébés. Conversano dit qu'il aurait pu faire un "beau duo" avec Le Lay, et qu'il lui a déjà proposé de passer dans Vive l'Europe, voire même de rejoindre Suavelos, mais qu'il n'a jamais répondu positivement. Conversano est content cependant que cette déclaration d'hostilité puisse "polariser le débat" et que les pro-DP pourront quitter Suavelos, et inversement les suaveliens arrêteront de consulter DP. Il révèle aussi que Boris Le Lay et Saint Claude 88 se détesteraient, et trouve ironique que DP s'appuie sur SC88 pour déclarer Suavelos infiltré. Il finit sa vidéo en menaçant Boris Le Lay de révéler des dossiers qui parlent de son intérêt passé pour Israël, ou d'un moment où il envisageait une alliance avec les arabes islamistes contre les Juifs.[22]

Relations avec Hervé Ryssen[modifier]

Après avoir participé en 2006 à la fondation de l'association d'amitié entre la Bretagne et Israël Breizh-Israël, dans le but de s'unir avec les Juifs contre les Arabes, Boris Le Lay s'en éloigne et devient antisémite en lisant Les Espérances planétariennes de Hervé Ryssen.

À partir de 2008, une relation épistolaire commence entre les deux. Ils ne se verront en chair et en os qu'une fois. Ils fondent et animent tous les deux le blog Le Projet juif, jusqu'à ce que Ryssen en parte en septembre 2010, et que le blog finisse par fermer.

Leurs relations auraient commencé à se détériorer en 2013. En 2015, dans un statut Facebook, BLL exprime son désaccord avec Ryssen quant à la volonté des Juifs d'une guerre des Occidentaux contre l'islam. En effet, d'après BLL, les Juifs auraient une peur bleue de l'idée d'une guerre contre l'islam en Occident, car cela mènerait les nationalistes au pouvoir, tandis que Ryssen suggère le contraire.

Le 11 juillet 2017, Ryssen publie une vidéo où il donne à Boris Le Lay des conseils juridiques pour ses condamnations, puis où il lui reproche d'avoir laissé tombé ses idéaux nationalistes antisémites pour un patriotisme plus "light", ne s'attaquant plus qu'aux Musulmans et pas aux Juifs. En effet, Hervé Ryssen pense qu'il n'y a pas d'"islamisation" de la France, tandis que les Juifs auraient par contre énormément de pouvoir sur la France. Suite à cette vidéo, Joffrey Marrot, ami de Daniel Conversano, soutient Le Lay dans un article publié sur le site Viva Europa.[23] Oleg de Pagans TV soutient également Boris Le Lay dans une vidéo.

Cette querelle entre BLL, Conversano et Ryssen entraînera même la publication d'un essai de Paul Galtier intitulé Sur la querelle qui oppose Hervé Ryssen à Boris Le Lay et Daniel Conversano - Pour en finir avec une intoxication du milieu national.[24]

Jean Robin et Boris Le Lay[modifier]

En décembre 2017, Jean Robin fait une vidéo sur Boris Le Lay dans le cadre de sa série de vidéos dans lesquelles il critique des personnalités de YouTube. Parmi ces personnalités, Le Lay est la personnalité qui a le plus attiré la sympathie de Jean Robin. Il aime que BLL s'attaque au "marxisme culturel" et à l'islam. Il lui reproche cependant de ne pas se convertir au protestantisme et d'avoir une "obsession avec la race".[25]

Néanmoins Jean Robin ne connaissait de Boris Le Lay que les vidéos diffusées sur sa chaine YouTube et ignorait qu'il lui était reproché d'animer des sites classés néo-nazis.[source requise]

Relations avec Thomas Ferrier[modifier]

En avril 2020, Thomas Ferrier juge qu'"il est nazi"[26]. Le jugeant "sautillant", il déplore ses "incohérences doctrinales"[26].

Articles connexes[modifier]

Références[modifier]